Choix littéraire, Volume 3

Voorkant
chez Claude Philibert, 1755
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 219 - L'infidelle fe fixe enfin Sur la belle & pâle Jonquille. On diroit que la tendre fleur Ranime au gré de fon vainqueur Le foible éclat dont elle brille : Du triomphe il goûte le prix : Chloé vole , approche , il eft pris. S'agitant...
Pagina 178 - D'ailleurs le gouvernement, quoique héréditaire dans une famille, et mis entre les mains d'un seul, n'est pas un bien particulier mais un bien public, qui par conséquent ne peut jamais être enlevé au peuple, à qui seul il appartient essentiellement et en pleine propriété. Aussi est-ce toujours lui qui en fait le bail : il intervient toujours dans le contrat qui en adjuge l'exercice.
Pagina 172 - ... seraient en état de se conduire. Toute autre autorité vient d'une autre origine que de la nature. Qu'on examine bien, et on la fera toujours remonter à l'une de ces deux sources : ou la force et la...
Pagina 217 - Loin des vains plaillrs de la ville, Et loin des pièges de l'amour, Chloé, naïve, jeune & belle, Voyoit couler fes jours heureux...
Pagina 187 - Quant aux sujets, la première loi que la religion, la raison et la nature leur imposent, est de respecter euxmêmes les conditions du contrat qu'ils ont fait, de ne jamais perdre de vue la nature de leur gouvernement; en France, de ne point oublier que tant que la famille régnante subsistera par les mâles, rien ne les dispensera jamais de l'obéissance ; d'honorer et de craindre leur maître, comme celui par lequel ils ont voulu que l'image de Dieu leur...
Pagina 75 - Fourier, lui dit l'empereur en se relevant, « vous vouliez donc aussi me faire la guerre ! comment « avez-vous pu hésiter entre les Bourbons et moi ? Qui « vous a fait ce que vous êtes? Qui vous a donné vos ti« tres? Comment avez-vous pu croire que jamais les Bour« bons pourraient adopter un homme de la révolution?
Pagina 186 - Je l'ai faite au dehors, je veux la faire au dedans de mon royaume. » Après leur avoir exposé les raisons qu'il avait eues de faire l'édit, il ajouta : « Ceux qui empêchent que mon édit ne passe veulent la guerre ; je la déclarerai demain à ceux de la religion ; mais je ne la ferai pas; je les y enverrai. J'ai fait l'édit; je veux qu'il s'observe. Ma volonté devrait servir de raison ; on ne la demande jamais au prince dans un État obéissant. Je suis roi, Je vous parle en roi.
Pagina 178 - ... publique, sont des biens dont le corps de la nation est propriétaire, et dont les princes sont les usufruitiers, les ministres et les dépositaires. Quoique chefs de...
Pagina 172 - Aucun homme n'a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d'en jouir aussitôt qu'il jouit de la raison.
Pagina 220 - Chloé foupire : Sur les boucles de fes cheveux Balançant fon vol amoureux , Voici ce qu'il ofe lui dire : Seule en ces lieux vous refpirez, Chloé •) la paix & l'innocence : Bientôt , loin des jeux de l'enfance...

Bibliografische gegevens