Mémoires ... , ou Souvenirs historiques sur Napoléon, la Révolution, le Directoire le Consulat, l'Empire et la Restauration, Volume 7

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Inhoudsopgave

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 128 - République, à la conservation de son territoire dans son intégrité , à la défense de son gouvernement , de ses lois , et des propriétés qu'elles ont consacrées ; de combattre , par tous les moyens que la justice, la raison et les lois autorisent, toute entre<prise tendant à rétablir le régime féodal , à reproduire les titres et qualités qui en étaient L'attribut ; enfin de concourir de tout son pouvoir au maintien de la liberté et de l'égalité.
Pagina 257 - Saûl et de David par le ministère du » prophète Samuel, répandez par mes mains les trésors de vos grâces » et de vos bénédictions sur votre serviteur Napoléon, que, malgré » notre indignité personnelle, nous consacrons aujourd'hui empereur
Pagina 208 - faisons cette lettre pour que vous ayez à vous trouver à « Paris avant le 7 du mois prochain, et à y faire connaître « votre arrivée à notre grand maître des cérémonies.
Pagina 261 - Il jouissait en regardant l'impératrice s'avancer vers lui ; et lorsqu'elle s'agenouilla, . . . lorsque les larmes, qu'elle ne pouvait retenir, roulèrent sur ses mains jointes qu'elle élevait bien plus vers lui que vers Dieu, dans ce moment où Napoléon, ou plutôt Bonaparte, était pour elle sa véritable providence, alors il y eut entre ces deux êtres une de ces minutes fugitives, uniques dans toute une vie, et qui comblent le vide de bien des années. L'empereur mit une grâce parfaite à...
Pagina 157 - Mme de Staël (on n'y buvait alors que du café). Ce déjeuner durait souvent deux heures : car, à peine réunis, Mme de Staël soulevait une question prise plus souvent dans le champ de la littérature ou dans la philosophie que dans celui de la politique, et cela par ménagement pour son père dont le rôle sur ce théâtre avait si malheureusement pris fin. Mais quel que fût le sujet du débat, il était abordé avec une mobilité d'imagination et une profondeur qui a été l'école de Benjamin...
Pagina 256 - Dieu tout-puissant et éternel, qui avez établi Hazaël pour gouverner la Syrie, et Jéhu roi d'Israël, en leur manifestant vos volontés par l'organe du prophète Élie ; qui avez également répandu l'onction sainte des rois sur la tête de Saùl et de David, par le ministère du 1.
Pagina 58 - Tout ce qui peut contribuer au bien de la Patrie est essentiellement lié à mon bonheur. J'accepte le titre que vous croyez utile à la gloire de la nation. « Je soumets à la sanction du peuple la loi de l'hérédité. » J'espère que la France ne se repentira jamais des honneurs dont elle environnera ma famille. Dans tous les cas, mon esprit ne sera plus avec ma postérité, le jour où elle cesserait de mériter l'amour et la confiance de la grande nation.
Pagina 268 - Opposerait-on la possession longue, mais si solennellement renversée, de l'ancienne dynastie ? Les principes et les faits répondent : ., • . • ,. , Le peuple, propriétaire et dispensateur de la souveraineté , peut Changer son gouvernement, et par conséquent destituer, dans cette grande occasion, ceux auxquels il l'avait confié... L'Europe l'a reconnu en reconnaissant notre indépendance, ses suites et notre nouveau gouvernement.
Pagina 292 - C'est à vous à donner aux Portugaises une idée juste des façons de la cour impériale. Ne soyez pas haute, ne soyez pas vaine, et encore moins susceptible, mais apportez dans vos relations avec les femmes de la noblesse portugaise une grande réserve et une grande dignité. Vous trouverez à Lisbonne plusieurs femmes émigrées de la cour de Louis XVI, vous en trouverez aussi à Madrid, faites une attention scrupuleuse à vos démarches vis-à-vis d'elles. C'est dans cette circonstance qu'il...
Pagina 323 - Et madame ******** , lui parlait-il aussi de sa . toilette ? dit l'impératrice avec un sourire qui n'avait pas mal d'aigre-doux. — Non, madame; il lui a dit, autant que je puis m'en rappeler, qu'il ne fallait pas manger d'olives le soir. — Eh!... puisqu'il lui donnait des conseils, il devait lui dire qu'il est ridicule de faire la Roxelane avec un aussi long nez. Je fus confondue de l'apostrophe, et ne répondis rien ; l'impératrice se leva de la causeuse sur laquelle elle était assise, et...

Bibliografische gegevens