Pagina-afbeeldingen
PDF
[ocr errors][ocr errors]

1 Cela se voit dans Mariarus impriicé ; mais M. de Valois, dans les Additions au troiaénie Tome de. l'Histoire de France, fic qu'!(nac Vodius ayoit un ancien manuscrit de cet Auteur , où il n'clt mullement parlé des Victoircs de Clodion,

la Couronne aux deux fils de Clodion: car plusieurs anciens ont écrit que Mérovée n'estoit pas fils de Clodion. Il paroist assez vraisemblable qu'il fut la souche de cette nouvelle Lignée de Rois , que nous appellons les Rois de la premiere Race, & que ce fut pour cela même qu'elle fut appellée la Race Mérovingienne.

Quoiqu'il en soit (car de quelque maniere que ce point se décide, le sujet que je traite en est fort indépendant ) Sidoine Apollinaire ne fait point venir de delà la Loire, ou de delà la Seine, ou de delà la Somme, ni de Cambray , ni de la Gaule Belgique, les François qui se trouverent à la bataille d'Aëtius & d'Attila; mais il les fait venir de delà le Rhin, Ce n'est point dans la Forest d'Ardennes, où les François abattent des arbres pour faire des bâteaux à passer l'Escaut , ou la Meuse, ou la Somme, c'est dans la Forest Hercynie qu'on les coupe, & au-delà du Rhin qu'on fait les Vailseaux, afin de passer ce Fleuve..

Bruterus, Uluofa , quem vel* Nicer abluit unda ,
Prorumpit Francus : cecidit cito fe&ta Bipenni.
Hercynia in Lintres , & Rhenuin texuit alno.

in Panegy: rico Aviti. * Al. Vicer,

Je demande ce que cela veut dire, & fi ce que dit ici Apollinaire, suppose que les François estoient établis dans les Gaules ?

Le même Auteur, dans le même Panegyrique de l'Empereur
Avitus, parle des courses que les François & les Allemans, sous
l'Empire de Maxime, & après la mort d’Aëtius, faisoient dans la
premiere Gerinanie, c'est-à-dire, vers Mayence, Spire, Wormes,
Strasbourg ; & dans la seconde Belgique, c'est-à-dire, vers Arras,
Cambray , Tournay : & par cela même il nous fait entendre claire--
ment que les François n'estoient encore maistres ni de l’une ni de
l'autre, & qu'ils passoient le Rhin pour faire leurs excursions dans,
ces frontieres de l'Empire Romain. Voici comme il s'exprime.

Francus Germanum primum, Belgamque fecundum
Sternebas ; Khenumque ferox Alemanne bibebas.
Romanis ripis.

Ensuite il décrit , comme Avitus ayant le commandement de l'Armée de l'Empire, les repoussa au-delà du Rhin, jusqu'à la rivie. re d'Elbe, & les obligea d'envoyer des Ambassadeurs pour demane der la Paix.

Legas,

Legas , qui veniam pofcant Alemanne , furoris
Saxonis incurfus cessat , Chartumque paluftri

Alligat albis aqua.
. Par ce mot de Chattum, il signifie les François dont les Cartes
faisoient partie.

Selon cet Auteur qui nous fournit le plus de lumieres en cette matiere, le Vahal qui est un bras du Rhin, & qui séparoit du Pais des Belges, l'Ile des Bataves nommée aujourd'hui l'Ile de Bérau, estoit alors la frontiere de l'Empire & des Sicambres, c'est-à-dire, des François qui s'y estoient postez. C'est ce qu'il exprime dans une Requeste en vers qu'il presenta à l’Empereur Majorien.

Sic ripe duplicis tumore fracto

Detonfus Vahalim bibat Sicamber. Et dans une autre Piece de vers écrite à un de ses amis, qu'il loüe * In carmi. entre autres choses, de sçavoir beaucoup de langues,& de l'estime que sentium Narles Barbares mêmes avoient pour lui; de sorte, lui dit-il, que par le refpe&t qu'ils ont pour vostre vertu, vous pourriez aller impunément & fans crainte, très-avant dans leur Pais; dans cer endroit , dis-je, il nous marque où estoient encore alors placez les François, & sur quels Fleuves ils demeuroient.

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]

tum, nec ufquam alibi ponat Sidonius , quafi Franci atate ejus nondum in Gallia fedem cæpiffent. C'est la reflexion d'Hadrien de Valois, voici les miennes.

La premiere est que par cet aveu j'ai pour moi Sidoine Apollinaire un des plus beaux esprits & des plus sçavans hommes de fon temps, le mieux instruit de la situation des affaires des Gaules & de la Germanie, tous ses Ouvrages en font foi : qui parle , en quantité d'endroits, des François, & sur tout dans les Panegyriques qu'il fit pour trois Empereurs, de l'un desquels il avoit épouse la fille; en un mot témoin oculaire de ce qu'il dit de cette Nation , & avec qui nul Ecrivain ne peut entrer en concurrence sur la matiere dont il s'agit.

La seconde réflexion est qu'Hadrien de Valois devoit conclure comme moi des passages d'Apollinaire, que les François en ce tempslà n'estoient point encore établis dans les Gaules ; & qu'il l'auroit certainement conclu fans le commun & faux préjugé où il estoit. sçavoir que Clodion s'estoit déja établi sur la riviere de Somme avec les François : préjugé dont il se feroit défait, s'il avoit pris pour guide, comme il devoit, Sidoine Apollinaire, dont l'autorité doit l'emporter sur tout autre, & par son caractere & par sa qualité d'Auteur contemporain.

Tout cela regarde le temps de Mérovée. Il ne me reste plus qu'à parler de Childeric.

Supposé que ce qu'on nous raconte de Childéric fils de Mérovée, & pere de Clovis Toit veritable , ce fut un homme à grandes aventures, s'il en fut jamais. Etant encore enfant il fut enlevé par les Huns, & sauvé par un brave François nomnié Viomade, des mains de ceux qui l'emmenoient en captivité. A peine fut-il monté sur le Trône après la mort de son pere, qu'il en fút renversé par ceux que ses grandes qualitez d'esprit & de corps lui avoient le plus étroitement attachez. Infiniment bien fait de sa Personne, & d'un cæur un peu trop tendre, il prenoit de l'amour aulli aisément qu'il en donnoit. Les principaux de la Nation autant sensibles à l'outrage , que leurs femmes l'avoient esté à ses attraits & à ses poursuites, confpirerent contre lui; & il fallut ceder à leur fureur. Il se retira chez Basin Roy de Turinge, où il ne devint bien-cost que trop agreable à la Reine Basine. Les François éleverent sur le Trône à la place le Comte Giles Gouverneur des Gaules & General des Armées de l'Empire. Ce choix bizarre fut un effet de l'adresse & de la politiquede Viomade toûjours fidele à Childéric, quoique pour n'estre

Oreg. Turun.

[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »