Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

avait un imparfait. Le second livre imprimé avec des figures en taille-douce est le Ptolomée, à Rome , en 1478. Le troisième est le Dante de 1481. Heinecke et Demur croient que les figures de la montagne sainte et du Dante ont été dessinées par Sandro Boticello et gravées par lui ou par Baccio Baldini. Un des livres d'images les plus curieux, c'est le Tewrdanck, dont l'édition, quoique postérieure de cent aps à celles que nous venons de citer, n'en est pas moins l'admiration et l'étude des graveurs et des bibliographes. Cet ouvrage in-folio est l'histoire de la vie et des aventures périlleuses de Maximilien 1.er, caché sous le nom du fameux héros et chevalier Tewrdanck. Il est écrit en vers teutons, caractères gothiques de la plus grande beauté ; il est orné de 118 gravures aussi nettes et aussi fraîches que si elles sor. taient des mains du graveur. Le texte est imprimé sur grand papier à marge large et d'une encre bien noire. Il y a deux éditions de cet ouvrage, l'une de Nuremberg faite en 1517, dont on voit des exemplaires à Vienne, au Vatican, dans l'abbaye de Saint-Florien (Haute-Autriche ), à Paris, tant à la bibliothèque nationale que dans des bibliotheques particulières. La seconde édition est d’Ausbourg , faite en 1519; il y en a un exemplaire à Bruxelles ; mais les deux éditions sout parfaitement semblables. Les 118 estampes allégoriques ont élé gravées sur bois par Hans Schaeuffelein; les lettres du texte allemand ont été supérieurement gravées sur planches de bois sous les yeux de Hans Schaeuffelein par d'autres artistes. Les uns prétendent que Maximilien I.er est lui-méme l'auteur de ce livre ; d'autres l'attribuent à Melchior Pfintzing , un de ses chapelains. Hans Schonsperger en a été l'imprimeur. On connaît aussi de cet imprimeur Hortus sanitatis dont il a donné deux éditions faites à Ausbourg en 1486 et 1488, avec estampes ; on l'appelle l'e grand imprimeur de livres de figures. Maximilien I.er a encore fait graver en 1517 sur les dessins d'Albert Durer et de Jean Burgkinair, une fête qu'il avait imaginée, dans laquelle toute sa maison passait en revue : elle est en 79 pièces; on appelle cette collection en Allemagne Triumpf - wagen ( le Char de triomphe ). Il en existe un exemplaire à Vienne , un en Suede et un autre à Paris.

LIVRE UNIQUE. J'ai parlé dans le Manuel bibliographique , page 57 , d'un livre intitulé Liber Passionis Domini nostri Jesu-Christi , cum figuris et caracteribus ex nulla materid compositis , dont l'empereur Rodolphe II, fils de l'empereur Maximilien II, offrit onze mille ducats , et que l'on a vu à Bruxelles, en 1640 , dans le cabinet du prince de Ligne. J'ai parlé de ce livre d'après Debure qui ne l'avait pas vu ; je vais ajouter quelques particularités sur ce chefd'æuvre d'industrie et de patience , d'après le citoyen Lambinet, qui l'a bien examiné. Ce livret, in-12, contient 24 feuillets, compris 9 estampes; le vélin est de la plus grande blancheur et du plus beau poli. Le premier feuillet , qui sert de frontispice , représente des H couronnées , entre-mêlées de roses. Le second , qui est aussi une autre vignette , représente les armes du roi d'Angleterre, avec la devise Hony soit qui mal y pense , et au-dessous une rose et deux herses, qui sont les armes de Henri VII, parvenu au trône d'Angleterre en 1485 et mort en 1509. On présume donc que ce livre a été fait en Angleterre entre ces deux époques. Au troisième feuillet commence Passio Domini Jesu - Christi secundum Joannem, cap. XVIII. Le texte entier de la passion occupe 15 feuillets ; sept. autres représentent les principaux mystères de la passion , et sont placés à côté du texte qui les cite. Sur chaque feuillet on a découpé, avec la pointe d'un canif ou d'un autre instrument fort tranchant, toutes les lettres et tous les traits des figures qui y avaient été préalablement dessinées. Par cette opération, chaque feuillet est percé à jour, et ne présente que différentes

[ocr errors]

MABILLON (Jean ). Célèbre bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, et l'un des plus érudits de cet ordre. Nous lui assignons une place dans ce dictionnaire, à cause de son savant ouvrage sur la diplomatique, auquel dom Ruinart a ajouté un Appendix en 1709, et à cause de son Museum italicum, 1687 - 89, 2 vol. in-4, en société avec dom Germain. Mabillon est le premier qui ait réuni les règles de la diplomatique sous un seul point de vue : il donne des principes pour l'examen des diplómes de tous les ages et de tous les pays : son ouvrage est le plus lumineux qui ait paru en ce genre; mais il ne fut cependant pas exempt de quelques erreurs; il est si difficile de porter un jugement fixe et certain sur tout ce qui s'appelle titres et manuscrits! Les yeux et la connaissance de l'histoire sont les seuls juges en cette matière , et ce sont des juges auxquels un faussaire habile peut aisément en imposer: Mabillon en est un exemple, « Il était l'homme du monde qui avait le plus examiné de parchemins, dit le père d'Avrigvi, et cependant il fut trompé par le fameux titre produit en faveur de la maison de Bouillon, qu'une seule lettre differente des autres , et tournée à la moderne, rendit suspect à d'autres antiquaires. La main lassée avait trahi le faussaire L'aveu qu'il fit avant d'expirer sous la main du bourreau , pour différens crimes, justifia le jugement porté contre la pièce. » Le jésuite Bartheleini Germon atia qua la diplomatique de Mabillon, la regarda comme inexacte, prétendit y trouver plusieurs diplômes faux, et publia à ce sujet quelques dissertations latines, écrites avec pureté et élégance ; elles parurent en 1703, 1706 et 1707, 3 vol. in-12. Mabillon n'y répondit pas ex-professo; mais il joignit à son livre un supplément qui satisfit presque tous les critiques. La Diplomatique parut d'abord en 168r, et le supplément vit le jour en 1704. On croit communément qu'il y a deux éditions de la Diplomaa tique, l'une de 1681, et l'autre de 1709; mais on se trompe, Cette dernière est la même que la première , à part le frona tispice, quelques changemens et quelques petites augmenta- ; tious depuis la page 597 jusqu'à la 634, qui ont été réimprimées, et qui sont suivies de l'Appendix de Ruinart, qui finit à la page 648 , et qui contient cinq modèles d'anciennes écritures et différentes formes de sceaux, gravés en bois, que des papes ayaieni mis en usage pour sceller leurs bulles. Pour avoir la Diplomatique parfaitement complette, il faut annexer Je supplément de 1704 aux exemplaires de 1709; l'édition de 1681 avec le supplément, ou l'édition de 1709 seule, ne complettent point l'ouvrage. On doit encore à Mabillon , Analecta, 1695 et suiv. , 4 vol. in-8. Ce sont des pièces curieuses recueillies dans diverses bibliothèques; Acta sanctorum ordinis sancti Benedicti. Paris , 9 vol. in - fol. ; les Annales des bénédictins , dont il a donné 4 vol. in-fol. qui contiennent l'histoire de l'ordre depuis son origine jusqu'en 1066; Traité des études monastiques , 1697, in-18; Sancti Bernardi opera. Paris, 1690 , 2 vol. in-fol. ; l'Épitre dédicatoire qui est en tête de l'édition de saint Augustin; la Liturgie gallicane, 1685 et 1729, in - 4, etc., etc., etc. Mabillon , né en 1632 à Saint-Pierre-Mont, village du diocèse de Rheims, mourut à Paris, dans l'abbaye de SaintGermain-des-Prés, en 1707. Les savans d'Allemagne lui donnent ordinairement le surnom de Grand , Magnus Man billonius.

MACARONIQUE. On donne ce nom à une espèce de poésie burlesque, entremêlée de mots de différentes langues, et de mots vulgaires latinisés et travestis , comme dans ces vers :

Archeros pistoliferos furiam que manantum , Et grandem esmentam quæ inopinum facta ruella est ,

Toxinum que alto troublantem corda clochero. Ou comme dans

Enfilavi scadrones et regimentos. On croit que Théophile Folengo de Mantoue, moine bénédictin , qui florissait vers l'an 1520, est l'inventeur de ce genre de poésie. Il a composé en 1517, Merlini Cocaii, opus macaronicum , ouvrage rare , surtout de l'édition de 1521. Il a ensuite donné Il Chaos del tri per uno, qui ne réussit pas. Guarino Capella est auteur du Macarones Ariminensis ( de Rimini), poëme composé dé six livres de poésies macaroniques, contre Cabrin, roi de Gogue et Magogue , qui parut en 1526. Les principaux ouvrages macatoniques d'Italie sont : Macaronica de syndicatu et condemnatione doctoris Samsonis Lembi, ouvrage très - mauvais ; Macaronis forza , par Sthetonius, jésuite, en 1610, ouvrage estimé; Carnavale tabula macaronica, par Bazani; Capricia macaronica magistri Stopini poetoe pousanensis, en 1636, par César Ursivius. Nous avons en France, De arte dansandi, et De guerra neapolitanâ , romand et genuensi. Ces deux poëmes sont de Antonius de Arena , provencalis de Bragardissima , villa de Soleriis ; l'Historia bravissima Caroli V, imper. à provincialibus paysanis triumphanter fugati, par un avocat; Dictamen metrificum de bello hugonolico et rusticorum pigliamine, ad sodales, par Remy Belleau : celle pièce est estimée ; Cacasanga reistro suisso lansquenetorum, per M.-J.-B. Lichiardum recatholicatum spaliporcinum poetam ; -- Arenaicum de quorumdam nugigerulorum piaffa insupportabili , par Jean - Edouard Dumonin ; et Recitus veritabilis super terribili esmeuta paysannorum de Ruellio, par monsieur de Frey ; ce dernier poëme surtout ( d'où sont tirés les vers précédemment cités ) est très - estimé. Les apglais n'ont presque rien en style macaronique : on de

« VorigeDoorgaan »