Pagina-afbeeldingen
PDF

Jean Fondateur de l'Abbaye de Montier-Saint-Jean. Il composoit cette Vie sous Clotaire III. sur les Memoires d'un autre Auteur anonyme encore plus proche du temps de Clovis. · Il écrit donc que ce Saint elfoit déja au monde dès le temps des Empereurs Valentinien & Marcien ; qu'il vécust jusqu'au regne de Justinien. Et parlant de ce qui arriva entre ces deux époques, il dit ces paroles : Quo etiam tempore Franci cum Clodoveo Rege, postpofitâ Republica, militari manu terminos Romanorum irrumpentes Galliam invaferunt. En ce temps-là les François méprisant la Republique Romaine franchirent les limites de l'Empire, se jetterent dans les Gaules, & les envahirent sous la conduite du Roy Clovis. . · Ces paroles assurément ne supposent pas que Clovis fust déja dans les Gaules: & d'ailleurs on sçait que du temps des Empereurs que je viens de nommer, & même de tout temps les Epithetes ordinaires du Rhin, par rapport aux Peuples de la Germanie , estoient li. mes Gallicus , terminus Romanorum, Rheni limes, &c.

Dans la même Histoire du Montier-Saint-Jean, il y a une autre chose remarquable, qui confirme parfaitement ce que Procope nous a appris de l’union des Arboriques à l’Empire de Clovis si-tost qu'il fut Chrétien, & de la capitulation que les Garnisons Romaines firent alors en se rendant à lui.

Clovis dans une donation qu'il fait de quelques Terres à ce Monaftere , parle en ces termes : Le saint homme Jean mit ce Monastere sous nostre protection : Primo noftro fufcept.e Christianitatis anno, atque subjugationis Galiorxm. La premiere année de nostre Christianilme, qui fut celle que les Gaulois furent lubjuguez. : Je dis que cela s'accorde admirablement avec le témoignage de Procope : car on ne peut pas entendre ces dernieres paroles de l'entrée de Clovis dans les Gaules , parce qu'elle préceda son Baptême de plusieurs années, ni des conqueftes qu'il fit sur les Visigots our sur les Bourguignons, parce qu'elles ne se firent que long-temps après son Baptême : mais cela s'entend très-bien de la reddition des Places que les Garnisons Romaines lui remirent entre les mains, ainsi que le raconte Procope, & de la soûmiffion des Arboriques, qui se donnerent à lui fi-toff qu'il fut Chrétien. Clovis compta que la Gaule estoit subjuguée, quand les Romains & les Arboriques eurent mis bas les Armes. Primo noftro fufcepta Chriftianitatis anno , atque subjugationis Gallorum.

Au reste cette donation de Clovis n'a rien qui puisse la faire palser pour une piece suspecte. Le Pere Rovere Jesuite, qui a fait cet.

Tome but

[ocr errors]

temps en temps en-deçà du Rhin. Il fue furpris de la mort dans la Gaule Belgique, où les Soldats l'enterrerent dans un grand chemin qui conduisoit à Tournay; de même que le Grand Alaric , fe retirant après le pillage de la Ville de Rome, fut enterré par fon Armée à l'endroit même où elle campoit : c'estoit la maniere ordinaire des Barbares.

Quand je dis que Childéric für enterré dans le grand chemin qui conduisoit à Tournay, je ne parle pas sans garand. Marchantius, le sçavant Monsieur Chiffler, dans l'Ouvrage qu'il a fait sur driæ. .. la découverte de ce tombeau , & Vendelin homme aulli très-habile dans les Antiquitez des Païs-Bas , nous assurent de cette circonftance.

Au reste je ne crois pas que ce fust au retour de l'excursion que Childéric avoit faite jusqu'au delà de la Loire, qu'il mourur : car nous avons vû qu'il avoit depuis repassé le Rhin, & que s'estant ligué avec le Roy des Saxons, ils firent ensemble la guerre aux Allemans. Il me paroist donc plus veritable qu'il revenoit dans les Gaules pour quelque nouvelle entreprise, lorsqu'il mourut auprès de Tournay

La seconde objection paroistra d'abord avoir plus de force : c'est que dès le temps que Clovis vint attaquer Syagrius General de l'Armée Romaine, il y avoit dans les Gaules de petits Rois parens de

Clovis; & en particulier un certain Ranacaire Roy de Cambray , qui, comine dit Gregoire de Tours, vint avec Clovis marquer le 15 26 276 Champ de bataille , où les deux Armées en vinrent aux mains.

