Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

chez moi Mathys Vander Goes. » Ende is ghéprent t Antwerpen bi mi Mathijs Vander Goes , anno mcccclxxij...... petit in-4 de 32 pages et demie de 24 lignes dans les pages entières, sans points, sans virgules, sans chiffres, sans réclames, mais avec signatures finissant E 3; lettres initiales au pinceau , caractères gothiques. C'est la date de 1472 qui fait un objet de discussion parmi les bibliographes ; les uns, tels que Verdussen, Mols, Meerman et Visser regardent cette date comme authentique ; alors cette édition est la première exécutée dans la Belgique en caractères mo. biles , et Anvers a la palme de la primauté typographique sur toutes les autres villes de cette province; d'autres, tels que Mercier, Lambinet, etc. jugent cette date subreptice, et se fondent sur ce que cette édition n'a ni la forme , ni l'empreinte , ni le coup d'æil de celles qui ont été faites à cette époque , et sur ce qu'il y a interruption de dix ans entre cette édition et celle du Miroir, ou règle de la foi chrétienne ou des siècles chrétiens : Die Spyeghek of reghel der kersten gheloue of der kersten eewe. Gheprent 1 Antwerpen bi mi Mathys Vander Goes, anno mcccclxxxij , in-4, exécuté comme celui des visions de Tondale. Le citoyen Lambinet croit que « Mathias Goes, jaloux d'acquérir dans son pays les honneurs de la typographie, aura imprimé avec la date de 1472, un livret in - 4 de 32 pages, qu'il aura tiré à peu d'exemplaires, et qu'il aura laissé reposer dans son magasin, afin de faire préjuger, après sa mort , sa priorité sur les autres imprimeurs, ses contemporains. Il suppose la même ruse dans les éditions de Martens d’Alost, de 1473. » Ce même auteur entre dans des détails sur les éditions de Goes. Il en présente huit avec date , cinq avec souscription seulement, et neuf à dix sans date ni souscription, qu'on attribue à Mathias Goes , mais dont plusieurs peuvent être révendiquées par des artistes allemands ou bataves.

RAISONNÉ
DE BIBLIOLOGIE,

A BRÉVIATIONS. Comme l'usage des abréviations est très-commun dans les anciens manuscrits, ainsi que dans les imprimés du 15e siècle, nous avons cru devoir consacrer un article à ce mot, pris généralement, et y ajouter une table, qui , toute incomplette qu'elle est , peut être utile. Les anciens , dans leurs abréviations les plus communes, conservaient une partie des lettres d'un mot, et substituaient certains signes à celles qu'ils supprimaient; ainsi ils écrivaient Dms ou Dns pour Dominus (1). Dans les manuscrits les plus anciens , I'm ou l'n , à la fin de la ligne, est désignée par une petite barre horisontale - ou par une s couchée es , seule ou accompagnée de deux points, l'un supérieur, et l'autre inférieur. Le mot est ( du verbe esse ), rendu par cé signe*, désigne une antiquité de six à sept cents ans. La lettre n servant d'abréviation pour nom d'homme inconnu, a lieu , selon Mabillon, dès le ge siècle ( 2 ). C'est dans le même temps qu'on abrégeait ille par ill. Les abrévian tions étaient déjà communes après le 6e siècle : elles le furent davantage au 8e, encore plus au ge ; elles se

(1) Ces abréviations étaient en usage dans les 3e et 4e siècles, surtout la première , lorsqu'elle est constante dans un mánuscrit.

(2) Voyez Act. ss. Bened., som. s, pag. 291, Lion't

multiplièrent à l'infini au 10e : dans le nie il n'y a pas de ligne où il n'y ait jusqu'à huit et dix abréviations ; enfin , dans les 12e , 13, 14e et 15e siècles, l'usage des abréviations fut porté à l'excès ; l'écriture en fut farcie , même dans les ouvrages en langue vulgaire, et dans les premiers exemplaires de l'imprimerie. Dès le 14ė siècle, Philippele-Bel fut obligé de rendre une ordonnance (en 1304) pour bannir des minutes des notaires , et surtout des actes juridiques , toutes les abréviations qui exposaient les actes à être mal entendus, et à être falsifiés. Le parlement, par arrêt de 1552, bannit également des lettres-royaux, les etcætera qui avaient jusqu'alors été d'usage, et qui étaient également sujets à de grands abus. A l'article des notes tiropiennes ( voyez TIRON ), nous parlons de l'abréviation d'et par 7, et d'us par 9, à la fin des mots ; les abrévia. tions de per, de pro et de proe étant sujettes à être confon. dues, voici comme on les distingue : Per est abrégé par. p, dont la queue est coupée par un trait ; pro, par p, dont un trait courbe sort de la tête de ce p; et proe, par un trait supérieur qui ne touche point à la lettre. Voici une petite table de quelques abréviations latines. On peut consulter , pour les abréviations hébraïques , Mercerus , David de Pomis , Schindler , Buxtorf et autres ; pour les abréviations romaines , la collection de Sertorius Ursatus, qui est à la fin des marbres d'Oxford, sous ce titre : Sertorii Ursati, de notis Romanorum, commentarius ; et pour les abréviations les plus récentes employées dans les manuscrits et dans les titres , Lacurne de Sainte-Palaye.

