Pagina-afbeeldingen
PDF

la division Masséna la droite ; l'ennemi fut enfoncé sur tous les points, et rejeté sur Bassano. La 4° de ligne, en colonne serrée, passa le pont comme à Lodi. A trois heures, l'armée entra à Bassano, et prit 6 mille prisonniers, huit drapeaux, deux équipages de pont, deux cents voitures de bagages, trente-deux pièces de canon, cent voitures de parcs de toute espèce, toutes ces voitures attelées à quatre chevaux. Wurmser se retira en désordre sur Vicénce, ne pouvant plus se retirer sur la Piave; il y rallia la division Mezaros. Il se trouvait ainsi coupé des états héréditaires et de ses communications ' avec l'Autriche. Le général Quasdanowich avec 3,ooo hommes, coupé de Bassano, se replia sur le Frioul. Le 9, la division Masséna marcha sur Vicence, celle d'Augereau sur Padoue, interceptant ces deux grandes routes, dans le cas où Wurmser essaierait de revenir sur la Brenta pour gagner la Piave. Battu à Roveredo, dans les gorges de la Brenta, à Bassano et devant Vérone, il n'avait plus sous ses ordres que des troupes découragées ; il en avait perdu l'élite ; il lui restait, d'une armée de 6o mille hommes, 16 mille hommes réunis sous ses ordres. Jamais position ne fut plus critique; il désespérait de son salut. Les Français se flattaient à chaque instant de le voir poser les armes.

S VII.

: De ces 16 milles hommes, 6 mille étaient de cavalerie, bonne et non démoralisée, qui n'avait point éprouvé de pertes, n'avait pas été battue ; elle inonda tout le pays pour chercher un passage sur l'Adige; deux escadrons passèrent sur la rive droite de l'Adige au bac d'Albarado, pour connaître la position des Français et obtenir quelques nouvelles de Mantoue. Il était impossible à Wurmser de passer l'Adige sur ce bac, talonné comme il l'était par l'armée française, et ayant perdu à Bassano son équipage de pont. Sa position était désespérée, lorsque les Français évacuèrent Legnago sans rompre le pont. Cette faute d'un chef de bataillon le sauva. Kilmaine, lorsqu'il fut attaqué à Vérone par la division Mezaros, avait appelé à lui les 4oo hommes qui gardaient Legnago, et ordonné à Sahuguet de les remplacer par un détachement tiré du blocus de Mantoue. Le chef de bataillon qui commandait ce détachement ayant eu quelques hommes sabrés sur la route de Legnago à Mantoue, se laissa persuader que toute l'armée autrichienne avait passé à Albarado et allait lui couper la retraite. Il ajouta foi au bruit répandu par l'ennemi des

désastres de l'armée française, qui aurait péri dans le Tyrol. Il se crut coupé, perdit la tête, et évacua la place, se retirant vers Mantoue. Wurmser, instruit de cette heureuse circonstance, se dirigea à l'heure même sur Legnago, y entra sans tirer un coup de fusil, profita du pont pour passer l'Adige. Au même moment, le général en chef arrivait à Arcole. A cette fâcheuse nouvelle, il s'empara du bac de Ronco, fit passer de suite Masséna sur la rive droite, et ordonna à Augereau de marcher de Padoue ! sur Legnago ; il concevait encore l'espoir de cerner de nouveau le maréchal en arrivant avant lui sur la Molinella. Kilmaine, avec tout ce qu'il avait pu trouver de disponible, s'était placé sur cette rivière, interceptant la route de Mantoue ; mais il était faible, il fallait arriver à lui avant l'ennemi. Wurmser perdit un temps précieux à Legnago; soit que l'excès des fatigues l'obligeât de donner quelque repos à ses troupes, soit que, croyant les Français sur le chemin de Vicence à Ronco, il hésitât, dans l'espérance de rouvrir ses communications naturelles par la route de Padoue. Comme il avait beaucoup de cavalerie, il pouvait s'éclairer très au loin. Ses coureurs lui apprirent que les Français étaient à Montagnana déjà devant lui,

venant par le chemin de Padoue, et qu'ils s'ap/

[ocr errors]

prochaient de Legnago par les deux chaussées. Il se mit alors en route sur Mantoue.

De Ronco deux chemins conduisent vers Sanguinetto, où l'on voulait intercepter l'ennemi : l'un à gauche en suivant l'Adige et allant cou

per à Cerea le chemin de Legnago à Mantoue ; "

l'autre conduisant directement de Ronco à Sanguinetto. Le général Pigeon, avec l'avant-garde

, de Masséna, marcha droit sur Sanguinetto ;
· mais Murat, envoyé en reconnaissance avec la
cavalerie légère, avait pris la route de Cerea .

comme le rapprochant davantage de l'ennemi. Il engagea bientôt la canonnade. Pigeon, entendant le canon, appuya sa gauche sur Cerea, y

[ocr errors]

arriva, et rangea la 4° légère en bataille der

" rière le ruisseau pour barrer le chemin. Wurmser était coupé; il était perdu s'il ne parvenait à s'ouvrir un passage. Il attaqua Cerea, déploya toute son armée, et cerna cette faible avantgarde; elle fut bientôt rompue; 3 à 4oo hommes demeurèrent entre ses mains. Maître du champ de bataille, il continua en toute hâte sa marche

sur Sanguinetto. Ce fut à l'échauffourée de Cerea

que le général en chef, arrivant au galop dans

le village au moment où son avant-garde était

mise en déroute, n'eut que le temps de tourner

bride et de se sauver en toute hâte. Wurmser

arriva quelques minutes après à la place même

[ocr errors]

où il s'était trouvé; instruit de cette circonstance par une vieille femme, il le fit poursuivre dans toutes les directions, recommandant surtout qu'on l'amenât vivant. Arrivé à Sanguinetto, Wurmser marcha toute la nuit. Instruit

[ocr errors]

qu'il était attendu à la Molinella par les réserves de Sahuguet et de Kilmaine, il quitta la grande route, prit sur la gauche, et arriva le 12 à VillaImpenta, où se trouvait un petit pont faible-. ment gardé; sa cavalerie le surprit. Le général Charton, qui accourut du blocus de Mantoue avec 5oo hommes de la 12° légère pour défendre Ce pont, ne put arriver à temps; il se plaça alors . en carré sur le chemin, et fit une vigoureuse résistance ; mais il fut sabré par les cuirassiers | autrichiens, et resta mort sur le champ de bataille. Ce détachement fut perdu. Le 14, à DueCastelli, un autre succès semblable à ceux de Cerea et de Villa-Hmpenta vint jeter quelque adoucissement sur les désastres du vieux maréchal : un bataillon d'infanterie légère y fut coupé et rompu par deux régiments de cuirassiers, et perdit 3oo hommes. L'armée était extrêmement fatiguée, elle mettait de la négligence dans le | - service. ·

« VorigeDoorgaan »