Expédition dans les parties centrales de l'Amérique du Sud, de Rio de Janeiro à Lima: et de Lima au Para, Deel 6,Volume 1

Voorkant
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 273 - Dans la langue quichua, on appelle chacu, ces grands troupeaux de bêtes fauves que les peuples de cette partie de l'Amérique rassemblent dans leurs chasses, au moyen de battues ; et...
Pagina 315 - ... dans les conseils, peuvent être reconnus comme grands chefs, et sont appelés, dans les occasions critiques, à diriger toute la nation. Les Chiriguanos ont évidemment quelque idée d'une vie future; les précautions qu'ils prennent pour enterrer leurs morts le prouvent suffisamment. Lorsque l'un d'eux vient à mourir, on place son cadavre dans un pot à chicha, avec ses armes, ses ornements, du maïs, une cruche d'eau et du bois pour faire du feu ; on le recouvre ensuite avec le fond d'un...
Pagina 275 - Chaco vers la frontière de Tarija, et je ne lui ai trouvé qu'une hauteur de 160 mètres au-dessus du niveau de la mer : ce qui ne donne guère, pour la pente générale de ses rivières, que 10 mètres par degré. Ce faitseulpermetdéjà de présumer quelesinondations doivent être inévitables dans ces districts. Leur fréquence doit, je pense, être considérée comme le plus grand obstacle qu'auront à rencontrer les communications qui devront s'effectuer à travers ces districts, et les établissements...
Pagina 278 - ... qu'ils ont rencontrées ; leur but n'était que de donner la plus haute idée possible de leurs prouesses, ou d'exagérer les travaux qu'ils avaient exécutés. C'est ainsi qu'ils ont grossi à l'infini le nombre des Indiens du Chaco; et, de quelques peuplades, ils ont même fait des anthropophages. Azara croit que toutes les tribus qui habitent le Chaco doivent se rapporter aux dix-sept nations suivantes : les Guaranis, les Aquitequedichagas, les Ninaquiguilas, les Guanas, les Mbayas, les Lenguas,...
Pagina 279 - Llano» de Manzo, sous lequel elle est indiquée encore, jusqu'à ce jour, dans quelques cartes. La mauvaise réussite de cette entreprise fit abandonner toute idée de pénétrer dans le Chaco par ce côté. » La Compagnie de Jésus, à laquelle la position qu'elle occupait dans le Paraguay donnait une facilité toute particulière pour entreprendre cette immense conquête , crut qu'elle y arriverait sans rencontrer d'obstacles très-considérables; mais elle y consuma un siècle, sans obtenir...
Pagina 361 - cette ville, il reçoit les rios de Narvaez ou de Salinas , de Itau, de San-Jacinto, etc. C'est surtout à la suite de ces affluents, que le nom de Bermejo lui est généralement appliqué. Plus bas, c'est-à-dire après avoir traversé du nord au sud la frontière de Bolivia, pour entrer dans la république de la Plata, il reçoit le Rio-Pescado et, à quelques lieues au delà, le rio de Centa. A partir de ce dernier confluent qui se trouve dans le voisinage de la ville d'Oran (latitude sud, 22...
Pagina 278 - Lenguas, les Machicuys, les Enimagas, les Guentusés, les Tobas, les Petilagas, les Aquilotes, les Mocobis, les Abipones, les Vilelas, les Chunupès et les Guaycurus. La plupart de ces nations sont errantes; le lieu où elles fixent leur domicile momentané est déterminé par les exigences de la pêche et de la chasse, qui constituent leurs moyens d'existence ; ou bien, par la nature des relations qu'elles entretiennent avec les autres tribus du même pays. Enfin, les inondations auxquelles le Chaco...
Pagina 276 - On peut en dire autant de l'élégante Mimosée connue sous le nom de Vinal. Cet arbre croît surtout dans les lieux sujets aux inondations , et porte des épines très épaisses qui ont quelquefois plus de 2 décimètres de longueur. Le suc de ses feuilles, qui est astringent, est regardé comme un remède souverain contre les ophthalmies. Le Gayac, que l'on appelle, à cause de ses vertus, Palo-Santo , forme aussi des bosquets dans quelques parties.
Pagina 338 - ... que , dit Garcilazo, il faut y naviguer avec précaution. Le second bras du Pilcomayo débouche dans le Paraguay, à environ neuf lieues au-dessous du précédent. Il est divisé en deux, à son embouchure, par une immense île ; ce qui a fait dire que le Pilcomayo avait trois bras. D'après Fîmes, la découverte de la partie du Pilcomayo qui est située en dehors des Cordillères aurait été faite en 1719; mais elle est évidemment antérieure à cette époque, comme l'a fait observer Angelis;...
Pagina 294 - Gantillana, qui eut la douleur de voir, chaque jour, diminuer le nombre de leurs habitants, sans qu'il fût en son pouvoir d'y porter remède. Elles passèrent ensuite sous la direction de deux moines, entre les mains desquels elles fondirent complétement. En un mot, on n'est pas plus...

Bibliografische gegevens