Mémoires ... sur la Pologne et les Polonais, depuis 1788 jusqu'à la fin de 1815 [ed. by L.J.B. Chodźko].

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 211 - La Convention nationale déclare , au nom de la nation française , qu'elle accordera fraternité et secours à tous les peuples qui voudront recouvrer leur liberté , et charge le pouvoir exécutif de donner aux généraux les ordres nécessaires pour porter secours à ces peuples, et défendre les citoyens qui auraient été vexés ou qui pourraient l'être pour la cause de la liberté.
Pagina 296 - ... excepté s'il était appelé du trône, en assurant en même temps aux nonces une entière liberté de parler. Ce n'est que le désordre et les excès que je veux arrêter; aussi, ceux qui en seront coupables devront être livrés à la sévérité des lois. Votre Excellence aura la bonté de communiquer cette lettre au Roi, comme aussi de la montrer aux membres de la Diète qui voudraient en avoir connaissance. J'ai l'honneur d'être, etc. Jacques de Sievers.
Pagina 222 - Polonois, en croyantfaire une révolution, étoient loin des idées libérales qui régénéraient la France. « Je ne sais pas, dit-il, qui a pu persuader en France » que les Polonois sont nos amis , et qu'ils approuvent >> notre révolution. Il est peu de pays où la sottise >> et l'orgueil se soient déchaînés contre nous avec » plus d'acharnement qu'en Pologne...
Pagina 295 - Au cas que l'on trouvât sur quelque nonce des armes cachées, il doit être arrêté et mis en prison, pour lui faire un procès criminel, comme à un assassin. Il faut faire aussi la révision des armes de la garde de Lithuanie, comme aussi de celle qui est sous les ordres de Votre Excellence ; et, dans le cas où l'on trouverait sur eux de la poudre et des balles, on doit aussi les mettre aux arrêts. Du reste, il est entendu que ces gardes ne remueront pas. Un arbitre qui se cachera dans la salle...
Pagina 490 - Chlewinski, et connaître l'état de l'armée de Lithuanie après sa retraite, avant de me rendre à Varsovie. Je n'avais plus que de bien faibles espérances de la voir rentrer à Wilna , car les nouvelles que nous recevions de la Pologne n'étaient pas rassurantes. Je trouvai le général Chlewinski avec l'armée à lanow, à trois lieues de Kowno. Je lui fis part de la résolution que j'avais prise de me rendre auprès de...
Pagina 312 - ... droits les plus précieux, dégage le peuple de « toute espèce de joug et du respect dû à ses « chefs, porte atteinte à l'autorité suprême, et « met en danger la tranquillité publique , ainsi « que le bonheur de la société.... Les puissances « qu'on a vues s'armer contre ces funestes maxi« mes , persécutent sous le même prétexte ceux » qui les ont constamment abhorrées.
Pagina 238 - Toutes les raisons de bienséance exigent qu'il tienne entre ses mains les rênes de l'état, jusqu'à ce qu'il l'ait tiré de la crise présente. C'est à ce seul prix que je pourrais me résoudre à lui assurer un sort heureux dans la retraite qu'il médite.
Pagina 128 - On lui rend le droit de nommer aux emplois tel qu'il l'avait avant la diète de 1775: il nomme les sénateurs, qui sont à vie. Le pouvoir exécutif appartient au roi et à son conseil , composé de six ministres. L'armée est entièrement à la disposition du pouvoir exécutif. La régence appartient au conseil du roi , présidé par la reine mère , ou , à son défaut , par le primat , membre nécessaire du conseil.
Pagina 172 - de manifester, tant à votre majesté qu'aux « membres prépondérans du gouvernement, mes « justes appréhensions à ce sujet. Dès le moment « où le rétablissement de la tranquillité générale « en Europe m'a permis de m'expliquer, et que « l'impératrice de Russie a laissé entrevoir une « opposition décidée contre la révolution du « 3 mai, ma façon de penser et le langage de « mes ministres n'ont jamais varié. En regardant « d'un œil tranquille la nouvelle constitution que...
Pagina 173 - ... qui s'y trouvent stipulés, il ne tient pas à moi de déférer à l'attente de Votre Majesté, si les intentions du parti patriotique sont toujours les mêmes, et s'il persiste à vouloir soutenir son ouvrage ; mais si, en revenant sur ses pas, il considérait les difficultés qui s'élèvent de tous côtés, je serais tout prêt à me concerter avec l'Impératrice et à m'entendre, en môme temps, avec la Cour de Vienne, pour convenir des mesures capables de rendre à la Pologne sa tranquillité.

Bibliografische gegevens