Oeuvres choisies de Marmontel ...

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 229 - Mais voyons d'abord comment le sage Ariste s'y prend pour être heureux lui-même. — Cela est tout simple, madame : je n'ai point de préjugés, je ne dépends de personne, je vis de peu, je n'aime rien, et je dis tout ce que je pense.
Pagina 295 - C'étaient les premières caresses qu'il avait reçues de ses parens : son cœur sensible en fut pénétré : cependant il n'osa leur demander de lui écrire. Mais il avait un camarade de collège dont il était tendrement aimé : il le conjura en partant, de lui donner quelquefois des nouvelles de sa mère. Celle-ci ne fut plus occupée que du soin d'établir son enfant chéri.
Pagina 300 - Ah ! ma pauvre mère, s'écria-t-il, j'irai vous secourir. Il ne voulut s'en fier à personne. Un accident, une infidélité, la négligence ou la lenteur d'une main étrangère, pouvaient la priver des secours de son fils, et la laisser mourir dans l'indigence et le désespoir. Rien ne doit retenir un fils, se disait-il à lui-même, quand il y va de l'honneur et de la vie d'une mère.
Pagina xxv - II est dit dans l'arrêté qu'il a été pris unanimement. Cela est vrai, à un seul membre près. Lorsqu'on fut aux voix, je remarquai bien qu'un seul, M. Marmontel, ne se leva pas. Il était au second rang, et par conséquent caché par ceux qui se levèrent. Je ne dis rien, mais, malgré l'unanimité apparente, quelqu'un, et sans doute par malice, demanda la contre-partie, qu'alors on ne demandait pas toujours. Le président fut obligé d'obéir, et M. Marmontel eut le courage de se lever seul....
Pagina 304 - Quelle fut la douleur de cet enfant si pieux et si tendre , de voir cette mère qu'il avait laissée au sein du luxe et de l'opulence, de la voir dans un lit entouré de lambeaux , et dont l'image soulèverait le cœur, s'il m'était permis de la rendre! O ma mère! s'écria-t-il en se précipitant sur ce lit de douleurs...
Pagina 212 - Artenice était une de ces femmes pour qui l'amour est un arrangement de société, qui s'offensent d'un long respect, qui s'ennuient d'un amour constant , et qui comptent assez sur la probité des hommes pour s'y livrer sans réserve et les quitter sans ménagement. On lui avait dit : « Nous allons passer quelque temps à la campagne ; Eraste y vient , voulez-vous en être ? » Elle avait répondu avec un sourire : « Volontiers , cela sera plaisant ;
Pagina 367 - Oui ; le bailli me fait trembler : mon enfant , dit-il , ne reconnaîtra ni père ni mère ; il nous reprochera sa naissance. — A cause? — A cause que nous sommes cousins , et que nous avons fait un crime. Sais-tu , Lubin , ce que c'est qu'un crime ? — Oui , c'est une vilaine chose. Par exemple , c'est un crime que d'ôter la vie à quelqu'un ; mais ce n'en est pas un que de la donner. Le bailli ne sait ce qu'il dit. — Ah ! mon cher Lubin, va le trouver, je t'en conjure : je suis toute tremblante....
Pagina xxvii - Là, réduit à la détresse par la perte successive de ses moyens d'existence, consterné par des forfaits dont le récit glace d'effroi , son imagination ne pouvait se distraire par d'amusantes rêveries. Pour instruire ses enfants , il composait des traités élémentaires ; pour les égayer , il racontait les événements de sa jeunesse.
Pagina 294 - Jacquaut lui répondit avec respect, qu'il y avait des partis moins violens à prendre pour le fils d'un négociant. A ces mots, mademoiselle de Carandon faillit à mourir de douleur d'avoir mis au monde un fils si peu digne d'elle, et lui défendit de paraître à ses yeux. Le jeune Corée, désolé d'avoir encouru l'indignation de sa mère, se retira en soupirant.
Pagina 122 - Long-temps immobiles et muets , ils demeurent étendus sur le pavé de la prison ; la douleur étouffe leur voix , et ce n'est qu'en se serrant plus étroitement et en se baignant de leurs larmes, qu'ils se répondent l'un à l'autre. Lausus enfin revenant à lui-même : « Ne perdons point de temps , dit-il à son ami : prends ces vêtements , sors de ces lieux , et m'y laisse.

Bibliografische gegevens