Pagina-afbeeldingen
PDF

à-fait dominé par un pressentiment funeste. Ce triste événement parvint à quatre heures du matinau quartier-général. Berthier fut sur-le-champ envoyé à cette division d'avant-garde; il y trouva les troupes désolées.

S III. . En entrant dans les états de Parme, Napoléon reçut, au passage de la Trébia, des envoyés du prince, pour lui demander la paix et sa protection. Le duc de Parme n'était d'aucune importance politique; il n'y avait aucun avantage à saisir ses états. Il lui laissa le soin de les admimistrer, en lui imposant, pour condition de l'armistice, tous les sacrifices dont ils étaient susceptibles. On recueillitainsi tous les avantages, et on se délivra de tous les embarras du gouvernement. Ce parti était le plus sage, le plus simple. Le 9 au matin, l'armistice fut signé à Plaisance. Le duc paya deux millions en argent, versa dans les magasins de l'armée une grande quantité de blé, d'avoine, etc. ; fournit seize cents chevaux d'artillerie ou de cavalerie, et s'engageaà défrayer toutes les routes militaires et les hôpitaux qui seraient établis dans ses états. C'est dans cette occasion que Napoléon imposa une contribution d'objets d'arts pour le Musée

de Paris. C'est le premier exemple de ce genre · qu'on rencontre dans l'histoire moderne. Parme fournit vingttableaux, au choix des commissaires français; parmi eux se trouva le fameux SaintJérôme. Le duc fit proposer deux millions pour conserver ce tableau; les agents de l'armée étaient fort de cette opinion. Le général en chef dit qu'il ne resterait bientôt plus rien des deux millions qu'on lui donnerait, tandis que la possession d'un pareil chef-d'œuvre, à Paris, ornerait cette capitale pendant des siècles, et enfanterait d'autres chef-d'œuvres. | La ville de Parme est située à trente lieues du golfe de Rapalo sur la Méditerranée; à même | distance des bouches du Pô sur l'Adriatique ; à soixante lieues des bouches du Var, frontière ouest de l'Italie du côté de la France; à soixante lieues de l'Isonzo, frontière est de l'Italie et sa limite avec l'Allemagne ; et à soixante lieues sud du col du Saint-Gothard, limite de la Suisse; à deux cent dix lieues de la mer d'Ionie; à vingt lieues de la Spezzia; à quatre lieues du Pô. Sa population était de 4o,ooo ames. Sa citadelle était en mauvais état. Les duchés de Parme, Plaisance, Guastalla furent possédés par la maison de Farnèse. Elisabeth, femme de Philippe V, héritière de cette maison, porta ces duchés dans la maison d'Espagne. Don Carlos » son fils, les possédait en 1714 ; depuis, ayant été appelé au trône de Naples, ces duchés passèrent à la maison d'Autriche en 1748 par le traité d'Aix-la-Chapelle; l'infant don Philippe en fut investi; depuis, son fils Ferdinand lui succéda en 1762. C'est le fameux élève de Condillac; il est mort en 18o2. Il habitait le château de Colorno, environné de moines et livré à toutes les pratiques les plus minutieuses de la religion.

[ocr errors]

L'armée leva dans la ville de Plaisance quatre cents chevaux d'artillerie. Le 1o, elle marcha de Casal-Pusterlengo sur Lodi, où Beaulieu avait réuni les divisions de Sebottendorf et Roselmini, et avait dirigé sur Milan et Cassano, Colli et Wukassowich. La destinée de ces dernières troupes dépendait désormais de la rapidité des marches. On pouvait les couper de l'Oglio et les faire prisonnières, mais à une lieue de Casal l'armée française trouva une forte arrière-garde de grenadiers autrichiens avantageusement postée, défendant la chaussée de Lodi. Il fallut manœuvrer; on y mit toute l'ardeur, et elle toute l'opiniâtreté que requéraient les circonstances; enfin le désordre se mit dans ses rangs; elle fut poursuivie l'épée dans les reins jusque dans Lodi. Cette place avait des murailles ; l'ennemi voulut en fermer les portes, mais les soldats français y entrèrent pêle-mêle avec les fuyards qui se rallièrent derrière la ligne de bataille que Beaulieu avait prise sur la rive gauche de l'Adda. Ce général démasqua vingt-cinq à trente pièces de canon pour défendre le pont; les Français lui en opposèrent sur-le-champ un pareil nombre. La ligne autrichienne était de 12,ooo hommes d'infanterie et 4,ooo hommes de cavalerie , ce qui joint à Io,ooo qui se retiraient sur Cassano, à 8,o6o qui avaient été battus à Fombio, et dont les débris étaient retirés à Pizzighittone, et aux 2,ooo de la garnison du château de Milan, formaient 35 à 36,ooo hommes, seuls restes de son armée. Napoléon, dans l'espoir de couper la division qui marchait par Cassano, résolut de passer le pont de l'Adda ce même jour sous le feu des ennemis, et de les étonner par une opération si hardie. En conséquence, après quelques heures de repos dans Lodi, sur les cinq heures du soir, il ordonna au général Beaumont, commandant la cavalerie, de passer l'Adda à une demilieue au-dessus, où se trouvait un gué praticable en ce moment, et aussitôt qu'il serait sur

l'autre rive, d'engager la canonnade avec une batterie d'artillerie légère sur le flanc droit de l'ennemi; en même temps il plaça au débouché du pont et sur la rive droite toute l'artillerie disponible de l'armée, la dirigeant sur les pièces ennemies qui enfilaient le pont; il forma les grenadiers en colonne serrée derrière le rempart de la ville qui borde l'Adda, où elle se trouvait plus près des batteries ennemies que la ligne même de l'infanterie autrichienne, qui s'était éloignée de la rivière pour profiter d'un pli de terrain qui la mettait à l'abri des boulets des batteries françaises. Dès qu'il vit lej feu de l'artillerie de l'ennemi se ralentir, que la tête de la cavalerie française commençait à se former sur la rive gauche, que cette manœuvre inquiétait l'ennemi, il fit battre la charge; la tête de la colonne par un simple à gauche se trouva sur le pont, qu'elle traversa en peu de secondes au pas de course, et s'empara sur-lechamp du canon de l'ennemi; la colonne n'était exposée au feu de l'ennemi qu'au moment où elle convergeait, par un à gauche, pour passer le pont. Aussi en un clin d'œil fut-elle à l'autre bord, sans essuyer de perte sensible ; elle tomba sur la ligne ennemie, l'enfonça, la contraignit de se retirer sur Crema dans le plus grand désordre avec perte de son artillerie,

« VorigeDoorgaan »