Pagina-afbeeldingen
PDF
[ocr errors]

interesseesdanssonHistoire, d'observer le beauprécepte que

Ciceron lui prescrit, & qui consiste non-seulement à n'oser desto meranid. rien dire de faux , mais encore à ofer dire tout ce qu'il sçait z de de vrai; quand ces veritez doivent entrer dans le sujet qu'il traite.

2o. Je ne vois pas trop sur quoi fondez les Ecrivains de nostre Histoire generale, ont fixé le nombre des Rois de France de la premiere Race à vingt & un. Par exemple, en faisant l'Histoire du dernier Regne de cette Race, ils mettent pour titre, Childeric III. vingt og uniéme Roy, (en comptant depuis Pharamond)mais les autres Rois qui regnoient en même temps que ceux qu'ils mettent en ligne de compte, n'estoient-ils pas aufli Rois de France Ils s'intituloient tous également Rois des François. Le Royaume de Soissons, le Royaume d'Orleans, appellé dans la suite le Royaume de Bourgogne, n'estoient pas moins dans la France que celui de Paris.

Ondira peut-estre que Paris estant la Capitale, celui qui y regnoit doit estre regardé comme seul Roy de France. Mais de quel Estat Paris estoit-il la Ville capitale ? Il l'estoit fans doute de tout l'Empire François du temps de Clovis, parce que ce Prince y faisoit fa résidence ordinaire : mais après que cet Empire fut partagé, il ne l'estoit plus.Ill’estoit seulement du Royaume de Paris, comme Soissons l'estoit du Royaume de Soissons,comme Orleans l'estoit duRoyaume de Bourgogne, & Mecz du Royaume de Metz ou d'Austrasie.

En supposant même ce fondement qui est faux ; sçavoir qu'après le partage de l’Empire François, Paris en estoit toûjours la Capitale, les Historiens dont il s'agit ne trouveroient pas encore leur compte; car après la mort de Cari

bert

bert petit-fils de Clovis, ses trois freres, sçavoir Gontran Roy de Bourgogne, Chilperic Roy de Soissons, & Sigebert Roy d'Australie furent tous trois Rois de Paris , dont ils posséderent chacun une partie. Il falloit donc faire l'honneur à tous ces Princes de les compter parmi les Rois de France : il falloit au moins le faire à Gontran , qui après la mort de tous ses freres fut seul maistre de Paris. .

Il s'ensuit de là qu'il est contre l'Histoire de compter seulement vingt & un Rois de France dans la premiere Race;& c'est sans nulle raison, & même contre toute raison qu'on les fixe à ce nombre. C'est comme si dans la liste des anciens Rois d'Espagne, on ne comptoit que les Rois de Castille, quoiqu'il y eût alors des Rois d'Arragon, des Rois de Nas varre, des Rois de Portugal , &c.

On doit ici ajoûter ce qui regarde cette nouvelle Edition de l'Histoire de France. On peut compter parmi ses avantages la commodité du Volume ; & c'est sur ce qu’ont souhaité plusieurs personnes de tout estat, qu'on a donné cette forme à la nouvelle Edition.

Ony a fait quelques corrections des fautes d'impression qui estoient dans la premiere Edition,

De plus, on y a fait divers changemens sur quelques articles sur lesquels certaines méprises avoient échappé,chose inévitable dans le récit d'un million de faits, qui entrent dans la composition d'un ouvrage de cette étenduë. On y trouvera aufli diverses additions tirées principalement des Memoires de quelques familles, qu'on a fournies à l'Auteur, qui s'est fait un plaisir de leur faire ce juste honneur , après avoir examiné la verité des faits.

On a mis au haut des pages les années où les choses qu'on rapporte sont arrivées ; ce qu'on n'avoit point jugé à pro

Tome I.

pos de faire dans la premiere Edition,par la raison que dans plusieurs endroits de l'Histoire, la methode oblige de traiter tout de suite des matieres, qui occupent quelquefois deux & trois années.Plusieurs Lecteurs se sont plaint de l'omission de ces années au haut des pages, & l'on a crů devoir les satisfaire sur ce point; (excepté dans les deux premiers volumes, où la Chronologie est trop incertaine) & quand le fait rapporté ne quadre pas avec l'année marquée au haut de la page, on y a suppleé en marquant dans le texte ou à la marge l'époque du fait dont il s'agit.

Plusieurs auroient encore souhaité que l'on eût fait des Sommaires de chaque Regne, & des Sommaires aux marges pour les principaux faits, on l'a fait dans cette Edition, ou l'on a mis les Sommaires de chaque Regne à la teste de chaque volume , on les a mis aussi aux marges.

