De la Littérature française pendant le dix-huitième siècle

Voorkant
H. Nicolle, 1810 - 264 pagina's
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 76 - ... dit que le principe assigné par lui à chaque forme de constitution doit exister, mais ne se trouve jamais dans sa perfection, de sorte que le type de ces trois formes ne se. saurait rencontrer sans mélange; qu'il ait négligé des restrictions, qu'on supplée aisément en réfléchissant avec bonne foi ; qu'il se soit complu quelquefois dans un langage brillant , et qui semble peu digne de lui et de son sujet : ce sont là des reproches sans importance. Mais cette passion pour la justice,...
Pagina 70 - Mais lorsque ensuite il songe que de son jugement définitif peut résulter la ruine de Persépolis , il trouve dans chaque chose des avantages qu'il n'avait pas d'abord aperçus, et se refuse à la destruction de la ville. Tel fut Voltaire. Il voulait qu'il lui fût permis de juger légèrement et de railler toutes choses; mais un renversement était loin de sa pensée : il avait un sens trop droit, un dégoût trop grand du vulgaire et de la populace , pour former un pareil vœu. Malheureusement,...
Pagina 210 - ... il enseigna à sentir, à admirer les œuvres de l'imagination, et non point à les comparer froidement avec le modèle prescrit par la rhétorique, pour les juger d'après leur conformité plus ou moins exacte avec ce modèle. Tandis que les anciennes rhétoriques, au milieu de leur marche et de leur langage technique , n'apportaient à l'esprit aucune espèce de plaisir, Marmontel sut retracer dans son style les vives impressions que font en nous les jouissances littéraires.
Pagina 218 - France qui n'aient été pour ainsi dire appelés à grands cris par ce déclamateur. Cependant, quand il se trouva réellement au milieu des désordres d'une révolution, il se montra juste, modéré et courageux. Tant est dangereuse cette confiance dans des opinions qui ne sont le fruit ni de l'expérience ni de la réflexion! Un écrivain, renfermé dans son cabinet, ignorant les hommes et les affaires, loin de toute réalité, s'enflamme par ses propres discours...
Pagina 80 - Que de gouvernemens, que de constitutions nous avons admirés et considérés comme des modèles , qu'il nous faut maintenant regarder d'un autre œil! Que d'hommes nous apparaissaient revêtus de gloire et d'éclat, dont à présent les vertus et le mérite ont été détruits ou diminués, quand nous avons vu quelles circonstances pouvaient conduire à la renommée ? Que...
Pagina 91 - Mais les sentiments délicats , la douce et vraie sensibilité , les mouvements généreux lui inspirent une sorte de chaleur, sans déclamation, sans affectation, qui parvient à émouvoir dans ce genre , le seul où il ait réussi : il est loin de Térence et de sa touchante simplicité, mais pourtant il le rappelle quelquefois. Un rang plus distingué est réservé à Gresset, et il le mérite à plus d'un titre. L'auteur de...
Pagina 245 - ... opinions, les citoyens sont arrivés à se lasser de ce qui est; l'ordre actuel les blesse dans sa totalité; une ardeur, une activité nouvelle, s'emparent de tous les esprits. Chacun est impatient de la place qui lui est assignée; tous en veulent une nouvelle; ils ne savent ce qu'ils désirent, et ne sont plus susceptibles que de mécontentement et d'inquiétude. Ce sont là les symptômes de ces longues crises, dont on ne saurait assigner la cause précise et directe, qui semblent le résultat...
Pagina 175 - ... et à amortir ses impressions. En dedans de lui-même se passent mille agitations , mille combats, qui n'ont aucun résultat apparent, et qu'aucune parole ne témoigne. C'est cette portion de notre vie intérieure que Rousseau a su représenter ; les lettres de J ulie ne renferment pas ce qui se dit ; mais on y trouve ce qu'on a senti sans le dire.
Pagina 191 - Mais en réfléchissant mieux, nous pouvons apercevoir que cet homme, qui a su nous entraîner avec lui, a constamment mené une vie pleine d'égoïsme ; qu'il a tout ramené à luimême ; que les jouissances qu'il a recherchées ont toujours eu quelque chose de solitaire et de non partagé; qu'il n'a jamais sacrifié son intérêt qu'à son orgueil ; qu'il a été envieux de tout ce qu'il n'a pas obtenu, quoiqu'il ait souvent renoncé à l'obtenir ; que ses affections mêmes ont eu un caractère...

Bibliografische gegevens