Histoire de la vie et des ouvrages de J.-J. Rousseau

Voorkant
Muguet, 1827 - 473 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 160 - Vous vous fiez à l'ordre actuel de la société sans songer que cet ordre est sujet à des révolutions inévitables, et qu'il vous est impossible de prévoir ni de prévenir celle qui peut regarder vos enfants. Le grand devient petit, le riche devient pauvre, le monarque devient sujet : les coups du sort sont-ils si rares que vous puissiez compter d'en être exempt ? Nous approchons de l'état de crise et du siècle des révolutions...
Pagina 360 - J'y mis fin malgré moi, et, après un silence de vénération, en regardant entre les deux yeux l'auteur de la Nouvelle Héloïse, je quittai le galetas, séjour des rats, mais sanctuaire du génie.
Pagina 307 - ... despotisme arbitraire et le plus arbitraire qu'il est possible : je voudrois que le despote pût être Dieu. En un mot, je ne vois point de milieu supportable entre la plus austère démocratie et le hobbisme le plus parfait ; car le conflit des hommes et des lois, qui met dans l'état une guerre intestine continuelle , est le pire de tous les états politiques.
Pagina 162 - ... dans la société, où il vit nécessairement aux dépens des autres, il leur doit en travail le prix de son entretien ; cela est sans exception. Travailler est donc un devoir indispensable à l'homme social. Riche ou pauvre, puissant ou faible, tout citoyen oisif est un fripon.
Pagina 144 - ... pernicieux, et mépriser des vertus utiles. Partout il nous fait voir l'espèce humaine meilleure , plus sage et plus heureuse dans sa constitution primitive; aveugle, misérable et méchante , à mesure qu'elle s'en éloigne. Son but est de redresser l'erreur de nos...
Pagina 107 - Je savais que tout mon talent ne venait que d'une certaine chaleur d'âme sur les matières que j'avais à traiter, et qu'il n'y avait que l'amour du grand, du vrai, du beau, qui pût animer mon génie. Et que m'auraient importé les sujets...
Pagina 32 - L'ardent désir de la voir heureuse, à quelque prix que ce fût, absorbait toutes mes affections : elle avait beau séparer son bonheur du mien, je le voyais mien en dépit d'elle. Ainsi commencèrent à germer avec mes malheurs les vertus dont la semence était au fond de mon âme, que l'étude avait cultivées, et qui n'attendaient pour éclore que le ferment de l'adversité. Le premier fruit de cette disposition si désintéressée fut d'écarter de mon cœur tout sentiment de haine et d'envie...
Pagina 421 - ... alors à souffrir horriblement, il défendit constamment qu'on appelât du secours et qu'on avertit personne. Peu de jours avant ce triste jour, il s'était aperçu des viles inclinations de sa femme pour un homme de l'état le plus bas...
Pagina 50 - En lisant chaque auteur, je me fis une loi d'adopter et suivre toutes ses idées sans y mêler les miennes ni celles d'un autre, et sans jamais disputer avec lui. Je me dis: commençons par me faire un magasin d'idées, vraies ou fausses, mais nettes, en attendant que ma tête en soit assez fournie pour pouvoir les comparer et choisir.
Pagina 348 - ... il est sûr que c'est la crainte d'une destinée pour eux mille fois pire , et presque inévitable par toute autre voie , qui m'a le plus déterminé dans cette démarche. Plus indifférent sur ce...

Bibliografische gegevens