Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

SCÈNE II.

DIGIZÉ, CARIME.

CARIME

DIGIZÉ.
Venez-vous insulter à mon sort déplorable?

CARIME.
Je viens partager vos ennuis.

DIGIZÉ.
Votre fausse pitié m'accable
Plus que l'état même où je suis.

CARIME.
Je ne connois point l'art de feindre:
Avec regret je vois couler vos pleurs.
Mon désespoir a causé vos malheurs :

Mais mon cour commence à vous plaindre,
Sans pouvoir guérir vos douleurs.

Renonçons à la violence:
Quand le coeur se croit outragé,

A peine a-t-on puni l'offense,
Qu'on sent moins le plaisir que donne la vengeance
Que le regret d'être vengé.

DIGIZÉ.
Quand le remède est impossible,
Vous regrettez les maux où vous me réduisez;

C'est quand vous les avez causés
Qu'il y falloit être sensible.

[ocr errors]

(Ensemble.)
Amour, Amour, tes cruelles fureurs,

Tes injustes caprices,
Ne cesseront-ils point de tourmenter les cours ? .

Fais-tu de nos supplices

Tes plus chères douceurs?
Nos tourments font-ils tes délices ?

Te nourris-tu de nos pleurs?
Amour, Amour, tes cruelles fureurs,

Tes injustes caprices,
Ne cesseront-ils point de tourmenter les cours ?

CARÍME.
· Quel bruit ici se fait entendre!
Quels cris ! quels sons étincelants !

DIGIZÉ.
Du cacique en fureur les transports violents...
Si c'étoit lui... Grands dieux! qu'ose-t-il entreprendre?
Le bruit redouble; hélas ! peut-être il va périr. ,

Ciel, juste ciel, daigne le secourir!
(On entend des décharges de mousqueterie qui se mêlent au bruit
de l'orchestre.)

(Ensemble.) Dieux! quel fracas!quel bruit! quels éclats de tonnerre! Le soleil irrité renverse-t-il la terre?

[ocr errors][merged small]
[ocr errors]

COLOMB, suivi de quelques guerriers; DIGIZÉ,

. CARIME

· COLOMB.
C'est assez. Épargnons de foibles ennemis.
Qu'ils sentent leur foiblesse avec leur esclavage;
Avec tant de fierté, d'audace, et de courage,
Ils n'en seront que plus punis.

DIGIZÉ.
Cruels! qu'avez-vous fait?...Mais, ô ciel!c'est lui-même!

SCÈNE IV.

ALVAR; LE CACIQUE, désarmé; COLOMB,

DIGIZÉ, CARIME.

ALVAR.
Je l'ai surpris qui, seul, ardent, et furieux,
Cherchoit à pénétrer jusqu'en ces mêmes lieux.

COLOMB.
Parle, que voulois-tu dans ton audace extrême?

LE CACIQUE.
Voir Digizé, t'immoler, et mourir.

COLOMB.
Ta barbare fierté ne peut se démentir:
Mais, réponds, qu'attends-tu de ma juste colère?

[merged small][ocr errors]

- LE CACIQUE. Je n'attends rien de toi; va , remplis tes projets. Fils du soleil, de tes heureux succès

Rends grace aux foudres de ton père,

Dont il t'a fait dépositaire."
Sans ces foudres brûlants, ta troupe en ces climats
N'auroit trouvé que le trépas. :

.: COLOMB.
Ainsi donc ton arrêt est dicté par toi-même.

CARIME.
Calmez votre colère extrême;
Accordez aux remords prêts à me déchirer
De deux tendres époux la vie et la couronne.
J'ai fait leurs maux, je veux les réparer:

Ou, si votre rigueur l'ordonne,
Avec eux je veux expirer. . .

. . COLOMB.
Daignent-ils recourir à la moindre prière !

LE CÀCIQUE.
. Vainement ton orgueil l'espère,
Et jamais mes pareils n'ont prié que les dieux.

CARIME, à Alvar.
Obtenez ce bienfait si je plais à vos yeux.

CARIME, ALVAR, DIGIZÉ.
Excusez deux époux, deux amants trop sensibles ;

Tout leur crime est dans leur amour.

Ah! si vous aimiez un jour, i .
Voudriez-vous à votre tour
Ne rencontrer que des cours inflexibles ?
ÉCRITS SUR LA MUSIQUE,

26

CARIME.
Ne vous rendrez-vous point?

point? i'
COLOMB.

Allez, je suis vaincu. Cacique malheureux, remonte sur ton trône.

I

(On lui rend son épée.) Reçois mon amitié, c'est un bien qui t'est dû.

Je songe, quand je te pardonne,

Moins à leurs pleurs qu'à ta vertu..it (à Carime.) Pour ces tristes climats la vôtre n'est pas née. Sensible aux feux d’Alvar, daignez les couronner. Venez montrer l'exemple à l'Espagne étonnée, Quand on pourroit punir, de savoir pardonner.

LE CACIQUE.
C'est toi qui viens de le donner; ..
Tu me rends Digizé, tu m'as vaincu par elle.
Tes armes n'avoient pu dompter mon cour rebelle,

Tu l'as soumis par tes bienfaits.
Sois sûr, dès cet instant, que tu n'auras jamais
D'ami plus empressé, de sujet plus fidèle.

COLOMB.
Je te veux pour ami, sois sujet d'Isabelle.
Vante-nous désormais ton éclat prétendu,

Europe : en ce climat sauvage,
On éprouve autant de courage,
On y trouve plus de vertu. .
O vous que des deux bouts du monde
Le destin rassemble en ces lieux !

« VorigeDoorgaan »