Oeuvres complètes de J. J. Rousseau: Littérature. La nouvelle Héloise

Voorkant
P. Dupont, 1823
0 Recensies
Reviews worden niet geverifieerd, maar Google checkt wel op nepcontent en verwijdert zulke content als die wordt gevonden.
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 97 - Un mélange étonnant de la nature sauvage et de la nature cultivée montrait partout la main des hommes , où l'on eût cru qu'ils n'avaient jamais pénétré : à côté d'une caverne on trouvait des maisons ; on voyait des pampres secs où l'on n'eût cherché que des ronces , des vignes dans des terres éboulées , d'excellents fruits sur des rochers , et des champs dans des précipices.
Pagina 99 - Les méditations y prennent je ne sais quel caractère grand et sublime, proportionné aux objets qui nous frappent, je ne sais quelle volupté tranquille qui n'a rien d'âcre et de sensuel. Il semble qu'en s'élevant au-dessus du séjour des hommes, on y laisse tous les sentiments bas et terrestres, et qu'à mesure qu'on approche des régions éthérées, l'âme contracte quelque chose de leur inaltérable pureté.
Pagina 565 - S'il te reste au fond du cœur le moindre sentiment de vertu, viens, que je t'apprenne à aimer la vie. Chaque fois que tu seras tenté d'en sortir , dis en toimême : « Que je fasse encore une bonne action avant que
Pagina 532 - L'amour est accompagné d'une inquiétude continuelle de jalousie ou de privation , peu convenable au mariage, qui est un état de jouissance et de paix. On ne s'épouse point pour penser uniquement l'un à l'autre , mais pour remplir conjointement les devoirs de la vie civile, gouverner prudemment la maison, bien élever ses enfans.
Pagina 455 - ... et même vos disciples, je vous regarde un peu comme le nôtre. En nous apprenant à penser, vous avez appris de nous à être sensible ; et , quoi qu'en dise votre philosophe anglais , cette éducation vaut bien l'autre : si c'est la raison qui fait l'homme , c'est le sentiment qui le conduit.
Pagina 99 - On y est grave sans mélancolie, paisible sans indolence , content d'être et de penser : tous les désirs trop vifs s'émoussent; ils perdent cette pointe aiguë qui les rend douloureux; ils ne laissent au fond du cœur qu'une émotion légère et douce , et c'est ainsi qu'un heureux climat fait servir à la félicité de l'homme les passions qui font ailleurs son tourment.
Pagina 565 - Puis va chercher quelque indigent à secourir, quelque infortuné à consoler , quelque opprimé à défendre. Rapproche de moi les malheureux que mon abord intimide : ne crains d'abuser ni de ma bourse ni de mon crédit; prends, épuise mes biens , fais-moi riche. Si cette considération te retient aujourd'hui , elle te retiendra encore demain , après demain , toute ta vie.
Pagina 3 - Il faut des spectacles dans les grandes villes, et des romans aux. peuples corrompus. J'ai vu les mœurs de mon temps, et j'ai publié ces lettres...
Pagina 524 - ... change tout à coup ses rapports, et par un violent ébranlement ne l'aide à retrouver une bonne assiette. Toutes ses habitudes étant rompues et toutes ses passions modifiées, dans ce bouleversement général, on reprend quelquefois son caractère primitif, et l'on devient comme un nouvel être sorti récemment des mains de la nature Alors le * Voyez la première partie, lettre XXIV.
Pagina 510 - Je veux être fidèle, parce que c'est le premier devoir qui lie la famille et toute la société. J e veux être chaste, parce que c'est la première vertu qui nourrit toutes les autres. Je veux tout ce qui se rapporte à l'ordre de la nature que tu as établi, et aux règles de la raison que je tiens de toi.

Bibliografische gegevens