· Petite Table de quelques Abréviations latines. AB. Abdicavit. AB. AUGUSTOB. M. P. X. Ab augustobriga millia posa

suum decem, ABN. Abnepos. .

AB. U. C. Ab urbe condita.
A. C. P. VI. A capite vel ad caput pedes sex. '.
A. D. Ante diem.
ADJECT. H--S. IX. 00. Adjectis sestertiis novem mille..
ÆD. II. II. VIR. II. Ædilis iterum , duumvir iterum
A. K. Ante kalendas. .
ANN. LIII. H. S. E. Annorum quinquagesima trium hic
situs est.

. . .
ANN. PL. M. X. Annos vel annis plus minus decem.
ANN. © XVI. Anno defunctus decimo sexto. "
ANN. V. XX. Annos vixit vigenti.
A. P. M. Amico posuit inonumentum.
A. RET, P. III S. Anté retrò pedes tres semis, ...
AR. P. Aram posuit.
ARG. P. X. Argenti pondo decem.' . . 1.. .
A. R. S. H. Anno reparato salutis humane.
B. A. Bisit annis , id est viirit annis.
B. M. P. Bené merito posuit.

. . ro.! ! B. M. P. C. Bendi merito ponendum curavit. : B. M. S. C: Benè merito sepulcrum condidit. en BN. H. I. Bona hîc invenies. "" " cond B. RP. N. Bono republicæ natuus: 1 v. es s BX. ANVS. VII. ME. VI. DI. XVII. Vixit annos septem ,

los menses $4.x. Dies septem decim." ; C. D. Comitialibus diebus. :)) ", " TY CC. VV. Clarissimi viri. To isson, S...) CERTA. QUINQ ROM CO. Certamen quinquennate

romce conditum. " COSS. Consules. COST. CUM. LOCH--S do D. Custodiam cum loco sestertif

mille quingentis. .. C. V. Centum viri. .15 .bo .,' ;:: .! COOIX. Nongenti novemit... Limi : ...tis D. B. I. Diis bené juvantibus, invec e , si

D. D. D. D. Dignum Deo domum dedicavit.
D. D. Q. O. H. L. S. E. V. Diis Deabusque omnibus , hunc
. locum şacrum esse voluit.
D. M. S. Diis manibus sacrum.
D. O. M. Æ. PP. Deo optimo maximo æterno perpetuo.
D. S. P. F. C. De sud pecunia faciendum curavit.
D. V. C. Dicat , vovet, consecrat.
EX. A. D. K. Ex ante diem kalondas.
EX. H--S. X. P. F. I. Ex sestertiis decem parvis fieri jussit.
EX. H--S. N. CC. L. D. XL. Ex sestertiis nummorum

ducentis quinquaginta millibus quingentis quadra

ginta.' .in F. F. F. Ferro , flamma , fame , fortior , fortuna , fato. . F. R. Forum romanum. H. M. E. H--S. CCIĐĐ. CČIÇO. 155. M. N. Hoc monisa

mentum erexit sestertiis vigenti quinque mille nummuma I. D. Inferis diis, jovi dedicatum , isidi deæ, jussu Dei.. 1. M. CT. In medio civitatis. .. .covers ..: IN. V. I. S. Inlustris vir infra scriptus. .. ! ! K. Cæso , Caius , Cælius , Carolus, Cohors, Carthago, etc. L. AP. Ludi , Apollinares. : i i i . s ro L. L. Sestertius magnus.. MES. YII. DIEB. XI. Mensibus septem , diebus undecim. N. V. N. D. N. P. O. Neque vendetur, neque donabitur ,

neque pignori obligabitur. Inni !! OB. C. S. Ob cives servatos. Sir i..! O, E. B. Q. C. Ossa ejus benè quiescank condita. ) P. A. F. A. Postulo an fias auctor. Lisows: PAT. PAT. Pater patriæ. PED. CXV. S. Pedes centum quindecim sémisa .. P. II. C. L. Pondo duarum semis librarum. P. II. S. :: Pondo duo semis et triente. ... . P. P. P. C. Propriâ pecunid ponendum curavit. P. R. V. X. Populi romani veca decennalia,

courth

« VorigeDoorgaan »