Pagina-afbeeldingen
PDF

cottiennes, grecques, pennines , rhétiennes, cadoriennes, cadoriques, noriques, juliennes. Les Alpes maritimes séparent la vallée du Pô de la mer. C'est une deuxième barrière de ce côté; le Var et les Alpes cottiennes et grecques séparent l'Italie de la France; les Alpes pennines de la Suisse; les Alpes rhétiennes du Tyrol ; les Alpes cadoriennes et juliennes de l'Autriche. Les Alpes noriques sont une seconde ligne et dominent la Drave et la Muer. ! Les Alpes maritimes commencent au MontAriol, à huit lieues de la Méditerranée près de Savone ; elles longent parallèlement la mer jusqu'au col d'Argentières où commencent les Alpes cottiennes. Le comté de Nice est assis sur leur revers du côté de la mer. Leurs cols principaux et les plus fréquentés sont le col Ardente et le col de Tende. Ce dernier est élevé de huit cent quatre-vingt-dix-sept toises au-dessus de la mer. Les torrents qui découlent des Alpes maritimes sont l'Aroscica qui descend de MonteGrande, et se jette dans la mer près d'Albenga ; La Taggia qui descend du col Ardente et a son · embouchure près de San - Remo; la Roya qui descend du col de Tende et finit à Ventimille, après douze lieues de cours; et le Var qui descend du Mont-Pélouse, près le col d'Argentières, serpente vingt-deux lieues et arrive à la mer

[ocr errors]

entre Nice et Antibes , formant la limite de la France et de l'Italie. Les cols d'Argentières, du Mont-Genèvre, du mont-Cénis, sont dans les Alpes cottiennes ; celui du petit Saint-Bernard, dans les Alpes grecques; ceux du grand SaintBernard, du Simplon, du Saint-Gothard, dans les Alpes pennines; le Splugen, le Brenner, dans les Alpes rhétiennes; Tarvis, dans les Alpes carniques, qu'on appelle aussi Alpes juliennes. | Le Mont-Blanc est le point le plus élevé; il domine toute l'Europe. De ce point central, les Alpes vont toujours en diminuant d'élévation, soit du côté de l'Adriatique, soit du côté de la Méditerranée. Dans le système de montagnes qui dominent le Mont - Viso, prennent leur source : le Var qui se jette dans la Méditerranée , la Durance qui se jette dans le Rhône, et le Pô qui traverse toutes les plaines de l'Italie en recueillant toutes les eaux de cette pente des Alpes et d'une portion de l'Apennin; dans le système de montagnes qui dominent le Saint-Gothard , prennent leur source : le Rhin, le Rhône, l'Inn un des plus gros affluents du Danube, et le Tésin un des plus gros affluents du Pô. Dans le système de montagnes qui dominent le mont Brenner , prennent leur source : l'Adda qui se jette dans le Pô, et l'Adige qui va à l'Adriatique. Enfin dans les Alpes cadoriennes, la Piave, le Tagliamento et l'Isonzo, la Brenta et la Livenza ont leur source au pied de ces montagnes. Le Pô, le Rhône et le Rhin ont cent vingt à deux cents lieues de cours; ce sont, pour la largeur, la profondeur et la rapidité de leurs eaux, de très-gros fleuves; mais le Danube, qui a cinq cent cinquante - cinq lieues de cours, et reçoit cent vingt rivières navigables, est le premier fleuve de l'Europe. Le Nil en Afrique est plus considérable encore. Il a huit cents lieues de cours.

S III.

Les Apennins sont des montagnes du second ordre beaucoup inférieures aux Alpes; ils traversent l'Italie et séparent les eaux qui se jettent dans l'Adriatique, de celles qui se jettent dans la Méditerranée. Ils commencent où finissent les Alpes, aux collines de Saint-Jacques, près du Mont-Ariol, le dernier des Alpes. Saint-Jacques et le col de Cadibone, près de Savone, sont plus bas encore, de sorte que ce point est à la fois la partie la plus basse des Alpes, et la partie la plus basse des Apennins. Depuis le premier col, celui de Cadibone, les , Apennins vont toujours en s'élevant par un mouvement inverse à celui des Alpes, jusqu'au centre de l'Italie. Ils se divisent en Apennins liguriens, Apennins étrusques, Apennins romains, et Apennins napolitains.

Les Apennins liguriens commencent aux monts Saint-Jacques à la source de la Bormida, - près de Savone; ils finissent au mont Saint-Pellegrino sur les confins de la Toscane. Ils ont cinquante lieues : ils séparent les états de Gênes du Montferrat et du duché de Parme. La crête supérieure est éloignée de trois à douze lieues de la mer, et de douze à vingt du Pô. Le mont Saint-Pellegrino s'élève à huit cents toises audessus de la mer. Les eaux des Apennins liguriens descendent d'un côté dans la Méditerranée par des torrents extrêmement rapides, qui forment un grand nombre de petites val- lées; et de l'autre côté dans la vallée du Pô par des torrents dont la rapidité est moindre. De ceux qui vont à la Méditerranée, la Magra est le plus considérable; il s'y jette près de la Spezzia, et a douze lieues de cours. Lors de la campagne de 1796, il n'y avait, pour suivre le bord de la mer, aucun chemin praticable à l'artillerie ; pour se rendre de Nice à Gênes, on fut obligé de transporter les pièces sur affûts de montagnes, et lors de l'ouverture de la campagne, les équipages durent arriver par mer à Savone, d'où ils pénétrèrent en Italie par le col de Cadibone qu'on rendit facilement pratieable aux voitures. Il n'y avait alors qu'une seule chaussée qui permît de se rendre de la mer dans l'intérieur de l'Italie : c'était celle de Gênes , dite de la Bocchetta. Mais en 1812 le chemin de Nice à Gênes, appelé chemin de la Corniche , était ouvert pendant trente lieues ; il permet aux voituriers une facile communication entre ces deux villes. La chaussée de Savone à Alexandrie par Cadibone, et celle de la Spezzia à Parme ont ouvert deux autres débouchés des ports de Savone et de la Spezzia au Pô ; Savone est à vingt lieues du Pô, Gênes à quinze, et la Spezzia à vingtquatre. Les Apennins étrusques commencent à la montagne de Saint-Pellegrino et se terminent au Mont-Cornaro; ils ont trente lieues d'étendue; ils s'élèvent graduellement et s'approchent de l'Adriatique. Le Mont-Cornaro est à dix lieues de Rimini, port de l'Adriatique, et à quarante lieues d'Orbitello, port de la Médi

terranée. Ces montagnes séparent la Toscane !

des duchés de Parme et de Modène, des légations de Bologne et de la Romagne. L'Arno et l'Ombrone sont les principales rivières qui

« VorigeDoorgaan »