Pagina-afbeeldingen
PDF

avec un rayon égal à la distance de Parme aux bouches du Var, ou aux bouches de l'Isonzo ( 6o lieues), vous aurez tracé le développement de la chaîne supérieure des Alpes qui sépare l'Italie du continent. Ce demi-cercle forme le territoire de la partie dite continentale, dont la surface est de cinq mille lieues carrées. La presqu'ile est un trapèze compris entre la partie continentale au nord, la Méditerranée à l'ouest, l'Adriatique à l'est, la mer d'Ionie au sud; dont les deux côtés latéraux ont deux cents à deux · cent dix lieues de longueur, et les deux autres côtés de soixante à quatre-vingts lieues. La surface de ce trapèze est de six mille lieues carrées. La troisième partie, ou ses îles, savoir : la Sicile, la Sardaigne, la Corse qui, géographiquement, appartient plus à l'Italie qu'à la France, forme une surface de quatre milles lieues carrées, ce qui porte à quinze mille lieues carrées la surface de toute l'Italie. On a considéré ici les limites naturelles sans entrer dans aucune division politique. Ainsi on n'a compris ni la Savoie qui est au-delà des Alpes, ni la Dalmatie, ni l'Istrie, et l'on a compris la partie des bailliages suisses, italiens, qui sont en-deçà des Alpes, et toute la partie du Tyrol qui verse ses eaux dans l'Adige, et est en-deçà du Brenner, tout cela d'ailleurs forme peu de changement.

Du côté de l'est, on a placé la borne à l'Isonzo, quoique la division naturelle des montagnes passerait entre Laybach et l'Isonzo, comprendrait une partie de la Carniole et de l'Istrie, et joindrait l'Adriatique à Fiume. Mais à l'Isonzo les montagnes des Alpes s'abaissent et deviennent d'une moindre considération. L'Italie n'a que cent cinquante lieues de frontières avec le continent de l'Europe, et ces cent cinquante lieues sont fortifiées par la plus forte barrière que l'on puisse opposer aux hommes; les plus hautes mcntagnes de l'Europe, que défendent des neiges éternelles et des roches escarpées. La population de la continentale est de 7,ooo,ooo d'ames; celle de la presqu'ile de 8,ooo,ooo et celle des îles est 2,3oo,ooo. La population totale del'Italie est de 17 à 18 millions d'habitants. Lesanciens divisaientl'Italie en trois parties : la Gaule cisalpine, qui comprenait toute la partie continentale; elle était bornée par le Rubicon du côté de l'est, et par la Magra du côté de l'ouest. L'Italie, proprement dite, qui contenait la Toscane, les états romains et une partie du royaume de Naples. Enfin la Grande-Grèce, ou la partie méridionale de la presqu'ile. La première partie a été habitée par les Gaulois : ceux d'Autun ont fondé Milan six cents ans avant Jésus-Christ; ceux de la Loire, Crémone et Mantoue. La deuxième partie était habité par des Italiens proprement dits, et la troisième par les colonies grecques ; sous Auguste, on comptait 4,6oo,ooo citoyens romains, habitants de l'Italie.

S II.

Les Alpes sont les plus grandes montagnes de l'Europe; elles séparent l'Italie du continent. Grand nombre de cols les traversent. Cependant un petit nombre sont seuls pratiqués par les armées, les voyageurs et le commerce. A ' quatorze cents toises d'élévation, on ne trouve plus de trace de végétation ; à une plus grande élévation les hommes respirent et vivent péniblement; au-dessus de seize cents toises, sont les glaciers et les montagnes de neiges éternelles d'où sortent des rivières dans toutes les directions, qui se rendent dans le Pô, le Rhône, | le Rhin , le Danube ou l'Adriatique. La partie des Alpes qui verse ses eaux dans le Pô et l'Adriatique appartient à l'Italie; celle qui les verse dans le Rhône appartient à la France ; celle qui les verse dans le Rhin et le Danube appartient à l'Allemagne. Le Rhône reçoit les . eaux de tous les versants des Alpes du côté de la France et de la Suisse, depuis le Saint-Go

thard jusqu'au col d'Argentières, et les porte dans la Méditerranée. Lacagna et l'Arce, qui s'y jettent près d'Hières, ne prennent pas leur source dans les Alpes, mais dans les collines de la Provence. Toutes les eaux des Alpes sont arrêtées par la Durance et ses affluents, qui se jettent dans le Rhône. La Suisse est tout entière dans les Alpes, entre le Rhin, le Rhône et le Jura ; c'est une surface de deux mille six cents lieues couverte de grandes montagnes, remplies de lacs et de vallées, dont les deux principales sont celles de l'Aar et de la Limna. Les eaux de la Suisse coulent dans le Rhin ou le Rhône, aucune d'elles dans le Danube. La Suisse est séparée de la vallée du Pô par deux chaînes, celle qui sépare la vallée du Pô de la vallée du Rhône, qui est la haute chaîne, et celle qui sépare cette dernière de la vallée du Rhin.o | . Les eaux des Alpes cadoriques, juliennes et doriques coulent dans le Danube, soit par des vallées perpendiculaires, telles que celles de l'Ill, du Lech, de l'Iser, de l'Inn et de l'Ens, soit par des vallées transversales : après avoir coulé parallèlement au Danube, elles finissent par s'y jeter, telles que la Drave et la Muer; il s'ensuit que les plaines de l'Allemagne sont séparées des plaines de l'Italie, ou la vallée du Danube de la vallée du Pô, 1° par les hautes chaînes des Alpes qui dominent l'Italie et d'où s'écoulent les eaux qui coulent d'un côté dans le Pô et l'Adriatique, et de l'autre dans la Drave; 2° par la chaîne qui sépare la vallée de la Drave de la vallée de la Muer ; 3° par la chaîne qui sépare la vallée de la Muer de la vallée du Danube. Toutes les vallées tombent perpendiculairement du sommet des Alpes dans le Pô ou l'Adriatique, et sans qu'il y ait aucune vallée transversale ou parallèle; d'où il résulte que les Alpes du côté de l'Italie forment un amphithéâtre qui se termine à la chaîne supérieure. En gardant le débouché de toutes ces vallées, on garde toute la frontière. Le mont qui domine le col de Tende est élevé de quatorze cents toises ; le Mont-Viso de quinze cents quarante-cinq toises, le Mont-Genèvre de dix-sept cents toises; le pic de Gletscherberg sur le Saint-Gothard de dix-neuf cents toises et le mont Brenner de douze cent cinquante toises. Ces sommités dominent la demi-circonférence de la haute chaîne des Alpes, et vues de près, elles se présentent comme des géants de glace placés pour défendre l'entrée de cette belle contrée. - Les Alpes se divisent en Alpes maritimes,

« VorigeDoorgaan »