Revue de l'académie de Toulouse et des autres académies de l'Empire [afterw. Revue de Toulouse et du midi de la France] sous la direction de F. Lacointa

Voorkant
Félix Lacointa
1861
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Inhoudsopgave

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 66 - On était donc fort embarrassé dans les républiques grecques. On ne voulait pas que les citoyens travaillassent au commerce, à l'agriculture, ni aux arts; on ne voulait pas non plus qu'ils fussent oisifs °. Ils trouvaient une occupation dans les exercices qui dépendaient de la gymnastique, et dans ceux qui avaient du rapport à la guerre d.
Pagina 264 - L'amitié a ses cajoleries comme un sentiment plus tendre, et plus elle est vieille, plus elle est flatteuse; précisément tout l'opposé de l'autre sentiment. Vous me dites des choses charmantes sur ma, gloire. Vous savez que je voudrais bien y croire, mais qu'au fond je n'y crois pas. et c'est là mon mal : car, si une fois il pouvait m'entrer dans l'esprit que je suis un chef-d'œuvre de nature, je passerais mes vieux jours en contemplation de moi-même. Comme les ours qui vivent de leur graisse...
Pagina 464 - Mais je ne craindrai pas de dire que je pense avoir eu beaucoup d'heur de m'être rencontré dès ma jeunesse en certains chemins qui m'ont conduit à des considérations et des maximes dont j'ai formé une méthode par laquelle il me semble que j'ai moyen d'augmenter par degrés ma connaissance, et de l'élever peu à peu au plus haut point auquel la médiocrité de mon esprit et la courte durée de ma vie lui pourront permettre d'atteindre.
Pagina 267 - Je blâme également, et ceux qui prennent parti de louer l'homme, et ceux qui le prennent de le blâmer, et ceux qui le prennent de se divertir; et je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant.
Pagina 360 - N'avoir dettes, amour, ni procès, ni querelle, Ni de partage à faire avecque ses parens, Se contenter de peu, n'espérer rien des Grands, Régler tous ses desseins sur un juste modèle.
Pagina 265 - Connaissez donc *, superbe, quel paradoxe vous êtes à vous-même. Humiliez-vous, raison impuissante; taisez-vous, nature imbécile : apprenez que l'homme passe infiniment l'homme, et entendez de votre maître votre condition véritable que vous ignorez.
Pagina 360 - Avoir une maison commode , propre et belle , Un jardin tapissé d'espaliers odorants , Des fruits, d'excellent vin, peu de train, peu d'enfants , Posséder seul, sans bruit, une femme fidèle...
Pagina 400 - ... éléments diffèrent donc de ceux que nous présente . la nature inorganique. Si l'on parvenait à trouver la cause de cette différence, on aurait la clef de la théorie de la chimie organique; mais cette théorie est tellement cachée, que nous n'avons aucun espoir de la découvrir, du moins quant à présent.
Pagina 134 - Tliémis et des muses du Parnasse de Guyenne, sur le fruict provenant de la démolition des villes et places fortes occupées ou enviées par les rebelles et ennemis de l'Estat. — Peut-être trouverait-on aujourd'hui ce titre un peu long.
Pagina 432 - Pallados arbor inclinat varias pondere nigra comas, praeter aquas Helicon et serta lyrasque dearum nil habet et magnum, sed perinane sophos. 10 quid tibi cum Cirrha? quid cum Permesside nuda? Romanum propius divitiusque forum est. illic aera sonant: at circum pulpita nostra et steriles cathedras basia sola crepant.

Bibliografische gegevens