Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

DANGEREUSE,

O U

CÉ LIMA URE

ET

A M É L I E,

HISTOIRE VÉRITABLE,

PREMIÈRE PARTI E.

inimene

A LA H A Y E,

Et se trouve - A PARIS,
Chez BUISSON, Libraire, Hôtel de

Mesgrigny, rue des Poitevins, N°, 13.

M. DCC. LXXXV I.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

A M A D A M E

LA MARQUISE DE M***

D A ME,

La crainte de renouveller dans mon cour toute l'amertume d'une douleur mal assoupie , l'incertitude de mettre de l'ordre dans mes idées, & de pouvoir fixer mon

2

a

ij attention sur mille détails dont l'ensemble confus jète fi souvent le trouble dans mon esprit, m'ont fait balancer quelque temps à pondre à votre demande ; peutêtre même, fans de nouvelles instances de votre part, aurois - je cherché à justifier mon filence, par l'impossiblité de vous satisfaire , fi la reconnoisance ne m'avoit fait une loi de me soumettre à ce que vous exigez de moi. Je vous envoie donc l'histoire de ma vie, ou plutôt de nos malheurs , telle que j'ai pu vous la tracer d'une main tremblante : en la parcoufant, vous serez sûrement obligéo de la completter en bien des parties, par les éclaircissemens que je vous ai donné sur plusieurs points , peut

lij Streeffentiels,qui m'aurontéchappés & dont j'ai eu , sans doute , l'hon neur de vous entretenir dans le cours de nos conversations.

Vous voudrez bien aufi fuppléer. à quelques pages que vous trouveTeż effacées par mes larmes : ma sensibilité n'a pu se défendre au fouvenir douloureux des événemens qui ont traversé mon bonheura Ce n'étoit pas cependant de ces larmes déchirarites que l'excès du désespoir m'arrachoit dans ces fua neftes momens , revenu de mon affreuse sécurité, je me voyois tout-à-coup la déplorable viõime de la plus noire perfidie ; mais celles d'un infortuné, qui trouve une espèce de Toulagement å en répandre. Vous avez eu la bonté

« VorigeDoorgaan »