Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub
[graphic][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][ocr errors][subsumed][ocr errors][subsumed][ocr errors][ocr errors][subsumed][subsumed][ocr errors][subsumed][subsumed][ocr errors][subsumed][subsumed][ocr errors][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][subsumed][ocr errors]
[graphic][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors]

Dans le tableau ci-dessus , il se trouve pour le cicero ( romain ). ................. 19,092 let. L'italique étant ordinairement du quart , va à. . 4,773.

Total du cicero et de son italique. ... 23,865.

Pour le petit-romain (romain) il se trouve. . . 31,610. Son italique. .................... 7,902.

Total du petit-romain et de son italique. . . 39,512.

Il faut ajouter à cela les espaces et quadrats à raison de dix livres chacun par cent pesant de caractères ; et les interlignes de quatre au cicero , doivent être au nombre de 700 à peu près pour l'in-8, et de 900 quant au petit - romain, Passons à un troisième tableau.

Du poids d'une feuille composée des caractères les

plus usités. Une feuille de caracteres distribuée conformément à la police, y compris l'italique, les espaces et les quadrats , doit peser , savoir :

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Dans tous les calculs ci-dessus on a excédé le nombre des Caractères qui peuvent constituer une feuille, parce que rien n'est plus incertain que l'évaluation du retour plus ou

moins fréquent des mêmes lettres. A cet égard, les fondeurs ont des bases certaines dont ils s'écartent rarement: on peut leur demander une fonte de trois manières différentes, par cent pesant, par feuille ou par casse.

Prix d'une feuille in-8.

Une feuille in-8 coûte de composition. ...ii. i 10 fr.

Tirage à 1000 exemplaires , à raison de 3 francs le 1000, la feuille avec la retiration fait 2000, qui coûtent...........................

Cela fait déjà 16 francs de déboursés par l'imprimeur.
Ensuite viennent les étoffes , d'abord moitié. ...
Puis le quart. ..................... 4 fr.

Total du prix ordinaire d'une feuille....... 28 fr.

Le papier n'est point compris dans cette noté ; et ce pris varie selon la différence des caractères et des formats.

CARDÉ, Mot indien qui signifie portion, division, On désigne ainsi les parties des livres religieux des gentour, que l'on récite en différens temps et suivant certaines cérémonies. Cardé ou chapitre est synonyme.

CARTES A JOUER. Nous parlons des cartes à jouer , parce qu'elles ont quelque rapport avec les livres d'images du 14 et du 15e siècles , que l'on regarde comme les premiers essais de l'imprimerie. On n'est nullement d'accord sur l'origine des cartes à jouer: les uns en attribuent l'invention aux allemands , et d'autres aux français. Bullet, dans ses recherches historiques sur ce sujet, démontre par une multitude de preuves tirées des chroniques du temps, particulièrement de celle de Petit Jehan de Saintré, page de Charles V, par les édits des princes , par les lois ecclésiastiques, par les figures mêmes des cartes, que ce jeu fut inventé sur la fin du règne de ce prince , vers l'an 1376. Les couronnes, les sceptres fleurdelisés, que l'on voit sur les cartes , lui font croire que ce sont les français qui les ont imaginées, Bientôt elles passèrent en Espagne, en Italie , en Allemagne , en Angleterre; puis elles furent défendues par Jean, roi de Castille, par un édit de 1387, par une ordonnance du prévôt de Taris de 1397 , par un synode de Langres tenu en 1404, etc. Dans l'origine, on dessinait et l'on peignait les cartes à la main : c'est ce que Ménestrier et Bullet prouyent par le compte de Charles Poupart, trésorier de Charles VI, dans lequel on lit cet article : « Donné à Jacquemin Gringonneur , peintre , pour trois jeux de cartes à or et à différentes couleurs de plusieurs devises, pour porter devers ledit seigneur roi , pour son ébattement , cinquantesix sous Parisis », C'est vers 1400 que les allemands , les flamands , les hollandais , les italiens firent les premiers moules en bois , pour les fabriquer avec plus de célérité, et en rendre l'usage plus commun et moins cher. On en agit ainsi en France, en Angleterre, etc. Malgré les preuves avancées par Bullet , Heineken prétend que l'invention des cartes à jouer et de leur enluminure , appartient aux allemands , et il lui donne une date antérieure à celle de 1376. Gunther Zeiner, dans un ouvrage allemand intitulé le Jeu d'or, qu'il imprima en 1472 , in-folio, dit que le jeu de cartes a commencé à avoir cours en Allemagne l'an 1300. Il parait, d'après les opinions des savans que nous venons de citer , qua le procès entre la France et l'Allemagne ne sera jamais jugé, et qu'il serait aussi difficile de fixer l'origine des cartes à jouer, que d'en abolir maintenant l'usage.

CARTON. En terme d'imprimerie , c'est un ou plusieurs feuillets détachés d'une feuille entière , et imprimés séparément, que l'on ajoute à un ouvrage, soit lorsque la

« VorigeDoorgaan »