Cette Edition est beaucoup plus ornée que la premiere, Comme il estoit très-important de faire bien connoistre l'estat des Gaules, lorsque Clovis en fit la conqueste, on a mis pour cet effet une Carte du Pays, où l'on a marqué les divers Etats qui s'y estoient formez aux dépens de l'Empire Romain , comme le Royaume des Bourguignons, celui des Visigots,& ce qui restoit aux Romains.On y a marqué aussi quelques lieux fameux dans l'Histoire par les batailles qui y furent données par les François;la France Germanique audelà du Rhin, & les principaux Peuples qui la bornoient,

On a fait graver le Tombeau de la Reine Brunehaut, qui cst dans une Abbaye auprès d'Autun, & l'on a montré par des raisons assez-vrai-semblables, que c'estoit le veritable Tombeau de cette fameuse Reine, dont les belles & les mauvaises actions, & la fin désastreuse occupent une assez grande place dans l'Histoire de la premiere Race de nos Rois,

On y trouvera aussi le plan de l'arrangement de l'Armée Françoise & de l'Armée Romaine pour la Bataille du Cafilin, qui se donna sous la premiere Race, où Narsez ce grand Capitaine du temps de l'Empereur Justinien, tailla en pieces une nombreuse Armée de François assez près de Capouë.On a fait graver non pas laBataille, mais l'arrangement des deux Armées , pour montrer que les François n'agissoient pas alors dans ces occasions par leur seule impetuofité naturelle, comme plusieurs se l'imaginent , mais qu'ils sçavoient ranger avec methode une Armée en bataille. On auroit donné le plan de quelques autres actions semblables, si onen avoit pû trouver un détail aussi exact que celui de la Bataille du Casilin. Il est tiré d'un Historien de l'Empire proche de ces temps là, qui semble s'estre particulierement appliqué à donner une idée très-nette & très-exacte de tout ce qui fc passa en cette rencontre.

C'est par la même raison que l'on a pareillement representé la disposition du Camp de Henri IV à la Journée d'Arques, où le Duc de Mayenne attaqua ce Prince dans ses retranchemens.Le Comte d'Auvergne, dit depuis Duc d'Angoulême, qui y estoit en fait un détail fort exact,qui a esté confronté sur les lieux & sur le plan qui y a estélevé par un habile Ingenieur.

On ne parle point de diverses Vignettes toutes Historiques dont on a orné le commencement de plusieurs Regnes,

On a encore enrichi cette Edition de plusieurs Medailles tant de celles de nos Rois de la troisiéme Race, que de cele les des Rois de la seconde &de la premiere Race.

On y verra la belle Medaille de Loüis le Grand od est representé l'aveu autentique de la part du Roy d'Espagne du droit que l'Ambassadeur de France a toûjours eu de préceder l'Ambassadeur de ce Prince.Cette Medaille qui fut frappée en 1662. est ici representée au sujet des grandes contestations qu'il y eut sur ce point au Concile de Trente.

La Medaille de Henri IV.pour la Bataille d'Ivry,où il défit l'Armée de la Ligue commandée par le Duc de Mayenne,

Celles que ce Prince fit frapper à l'occasion du renouvellement de l'Alliance avec les Suisses.

Celles du Cardinal de Bourbon sous le nom de Charles X. reconnu pour Roy par les Ligueurs.

Celle de Henri III, & au revers la Reine Catherine de Medicis,

Celle de Charles IX. à son entrée à Paris. Une autre du même Prince après le massacre de la S.Barthelemy

La Medaille de François II. sur son mariage avec Maric Stuart Reine d'Ecosse.

La Medaille de Henri II. sur ses conquestes, où l'on voit comme dans quelques autres,le bon goût en matiere de Medailles renaistre sous ce Regne en France.

Une autre du même Prince sur les succez de ses armes en Italie, en Allemagne, &c.

La Medaille de la fameuse Duchesse de Valentinois.

La Medaille de François I. où il prend le titre de Duc de Milan.

Une Monnoye de Louis XII. où il se donne les titres de Roy des deux Siciles , de Jerusalem , & de Duc de Milan.

Une autre du même Prince où il prend le titre de Seigneur de Genes, Janue Dominus.

Une de Charles VIII.dont les Inscriptions sont en Franz çois contre l'ordinaire.

D'autres où il prend le titre de Roy de Jerusalem, &ç,

« VorigeDoorgaan »