Caractères phrénologiques et physiognomoniques des contemporains les plus célèbres... /par Théodore Poupin

Voorkant
Germer Baillière, 1837 - 501 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 14 - Qu'on vante en lui la foi, l'honneur, la probité; Qu'on prise sa candeur et sa civilité; Qu'il soit doux, complaisant, officieux, sincère : On le veut, j'y souscris, et suis prêt à me taire.
Pagina 120 - Mourir est un tribut qu'on doit aux destinées, Où leur décret fatal n'a point prescrit d'années. On doit sitôt qu'on naît : il faut, sans s'effrayer, Quand la mort nous assigne, être prêt à payer.
Pagina 40 - Ils ont adoré tous un maître, un juge, un père. Ce système sublime à l'homme est nécessaire. C'est le sacré lien de la société, Le premier fondement de la sainte équité , Le frein du scélérat, l'espérance du juste. Si les cieux, dépouillés de son empreinte auguste, Pouvaient cesser jamais de le manifester, Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer.
Pagina 196 - La mort a des rigueurs à nulle autre pareilles : On a beau la prier, La cruelle qu'elle est se bouche les oreilles, Et nous laisse crier. Le pauvre en sa cabane, où le chaume le couvre, Est sujet à ses lois; Et la garde qui veille aux barrières du Louvre N'en défend point nos Rois. De murmurer contre elle et perdre patience II est mal à propos ; Vouloir ce que Dieu veut est la seule science Qui nous met en repos.
Pagina 60 - Les terreurs cruelles marchent partout devant nous ; la solitude nous trouble ; les ténèbres nous alarment; nous croyons voir sortir de tous côtés des fantômes qui viennent toujours nous reprocher les horreurs secrètes de notre âme ; des songes funestes nous remplissent d'images noires et sombres ; et le crime, après lequel nous courons avec tant de goût, court ensuite après nous comme un vautour cruel, et s'attache à nous pour nous déchirer le cœur, et nous punir du plaisir qu'il nous...
Pagina 110 - Elle vit dans son fils, et non plus dans soi-même; Et se montre, aux regards d'un époux éperdu, Belle de son enfant à son sein suspendu. Oui, ce fruit de l'hymen, ce trésor d'une mère, Même à ses propres yeux, est sa beauté première. Voyez la jeune Isaure, éclatante d'attraits : Sur un enfant chéri, l'image de ses traits, Fond soudain ce fléau, qui, prolongeant sa rage, Grave au front des humains un éternel outrage.
Pagina 218 - ... le nôtre à celui de Louis XIV. Je ne parle ici que du siècle en général, car je suis bien éloigné de faire la satire de quelques hommes d'un mérite rare avec qui nous vivons. La constitution physique du monde littéraire entraîne, comme celle du monde matériel, des révolutions forcées, dont il serait aussi injuste de se plaindre que du changement des saisons.
Pagina 36 - De sa. puissance immortelle Tout parle , tout nous instruit ; Le jour au jour la révèle , La nuit l'annonce à la nuit. Ce grand et superbe ouvrage N'est point pour l'homme un langage Obscur et mystérieux: Son admirable structure Est la voix de la nature Qui se fait entendre aux yeux.
Pagina 265 - Non. La philosophie est sobre en ses discours, Et croit que les meilleurs sont toujours les plus courts? Que de la vérité l'on atteint l'excellence Par la réflexion et le profond silence. Le but d'un philosophe est de si bien agir, Que de ses actions il n'ait point à rougir.
Pagina 268 - Éclairer l'univers et régenter les rois; Fanatiques d'orgueil, dont la folle manie Est de se croire un droit exclusif au génie; Flatteurs en affichant le mépris des grandeurs; De tout ce qu'on révère audacieux frondeurs ; Pleins de crédulité pour des faits ridicules, Et sur tout autre objet sottement incrédules; Pensant que rien n'échappe à leurs yeux...

Bibliografische gegevens