Théorie analytique des probabilités

Voorkant
Mme Ve Courcier, 1814 - 177 pagina's
0 Recensies
Reviews worden niet geverifieerd, maar Google checkt wel op nepcontent en verwijdert zulke content als die wordt gevonden.
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Inhoudsopgave

Overige edities - Alles bekijken

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina lxviii - ... produit les nébuleuses que l'on nomme planétaires. Enfin , un plus grand degré de condensation transforme toutes ces nébuleuses , en étoiles. Les nébuleuses classées d'après cette vue philosophique, indiquent avec une extrême vraisemblance , leur transformation future en étoiles , et l'état antérieur de nébulosité des étoiles existantes.
Pagina ii - Cet axiome, connu sous le nom de principe de la raison suffisante , s'étend aux actions mêmes que l'on juge indifférentes. La volonté la plus libre ne peut , sans un motif déterminant , leur donner naissance ; car si , toutes les circonstances de deux positions étant exactement semblables , elle agissait dans l'une et s'abstenait d'agir dans l'autre , son choix , serait un effet sans cau.se * : elle serait alors , dit Leibnitz , le hasard aveugle des épicuriens.
Pagina ii - Une intelligence qui, pour un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée , et la situation respective des êtres qui la composent, si d'ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ces données à l'analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l'univers et ceux du plus léger atome : rien ne serait incertain pour elle, et l'avenir comme le passé serait présent à ses yeux.
Pagina lxix - En attachant leur formation, à celle des nébuleuses; on peut les regarder comme' de petites nébuleuses à noyaux r errantes de systèmes en systèmes solaires, et formées par la condensation de la matière nébuleuse répandue avec tant de profusion dans l'univers.
Pagina xciv - Cependant l'induction, en faisant découvrir les principes généraux des sciences, ne suffit pas pour les établir en rigueur. Il faut toujours les confirmer par des démonstrations ou par des expériences décisives; car l'histoire des sciences nous montre que l'induction a quelquefois conduit à des résultats inexacts.
Pagina lxvii - Dans l'état primitif où nous supposons le Soleil, il ressemblait aux nébuleuses que le télescope nous montre composées d'un noyau plus ou moins brillant, entouré d'une nébulosité qui, en se condensant à la surface du noyau, le transforme en étoile. Si l'on conçoit, par analogie, toutes les étoiles formées de cette manière, on peut imaginer leur état antérieur de nébulosité, précédé lui-même par...
Pagina x - Chacune des causes auxquelles un événement observé, peut être attribué, est indiquée avec d'autant plus de vraisemblance, qu'il est plus probable que cette cause étant supposée exister , l'événement aura lieu...
Pagina iii - L'esprit humain offre , dans la perfection qu'il a su donner à l'Astronomie, une faible esquisse de cette intelligence. Ses découvertes en Mécanique et en Géométrie, jointes à celle de la pesanteur universelle , l'ont mis à portée de comprendre dans les mêmes expressions analytiques, les états passés et futurs du système du monde.
Pagina cv - probabilités n'est , au fond , que le bon sens réduit » au calcul ; elle fait apprécier avec exactitude ce que )< les esprits justes sentent par une sorte d'instinct, » sans qu'ils puissent souvent s'en rendre compte.
Pagina iv - La théorie des hasards consiste à réduire tous les événements du même genre à un certain nombre de cas également possibles, c'est-à-dire , tels que nous soyons également indécis sur leur existence, et à déterminer le nombre de cas favorables à l'événement dont on cherche la probabilité.

Bibliografische gegevens