Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

abréviation, de celle de la croche, qui marque une valeur réelle.

CROME, s. f Ce pluriel italien signifie croches. Quand ce mot se trouve écrit sous des notes noires, blanches, ou rondes, il signifie la même chose que signifieroit le crochet, et marque qu'il faut diviser chaque note en croches, selon sa valeur. (Voyez CROCHET.)

CROQUE-NOTE ou CROQUE-soL, s. m. Nom qu'on donne par dérision à ces musiciens ineptes, qui, versés dans la combinaison des notes, et en état de rendre à livre ouvert les compositions les plus difficiles, exécutent au surplus sans sentiment, sans expression, sans goût. Un croque-sol, rendant plutôt les sons que les phrases, lit la musique la plus énergique sans y rien comprendre, comme un maître d'école pourroit lire un chef-d'œuvre d'éloquence écrit avec les caractères de sa langue dans une langue qu'il n'entendroit pas.

[ocr errors]

D. Cette lettre signifie la même chose dans la musique françoise que P dans l'italienne, c'est-àdire doux. Les Italiens l'emploient aussi quelque- . fois de même pour le mot dolce, et ce mot dolce n'est pas seulement opposé à fort, mais à rude,

D. C. (Voyez DA CAPo.)

DICT. DE MUSIQUE. T. I. 16

D la re, D sol re, ou simplement D. Deuxième note de la gamme naturelle ou diatonique, laquelle s'appelle autrement re. (Voyez GAMME.) DA CAPo. Ces deux mots italiens se trouvent fréquemment écrits à la fin des airs en rondeau, quelquefois tout au long, et souvent en abrégé par ces deux lettres D. C. Ils marquent qu'ayant fini la seconde partie de l'air, il en faut reprendre le commencement jusqu'au point final. Quelquefois il ne faut pas reprendre tout-à-fait au commencement, mais à un lieu marqué d'un renvoi. Alors, au lieu de ces mots da capo, on trouve écrits ceux-ci, al segno. DACTYLIQUE, adj. Nom qu'on donnoit, dans l'ancienne musique, à cette espéce de rhythme dont la mesure se partageoit en deux temps égaux. (Voyez RHYTHME.) On appeloit aussi dactylique une sorte de nome où ce rhythme étoit fréquemment employé, telque le nome harmathias et le nome orthien. Julius Pollux révoque en doute si le dactylique étoit une sorte d'instrument ou une forme de chant, doute qui se confirme par ce qu'en dit Aristide Quintilien dans son second livre, et qu'on ne peut résoudre qu'en supposant que le mot dactylique signifioit à-la-fois un instrument et un air, comme parmi nous les mots musette et tambourin.

· DÉBIT, s. m. Récitation précipitée. (Voyez l'article suivant.) DÉBITER, v. a. pris en sens neutre. C'est presser à dessein le mouvement du chant, et le rendre d'une manière approchante de la rapidité de la parole ; sens qui n'a lieu, non plus que le mot, que dans la musique françoise. On défigure toujours les airs en les débitant, parceque la mélodie, l'expression, la grace, y dépendent toujours de la précision du mouvement, et que presser le mouvement c'est le détruire. On défigure encore le récitatif françois en le débitant, parcequ'alors il en devient plus rude, et fait mieux sentir l'opposition choquante qu'il ya parmi nous entre l'accent musical et celui du discours. A l'égard du récitatif italien, qui n'est qu'un parler harmonieux, vouloir le débiter, ce seroit vouloir parler plus vite que la parole, et par conséquent bredouiller, de sorte qu'en quelque sens que ce soit, le mot débit ne signifie qu'une chose barbare, qui doit être proscrite de la musique. DÉCAMÉRIDE, s. f C'est le nom de l'un des éléments du système de M. Sauveur, qu'on peut voir dans les Mémoires de l'Académie des sciences, année 17o1. Pour former un système général qui fournisse le meilleur tempérament, et qu'on puisse ajuster

à tous les systèmes, cet auteur, après avoir divisé l'octave en 43 parties, qu'il appelle mérides, et subdivisé chaque méride en 7 parties, qu'il appelle eptamérides, divise encore chaque eptaméride en 1o autres parties, auxquelles il donne le nom de décamérides. L'octave se trouve ainsi divisée en 3o1o parties égales, par lesquelles on peut exprimer sans erreur sensible les rapports de tous les intervalles de la musique. Ce mot est formé de ôèzz, dix, et de geois, partie. DÉCHANT ou DIsCANT, s.m. Terme ancien parlequel on désignoit ce qu'on a depuis appelé contrepoint. (Voyez CoNTRE-PoINT.) DÉCLAMATION, s. f C'est, en musique, l'art de rendre par les inflexions et le nombre de la mélodie, l'accent grammatical et l'accent oratoire. (Voyez ACCENT, RÉCITATIF.) DÉDUCTION, s.f. Suite de notes montant diatoniquement ou par degrés conjoints. Ce terme n'est guère en usage que dans le plain-chant. DEGRÉ, s. m. Différence de position ou d'élévation qui se trouve entre deux notes placées dans une même portée. Sur la même ligne ou dans le même espace, elles sont au même degré; et elles y seroient encore, quand même l'une des deux seroit haussée ou baissée d'un semi-ton par un dièse ou par un bémol : au contraire elles pourroient être à l'unisson, quoique posées sur différents degrés, comme l'ut bémol et le si naturel, lefa dièse et le sol bémol, etc. Si deux notes se suivent diatoniquement, de sorte que l'une étant sur une ligne, l'autre soit dans l'espace voisin, l'intervalle est d'un degré; de deux, si elles sont à la tierce; de trois, si elles sont à la quarte; de sept, si elles sont à l'octave, etc. Ainsi, en ôtant 1 du nombre exprimé par le nom de l'intervalle, on a toujours le nombre des degrés diatoniques qui séparent les deux notes. Ces degrés diatoniques ou simplement degrés sont encore appelés degrés conjoints, par opposition aux degrés disjoints, qui sont composés de plusieurs degrés conjoints. Par exemple, l'intervalle de seconde est un degré conjoint, mais celui de tierce est un degré disjoint, composé de deux degrés conjoints, et ainsi des autres. (Voyez CoNJoINT, DISJOINT, INTERvALLE.) DÉMANCHER, v. n. C'est sur les instruments à manche, tels que le violoncelle, le violon, etc., ôter la main gauche de sa position naturelle pour l'avancer sur une position plus haute ou plus à l'aigu. (Voyez PosITION.)Le compositeur doit connoître l'étendue qu'a l'instrument sans démancher, afin que quand il passe cette étendue et qu'il démanche, cela se fasse d'une manière praticable. DEMI-JEU, A DEMI-JEU, ou simplement A DEMI.

[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »