Oeuvres de théâtre: Julie. Divertissement. Égerie. Le double déguisement. Zéloide. Arlequin au serrail. Le rival supposé

Voorkant
Chez Prault, petit fils, libraire Quay des Augustins, ... .., 1762
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 214 - main infâme y confondra le fang de ton Père avec le tien ; mais fi je fuccombe , fonge aux loix de ce pays ; fonge que dans ces lieux, lorfque
Pagina 241 - moi, je crus qu'il feroit fort agréable de vivre dans celui des autres , & j'engageai un marchand d'Efclaves, de mes amis, à me préfenter au Bâcha comme un Muet des plus rigides. ARLEQUIN. Fort bien. Les beautés dont vous êtes le gardien
Pagina 29 - .l'âme la plus noble, le cœur le plus vrai, un efprit doux , plein de charmes , une humeur toujours égale.. . Telle étoit cette fille adorable que nous allons donc perdre pour jamais ! JULIE, Vous me touchez fenfiblement, Monfieur, & il eft cruel pour moi de penfer que me regardant comme la caufe du malheur de ma fœur
Pagina 322 - qui ne s'eft démentie qu'à la vue de votre portrait j ce portrait que le Ciel fans doute fit tomber entre mes mains ; mon arrivée en ces lieux au moment que vous alliez être perdue pour moi ; tout enfin doit vous perfuader que ce cœur vous étoit deftiné.
Pagina 219 - les cris que la douleur . . . non , Madame, non, mon bras ne s'armera point contre vous. . . Mais qui défendra donc mon Père ? Qui
Pagina 13 - qui eft entre ta fœur & toi. C'eft par le parti qu'elle a pris de fe retirer dans un Couvent de province, où elle vient enfin de faire fes derniers vœux, que tu te trouves aujourd'hui héritière de tous mes biens q,ui lui étoient
Pagina 220 - mes enfans ; toutes mes recherches font vaines ; ce n'eft qu'au bout de près de vingt années qu'un perfide Neveu, au lit de la mort^ me fait appeller pour me déclarer .qu'il eft la caufe de tous mes maux ; il
Pagina 85 - & qu'il n'eft que le fils d'un Berger. Je l'examinois encore ce matin dans le Temple au milieu de cet éclat & de tout cet appareil de gloire dont vous l'avez environnée pour éblouir les yeux du vulgaire,
Pagina 13 - comme à l'aînée. Feignons que prête à renoncer au monde , elle a fait fes réflexions ; que la vocation "s'eft évanouie ;, qu'hier au foir elle eft arrivée inopinément chez moi ; que ce matin, de défefpoir de te voir enlever par fon retour tout le bien que tu attendois, tu es partie fans dire adieu à
Pagina 268 - ARLEQUIN. Tous les quatre ? Eh comment ? OCTAVE. Comment ? Comment ? Dépêche ; fais ce que je te dis ; & fi tu vois que je cherche à te tromper & à t'abandonner ici, je te permets de te jetter aux genoux du Bâcha & d'obtenir ta grâce, en lui découvrant qui je fuis & à quel

Bibliografische gegevens