Le cabinet des fées, ou, Collection choisie des contes des fées, et autres contes merveilleux ...

Voorkant
Charles Joseph de Mayer
rue et Hotel Serpente, 1785

Vanuit het boek

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 85 - Madame, au nom de ce que vous avez de plus cher au monde, de votre gloire, de votre avenir, faites tout pour sauver votre époux; l'ombre de Marie-Thérèse vous l'ordonne!...
Pagina 284 - Aventures d'Abdallah, fils d'Hanif, où il s'était « appliqué particulièrement à bien rendre tout ce qui regarde la religion des Indiens, et l'opinion des Mahométans touchant les...
Pagina 2 - En vain les chefs, de ce qui luy éloit resté de fidèles sujets, avoient fait des perquisitions exactes pour découvrir le lieu où il pouvoit être caché : ils n'en avoient appris aucunes nouvelles, et après seize mois de peines inutiles, ils avoient enfin presque perdu l'espérance de retrouver ce roy généreux, et avoient renoncé au dessein de le chercher : ce qui n'avoit pas donné une joye médiocre au prince son frère, comte de Mortain et de Lancaster, qui...
Pagina 439 - Ce nez s'embarraffa même tellement dans les branches du figuier , que Tangut eut toutes les peines du monde à le retirer fain & fauf. Tandis que les plaifirs durent, les maux qui en viennent ne font pas grande impreffion ; mais il n'en eft pas de même après.
Pagina 285 - GINNE : au lieu, qu'en se bornant au seul terme de GÉNIE, « on seroit souvent contraint de dire GÉNIE...
Pagina 439 - Jouiffons encore une fois du plaifir de manger des figues, puifque la fortune nous en offre; nous n'en mourrons pas moins après. Il fe leva avec beaucoup de peine, & ayant attiré à lui les plus prochaines branches de l'arbre, il dévora avec une extrême avidité , & fans aucune attention, tout autant de figues qu'il en put cueillir.
Pagina 425 - Jamais embarras n'égala celui de Tangut; fon amour l'arrêtoit, & l'impoffibilité de foutenir fa dépenfe ordinaire l'engageoit à s'éloigner. Après avoir combattu quelque tems, il fe détermina d'autant plus volontiers à partir , que fon mal n'étoit pas fans remède , fi l'un de fes frères vouloit le fecourir.
Pagina 448 - Quoiqu'il fût plus favant qu'elle fur cette matière , il parut incrédule à tout ce qu'elle lui dit , & feignit même de vouloir s'en aller , pour n'être pas obligé , difoit-il , de s'entretenir davantage de bagatelles ; fi bien que la princeffe eut encore la peine de le prier d'emporter chez lui ces trois raretés , pour en faire l'épreuve.
Pagina 445 - Il lui retâta le pouls à plufieurs reprifes , puis il branla la tête , & fit une mine de fi mauvais augure , que Dogandar en trembla jufques dans l'ame. Après ces cérémonies , il lui déclara nettement que fon mal étoit incurable , & voulut prendre congé.
Pagina 441 - ... défit la toile de fon turban , & y mit beaucoup de figues de cette derniere efpèce ; & étant retourné en diligence au premier figuier , il en cueillit auffi une grande quantité, qu'il enveloppa féparément dans la même toile ; après quoi il reprit le chemin de Kemmerouf , où il rentra au foir.

Bibliografische gegevens