Images de page
PDF
ePub

VI. PHILIPPE GASPARD, BARON DE SAINT GENOIS ET DU SAINT EMPIRE ROMAIN, seigneur de Buzanowitz, de Bukowitz, de Dobraczitz, de Domaslowitz, de Koniakau, de Hotow, de Ropitz, de Suchau, en Silésie, où il s'était établi après la guerre de trente ans et par achat, mort le 23 novembre 1684, général de cavalerie, épousa Hélène de Preckel de Proxdorf, dont deux enfants, entre autres, Philippe Gaspard, l'ainé, qui suit, VII.

VII. PHILIPPE GASPARD, BARON DE SAINT GENOIS ET DU SAINT EMPIRE ROMAIN, seigneur de Bekenoritz, etc., épousa Anne Marie de Guretzky de Hornitz, dont un fils, Maximilien Adam, qui suit, VIII.

VIJI. MAXIMILIEN ADAM, BARON DE SAINT GENOIS ET DU SAINT EMPIRE ROMAIN, seigneur de Bekenoritz, etc., épousa Jeanne Constance Viplar de Uschietz, dont plusieurs enfants, entre autres, N..., qui suit, IX.

IX. N..., BARON DE SAINT GENOIS ET DU SAINT EMPIRE ROMAIN, eut un fils, Philippe Louis, qui suit, X.

X. PHILIPPE LOUIS, COMTE DE SAINT GENOIs, par diplôme de Sa Majesté Impériale et Royale Apostolique François Ter, en date du 25 janvier 1827, baron du Saint Empire Romain, seigneur de Paskau, de Kloster Hradisch, de Dollein, de Ptin, de Czellechowits, de Kozuschan, de Teiniczek, de Wrobatak et de Zierotin, en Moravie, de Ernsdorf, de Grosskunzendorf et de Rzepischz, dans la Silésie autrichienne, né le 5 avril 1790, chambellan de l'empereur, épousa , à Vienne, le 20 septembre 1810, Jeanne, baronne de Trach, fille de Sigismond, baron de Trach, née le 4 novembre 1789, dont deux enfants, savoir :

A, Maurice Jean Nepomucène, qui suit, XI.

B. Marie Alexandrine, née le 3 juillet 1820, dame de l'ordre de la Croix Étoilée , épousa , à Vienne, le 16 février 1841, Henri, comte de Damblin, marquis de Ville.

LA BELGIQUE HÉRALDIQUE, X.

XI. MAURICE JEAN NÉPOMUCÈNE, COMTE DE SAINT GENOIS, BARON DU SAINT EMPIRE ROMAIN, né le 22 mars 1816, chambellan de l'empereur d'Autriche, secrétaire de régence, épousa : 1° le 20 avril 1842, Louise, comtesse de Wallis, née le 4 juillet 1821, morte le 5 février 1843; 2° le 14 avril 1846, Gabrielle Eléonore Josèphe, comtesse de Stolberg Stolberg, dame de l'ordre de la Croix Étoilée, née le 26 août 1827.

Il eut du premier lit un fils, savoir :

A. Philippe Ernest Maurice, COMTE DE SAINT GENOIS, baron du Saint Empire Romain, né le 25 janvier 1843,

SAROLEA DE CHERATTE,

COUPÉ : au premier parti : 10 d'argent au lion d'azur, armé et lampassé de gueules ; 20 d'argent à l'arbre de sinople planté sur une terrasse du même ; au deuxième parti : d'or à trois roses de gueules, boutonnées d'or. Sur le tout : d'argent au château couvert, fanqué de deux tours crênelées plus basses , la tour du milieu sommée d'un pennon de gueules, flettant å sénestre entre deux bannières d'azur, chargées d'ua gautoir d'argent. COURONNÉ : de baron. HEAUME : couronné. CINIER : un lion issant d'azur, armé et lampassé de gueules. LAMBREQUINS : d'argent et d'azur. SUPPORTS : deux lions d'or, contournés, armés et lampassés de gueules, posés sur une terrasse de sinople.

Cette famille, qui appartient à la province de Liége, obtint reconnaissance de noblesse et du titre de baron par diplôme de Sa Majesté le roi Guillaume ser des Pays Bas, en date du 17 février 1822, en faveur de Jean Paul Casimir Marie de Sarolea de Cheratte de Saint Remy, né à Liége, le 17 janvier 1792, fils de Paul Mathias Joseph Charles Borromée Jean Nepomucène Casimir de Sarolea de Cheratte Barchon et d’Anne Catherine Thérèse Farsy. La famille est représentée par Jules, baron Sarolea de Cheratte de Saint Remy, et Marie Jean Baptiste Ferdinand de Sarolea de Cheratte de Fexhe.

SART DE BOULAND.

TIERCÉ : au premier d'azur, à l'aigle d'argent, langué et membré de gueules ; au deuxième d'argent à trois merlettes de sable , au lion passant d'or, armé et lampassé de gueules. COURONNE : de baron: HEAUNE : d'argent, grillé, liseré , timbré de la couronne de marquis, fourré de gueules. LAMBREQUINS : d'argent et de sable. CIMIER : une merlette de la seconde partition, SUPPORTS : deux lions d'or, armés et lampassés de gueules, poriant bannières, à dextre de sable à la croix de gueules , à sé. nestre DU SART.

DEYISE : Fide ac Virtute.
CRI : DIEX LO VOLT!

Cette famille, très considérable et très ancienne, est originaire du Cambrésis, où elle est citée au premier rang de la noblesse de cette contrée, et où elle contracta d'éclatantes alliances. Duchesne et Jean le Carpentier en font des mentions nombreuses et un brillant éloge.

D'après les documents et les chartes conservées dans les archives de la famille, qui porte le nom de la seignerie du Sart, en Cambrésis, son berceau, sa généalogie est des plus anciennes. Elle remonte à l'an 769 et fait partie du petit nombre des grands noms de l'époque de Charlemagne, qui se sont transmis en ligne directe jusqu'à nous.

Cette lointaine origine est confirmée par le témoignage de l'histoire. Arthur, qualifié du titre de seigneur du Sart, accompagna l'ambassadeur que Charlemagne envoya à Loup, duc de Bourgogne, en 769. Depuis lors, les anciennes chartes accordent à des membres de sa race le titre de seigneur ou sire.

Georges du Sart se distingua à la bataille livrée par Eudes aux

« PrécédentContinuer »