Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

les voix. Le plain-chant et les chansons sont les seules compositions qui ne soient que pour les voix, encore y joint-on souvent quelque instrument pour les soutenir. Les compositions instrumentales sont pour un chœur d'orchestre, et alors elles s'appellent symphonies, concerts; ou pour quelque espèce particulière d'instrument, et elles s'appellent piéces, sonates. (Voyez ces mots.) Quant aux compositions destinées pour les voix et pour les instruments, elles se divisent communément en deux espèces principales; savoir, musique latine ou musique d'église, et musique françoise. Les musiques destinées pour l'église, soit psaumes, hymnes, antiennes, répons, portent en général le nom de motets. (Voyez MoTET.) la musique françoise se divise encore en musique de théâtre, comme nos opéra, et en musique de chambre, comme nos cantates ou cantatilles. (Voyez CANTATE, OPÉRA.) Généralement la composition latine passe pour demander plus de science et de règles, et la françoise plus de génie et de goût. Dans une composition l'auteur a pour sujet le son physiquement considéré, et pour objet le seul plaisir de l'oreille; ou bien il s'élève à la musique imitative, et cherche à émouvoir ses auditeurs par des effets moraux. Au premier regard, il suffit qu'il cherche de beaux sons et des accords agréables; mais au second il doit considérer la musique par ses rapports aux accents de la voix humaine, et par les conformités possibles entre les sons harmoniquement combinés et les objets imitables. On trouvera dans l'article opéra quelques idées sur les moyens d'élever et d'ennoblir l'art, en faisant de la musique une langue plus éloquente que le discours même.

CONCERT, s. m. Assemblée de musiciens qui exécutent des piéces de musique vocale et instrutale. On ne se sert guère du mot de concert que pour une assemblée d'au moins sept ou huit musiciens, et pour une musique à plusieurs parties. Quant aux anciens, comme ils ne connoissoient pas le contre-point, leurs concerts ne s'exécutoient qu'à l'unisson ou à l'octave; et ils en avoient rarement ailleurs qu'aux théâtres et dans les temples.

CONCERT SPIRITUEL. Concert qui tient lieu de spectacle public à Paris durant les temps où les autres spectacles sont fermés. Il est établi au château des Tuileries; les concertants y sent très nombreux, et la salle est fort bien décorée : on y exécute des motets, des symphonies, et l'on se donne aussi le plaisir d'y défigurer de temps en temps quelques airs italiens.

CONCERTANT, adj. Parties concertantes sont, selon l'abbé Brossard, celles qui ont quelque chose à réciter dans une pièce ou dans un concert; et ce

| mot sert à les distinguer des parties qui ne sont que

de chœur. Il est vieilli dans ce sens, s'il l'a jamais eu. L'on dit aujourd'hui parties récitantes, mais on se sert de celui de concertant en parlant du nombre de musiciens qui exécutent dans un concert, et l'on dira : Nous étions vingt-cinq concertants; une assemblée de huit à dix concertants. CONCERTo, s. m. Mot italien francisé, qui signifie généralement une symphonie faite pour être exécutée par tout un orchestre; mais on appelle plus particulièrement concerto une pièce faite pour quelque instrument particulier, qui joue seul de temps en temps avec un simple accompagnement, après un commencement en grand orchestre; et la pièce continue ainsi toujours alternativement entre le même instrument récitant et l'orchestre en chœur. Quant aux concerto où tout se joue GIl rippieno, et où nul instrument ne récite, les François les appellent quelquefois trio, et les Italiens sinfonie. CoNCORDANT, ou basse-taille, ou baryton; celle des parties de la musique qui tient le milieu entre la taille et la basse. Le nom de concordant n'est guère en usage que dans les musiques d'église, non plus que la partie qu'il désigne; par-tout ailleurs cette partie s'appelle basse-taille, et se confond avec la basse. Le concordant est proprement la partie qu'en Italie on appelle tenor. (Voyez PARTIES.) · CONCOURS, s. m. Assemblée de musiciens et de connoisseurs autorisés, dans laquelle une place vacante de maître de musique ou d'organiste est emportée, à la pluralité des suffrages, par celui qui a fait le meilleur motet, ou qui s'est distingué par la meilleure exécution. Le concours étoit en usage autrefois dans la plupart des cathédrales; mais, dans ces temps malheureux où l'esprit d'intrigue s'est emparé de tous les états, il est naturel que le concours s'abolisse insensiblement, et qu'on lui substitue des moyens plus aisés de donner à la faveur ou à l'intérêt le prix qu'on doit au talent et au mérite. CoNJoINT, adj. Tétracorde conjoint est, dans l'ancienne musique, celui dont la corde la plus grave est à l'unisson de la corde la plus aiguë du tétracorde qui est immédiatement au-dessous de lui, ou dont la corde la plus aiguë est à l'unisson de la plus grave du tétracorde qui est immédiatement au-dessus de lui.Ainsi, dans le système des Grecs, tous les cinq tétracordes sont conjoints par quelque côté: savoir, 1° le tétracorde méson conjoint au tétracorde hypaton; 2° le tétracorde synnéménon conjoint au tétracorde méson ; 3° le tétracorde hyperboléon conjoint au tétracorde diézeugménon; et comme le tétracorde auquel un autre étoit conjoint lui étoit conjoint réciproquement, cela eût fait en tout six tétracordes, c'est-à-dire plus qu'il n'y en avoit dans le système, si le tétracorde méson, étant conjoint par ses deux extrémités, n'eût été pris deux fois pour une. Parmi nous, conjoint se dit d'un intervalle ou degré. On appelle degrés conjoints ceux qui sont tellement disposés entre eux que le son le plus aigu du degré inférieur se trouve à l'unisson du son le plus grave du degré supérieur. Il faut de plus qu'aucun des degrés conjoints ne puisse être partagé en d'autres degrés plus petits, mais qu'ils soient eux-mêmes les plus petits qu'il soit possible, savoir ceux d'une seconde. Ainsi ces deux intervalles, ut re, et re mi, sont conjoints, mais ut re et fa sol ne le sont pas, faute de la première condition; ut mi et mi sol ne le sont pas non plus, faute de la seconde. Marche par degrés conjoints signifie la même chose que marche diatonique. (Voyez DEGRÉ DIATONIQUE.) CONJOINTES, s. f. Tétracorde des conjointes. (Voyez SYNNÉMÉNON.) CONNExE, adj. Terme de plain-chant. (Voyez MIxTE.) CONSONNANCE, s.f. C'est, selon l'étymologie du mot, l'effet de deux ou plusieurs sons entendus

« VorigeDoorgaan »