Quelques-uns de nos Historiens ont fort raisonné là-dessus , & ont crû que ce Ranacaire estoit un fils, ou un petit-fils de Clodion. qui malgré la violence & l'usurpation de Mérovée, s'estoit confera vé ce Pais, où il regnoit sur une partie des François. Si cela est ainsi, il est manifeste que Clodion s'estoit fixé dans les Gaules , & que Clovis n'est pas Fondateur de la Monarchie,comme je prérends qu'il l'a esté.

Mais ceux qui raisonnent de la forte, ne le font que sur le préjugé commun que je combats ; & sur ce qu'ils supposent que Gree goire de Tours a dit ou a crû qu'avant Clovis, les Rois des Frana cois estoient établis dans les Gaules ;; ce qu'il ne dit nulle part : car, comme j'ai déja remarqué, il ne fait mention que de leurs excurs fions, fans ajouster ni qu'ils soient demeurez dans les Gaules, ni qu'ils s'en soient retirez..

Gregoire de Tours dit donc que Clovis s'approcha de Soissons,

ae Francorum,

avec Ranacaire son parent , qui estoit aussi Roy, qui & ipfe regnum tenebat ; Non pas qu'il fust dès-lors Roy de Cambray , comme il le fut depuis : l'Historien ne le dit point du tout ; mais c'est qu'il l'étoit au-delà du Rhin.

Les François estoient composez de plusieurs Peuples : on com. prenoit sous ce nom les Bructeres, les Cartes, les Camaves, les An

sivariens, & plusieurs autres, dont les cantons, comme le remarque * De Origi- fort vrai-semblablement Vignier *, estoient gouvernez chacun par

leurs Chefs, ou leurs Rois, mais avec quelque dépendance d'un plus grand, qui portoit le nom de Roy de toute la Nation.

Un Poëte Saxon, en parlant de son Pais, du temps de Charlemas gne, dit que ces Peuples de Germanie avoient autant de Rois, ou de Chefs, que de Cantons,

Sed variis divifa modis plebs omnis babebat

Quot pagas , tot penè duces. Eumenius dans le Panegyrique de Constantin , parle des Rois des François au nombre pluriel : feges iplos Francia non dubitasti ultimis punire cruciatibus. Nazarius aussi, Ammien Marcellin, Claudien,Sulpice, &c. Ceux que Claudien appelle Reges , sçavoir , Marcomire & Sunnon; Sulpice les appelle Francorum Subregulos ; c'est-à-dire ,

des Rois subalternes. Mais je suis très-persuadé que tous ces Rois 2.1.de Laud, des François, Marcomire , Sunnon, Ricomer, Theodéme , & les Stiliconis.

autres dont il est parlé dans ces anciens Auteurs, n'estoient pas tous d'une même Famille , & ne commandoient pas à la même partie de la Nation,

Pour revenir à ceux dont il est fait mention dans Gregoire de Tours du temps de Clovis, ces petits Princes suivirent ce Roy dans les Gaules, à condition de s'y faire de petits Etats plus considerables que ceux qu'ils avoient au-delà du Rhin, Ranacaire se fit Roy de Cambray; & si nous en croyons Hincinar, dans la Vie de Saint Remy, il semble donner à entendre, que ce ne fut qu'après le Baptême de Clovis, que ce Prince demeurant toûjours attaché aux erreurs du Paganisme , établit sa demeure en ce quartier-là, avec une partie des François de l'Armée , qui n'avoient pas jugé à propos de le convertir. Multi denique de Francorum exercitu necdum ad fidem conversi cum Regis parente Raganario ultra Sumnam fluvium aliquamdiu degerunt , donec , &c.

On voit encore un Sigebert surnommé le Bøiteux , Roy de Coo

[ocr errors]
« VorigeDoorgaan »