La teoria della conoscenza in Locke e Leibnitz

Voorkant
C. Nava, 1908 - 192 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 2 - ... je pensai qu'il fallait que je fisse tout le contraire, et que je rejetasse comme absolument faux tout ce en quoi je pourrais imaginer le moindre doute, afin de voir s'il ne resterait point, après cela, quelque chose en ma créance qui fût entièrement indubitable.
Pagina 79 - ... point que l'ordre de la nature ne commence par le plus simple, et que la raison des vérités plus particulières ne dépende des plus générales , dont elles ne sont que les exemples.
Pagina 147 - Elles sentent ce qui se passe hors d'elles, par ce qui se passe en elles, répondant aux choses de dehors ; en vertu de l'harmonie que Dieu a préétablie, par la plus belle et la plus admirable de toutes ses productions, qui fait que chaque substance simple en vertu de sa nature, est, pour ainsi dire, une concentration et un miroir vivant de tout l'univers suivant son point de vue.
Pagina 64 - I igatur, non omnino spernenda) an vero proprias ideas habeamus, sciendum est, etsi omnia in Deo videremus, necesse tamen esse ut habeamus et ideas proprias, id est non quasi icunculas quasdam, sed affectiones sive modificationes mentis nostrae, respondentes ad id ipsum quod in Deo perciperemus; utique enim aliis atque...
Pagina 37 - ... connaître si un être purement matériel pense ou non , par la raison qu'il nous est impossible de découvrir par la contemplation de nos propres idées, sans révélation, si Dieu n'a point donné à quelques amas de matière disposés comme il le trouve à propos, la puissance d'apercevoir et de penser ; ou s'il a joint et uni à la matière ainsi disposée une substance immatérielle qui pense.
Pagina 84 - C'est ainsi que les idées et les vérités nous sont innées, comme des inclinations , des dispositions , des habitudes ou des virtualités naturelles, et non pas comme des actions, quoique ces virtualités soient toujours accompagnées de quelques actions souvent insensibles qui y répondent.
Pagina 105 - ... è la sua prima azione. Locke si occupa della seconda epoca: egli suppone formato il gran libro della natura, ed introduce lo spirito per leggerlo e comprenderlo: egli parte da questo fatto, che i sensi ci danno le idee complete degli individui, che sono gli oggetti dell'esperienza: egli suppone come dati l'esteriorità delle sensazioni, e la loro unione in un oggetto (ed io aggiungerò la. nozione comune dell'esistenza): ed egli fa, in conseguenza, derivare per mezzo dell'analisi, dall'esperienza...
Pagina 87 - Ce. sont là, dis-je, autant que je puis m'en apercevoir, les seuls passages par lesquels la lumière entre dans cette chambre obscure; car, à mon avis, l'entendement ne ressemble pas mal à un cabinet entièrement obscur, qui n'aurait que quelques petites ouvertures pour laisser entrer par dehors les images extérieures et visibles , ou , pour ainsi dire, les idées des choses, de sorte que si ces images , venant à se peindre dans ce cabinet obscur, pouvaient y rester, et y être placées en ordre,...
Pagina 52 - ... aussi enveloppée, et même affaiblie, mutilée, corrompue par des additions qui la gâtent ou la rendent moins utile. En faisant remarquer ces traces de la vérité dans les Anciens, ou, pour parler plus généralement, dans les antérieurs, on tirerait l'or de la boue, le diamant de sa mine, et la lumière des ténèbres; et ce serait en effet perennnis quaedam Philosophia.
Pagina 85 - Il est vrai que c'est confusément et sans les distinguer ; à peu près comme lorsque j'entends le bruit de la mer, j'entends celui de toutes les vagues en particulier qui composent le bruit total, quoique ce soit sans discerner une vague de l'autre.

Bibliografische gegevens