Philosophie de l'histoire naturelle: ou, Phénomènes de l'organisation des animaux et des végétaux

Voorkant
J. B. Baillière, 1835 - 512 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina ii - Principes de physiologie comparée, ou histoire des phénomènes de la vie dans tous les êtres qui en sont doués, depuis les plantes jusqu'aux animaux les plus complexes.
Pagina 446 - On mil que la nature travaille constamment avec les mêmes matériaux ,- elle n'est ingénieuse qu'à en varier les formes. Comme si en effet elle était soumise à de premières données , on la voit tendre toujours à faire reparaître les mêmes éléments, en même nombre, dans les mêmes circonstances, et avec les mêmes connexions. S'il arrive qu'un organe prenne un accroissement...
Pagina 34 - Celles-ci sont peu stables et se modifient avec une surprenante facilité. Les lois de combinaison observées dans la nature inorganique sont insuffisantes pour expliquer les faits observés dans la nature organique, comme si quelque chose de vital restait toujours dans ces dernières et leur imprimait le cachet originel, qui donne souvent à ces corps un air de famille et les fait reconnaître à l'instant. » C'est ainsi que je m'explique comment les chimistes qui d'abord avaient , par simple mesure...
Pagina 482 - ... les exercices trop violens , comme certaines danses , l'escarpolette, etc. , peuvent amener l'avortement. Il est malheureusement d'autres moyens pernicieux que' la crainte du déshonneur a fait inventer et que la scélératesse perpétue. Dans la plupart des ovipares , il n'ya point de gestation; l'œuf fécondé se détache comme le fruit mûr qui tombe de la branche. Les faux vivipares , tels que la vipère , les salamandres , les poissons cartilagineux, portent leurs œufs dans leurs oviductus...
Pagina 456 - ... soient placés à des distances respectives si bien calculées , si en rapport pour réfranger les rayons de lumière, qu'il n'y manque rien, afin que les images viennent exactement se peindre sur la rétine. De dire ensuite comment de telles impressions se transmettent au cerveau par des nerfs optiques entrecroisés, et comment de deux...
Pagina 453 - ... pu vivre dans les airs ou sur la terre, sans avoir reçu une conformation capable de s'y maintenir et de s'y reproduire ? Nous voyons que la grenouille garde la forme d'un poisson ( le têtard ) tant qu'elle demeure dans l'eau; ensuite elle quitte cette forme pour habiter sur terre. Il...
Pagina 425 - Il est l'âme commune par laquelle toutes choses s'exécutent, et c'est par elle seule que tout respire. Elle est sensible dans le minéral qui se transforme , dans l'arbre qui végète , dans l'animal qui se meut et qui sent; elle se manifeste par le ministère de la nature dans tous les âges et à toutes les distances. Sans un Dieu , la matière demeurerait dans une mort absolue , éternelle , comme un immense cadavre. L'assentiment unanime des peuples a consacré cette sentence d'un ancien...
Pagina ii - Tableau élémentaire d'ornithologie , ou Histoire naturelle des oiseaux que l'on rencontre communément en France, suivi d'un traité sur la manière de conserver leurs dépouilles pour en former des collections , Paris , 1803; ibid., 1822, 2 vol.
Pagina 457 - Comme le poisson doit vivre dans l'eau, il est clair que l'humeur aqueuse devenoit inutile à la chambre antérieure de son œil , et il falloit que la forme du cristallin corrigeât la trop grande réfraction des rayons lumineux qui passent au travers d'un milieu dense comme l'eau. Ce n'est donc plus un cristallin lenticulaire ; il est renflé en sphère presque ronde comme un pois, et par ce moyen, imaginé et exécuté avec la plus rare précision, le poisson distingue parfaitement les objets...
Pagina 453 - Il paroit que certaines circonstances déterminent le développement des organes qui leur sont les plus favorables, et empêchent celui des autres. C'est ainsi que les arbres des pays chauds qui n'ont aucune écaille pour recouvrir leurs tendres bourgeons , voient se développer ces écailles , dans les pays froids , pour préserver de la gelée les rudimens délicats de leurs fleurs.

Bibliografische gegevens