Images de page
PDF
ePub

XII. FRANÇOIS AMAND, BARON VAN DEN STEEN DE SAIVE, etc., seigneur de Saive, Sainte Anne, Termoigne, l'Albia, la Forlie, de Faime et du Ban de Celles, né à Liége en 1624, mort le 11 mars 1698, et inhumé à Saint Remacle en Mont, à Liége, échevin de la souveraine haute cour de justice de la ville et principauté de Liége, par acte de démission de son père et par nomination du prince, reçu, le 8 janvier 1669, sur preuves exposées depuis le 3 novembre 1668, conseiller, puis grand mayeur souverain officier de la sérénissime cour allodiale, conseiller privé sous les princes Ferdinand et Maximilien Henri, ducs de Bavière, archevêques électeurs de Cologne et archichanceliers d'Italie, ministre d'État et des Conférences sous Jean Louis d'Elderen, prince évèque de Liége, bourgmestre de Liége par élection populaire en 1669, contribua énergiquement à la défense de la ville, assiégée par les armées de Louis XIV, commandées par le maréchal de Boufflers. En souvenir du zèle et du patriotisme qu'il déploya en cette circonstance, les habitants de Liége firent graver sur les remparts et les courtines des fortifications de la place des inscriptions et les armoiries d'Amand François, baron van den Steen de Saive.

Pendant les dernières années de sa vie, en 1691, il composa un recueil in folio d'observations sur les usages et les coutumes de la principauté de Liége.

Il épousa, le 2 mai 1663, par dispenses du Saint Père, le pape Alexandre VII, Anne Catherine de Soumagne Senzeilles, sa cousine, morte le 16 juillet 1708, et inhumée à Saint Remacle en Mont, soeur d'Arnold, chevalier de Soumagne Senzeilles, baron de Han sur Lesse, seigneur de Fraineux, Nandrin, Soheit et Oloy, dont les huit quartiers de noblesse furent déposés en la souveraine cour féodale de Liége, et qui épousa Marie Catherine, comtesse de Rougrave Salm.

François Amand, baron van den Steen de Saive, eut d'Anne Catherine de Soumagne Senzeilles, trois enfants, savoir :

A. Lambert Amand, qui quit, XIII.

B. Isabelle, abbesse de l'abbaye de Vivegnis, le 14 septembre 1738, morte le 3 octobre 1749, et inhumée au pied du grand autel de l'abbaye de Vivegnis, sous une tombe ornée de huit quartiers.

C. Anne Marie Marguerite, née le 19 janvier 1671, morte le 6 février 1698, et inhumée au cheur de l'église de Celles, chanoinesse au chapitre de Sainte Marguerite, à Aesbeeck, en Westphalie.

XIII. LAMBERT AMAND, BARON VAN DEN STEEN DE JEHAY ET DE SAIVE, VICOMTE D'HARDUEMONT, seigneur de Saive, Sainte Anne, Termoigne, l'Albia, la Forlie, de Faime et du Ban de Celles, de Jehay, de Hacquenière, de Rogerée, de Dieu le Garde et d'Engis, haut justicier de la justice féodale de la baronnie de Jehay, haut avoué de l'abbaye de Flône et de l'abbaye de la Paix Dieu, etc., né le 29 novembre 1664, mort le 13 juillet 1757, et inhumé près de sa femme, dans le caveau de sa famille, à l'église de Saint Remacle en Mont, à Liège.

Page, puis chambellan de Maximilien, duc de Bavière, archevêque électeur de Cologne, archichancelier d'Italie, par suite de la résiliation de son père, nommé en surviyance, par le prince évêque Jean Louis d'Elderen, échevin de la souveraine cour de justice de Liége, le 17 août 1690, grand bailli d'Amerceur, en 1699, conseiller intime de Joseph Clément, duc de Bavière, prince évèque de Liége, il fut aussi membre des états du pays

de Liége.

Son admission à la souveraine cour de justice de Liége fut prononcée sur preuves de seize quartiers :

DE GAND VILAIN VAN DEN STEEN D'Eerlwecht des Ursias A Campo Orsini
DE NAVÉA HOGDAN

de Tribe de Pars Surlet de Choekier de Panchon de Beaufort DE SOU MAGNR SENZEILLES de Trishe d'Opinnen

de Bertier DE TRIXIE de Lens d'Oraison

de Marotte

Il épousa, le 3 octobre 1699, Marie Joséphine de la Vaux, dernière titulaire de nom et d'armes de sa maison, morte le 3 novembre 1756, et inhumée près de son mari, fille de Henri Jacques

Ire du sa

[ocr errors]

évèguaient, mais qui étaient mouvants du prince

de la Vaux, chevalier banneret et du Saint Empire Romain, et d'Isabelle de Loetze de Trixhe, seur de Suzanne de la Vaux, qui épousa Conrard, baron de Kersbourg, et de Marie de la Vaux, ou chanoinesse de l'ordre Saint Sépulcre de Windersheim, sur preuve de seize quartiers.

Lambert Amand van den Steen de Jehay. Marie Joséphine b de la Vaux, sa femme, voulant disposer de plusieurs grands fiefs

et de la très illustre cathédrale, obtinrent des a lettres patentes d'octroi afin d'atteindre ce but et pouvoir assurer T à perpétuité, à leur descendance, la propriété et jouissance de l divers domaines. En conséquence, le 4 juin 1729, le princes évèque de Liége, Georges Louis de Berghes, leur, confirma una diplôme et lettres patentes. Cette concession eut lieu par, f faveur si

aux us et coutumes observés en pareil b cas, et uniquement par motif de reconnaissance et comme témoir gnage de longs, fidèles et loyaux services que Lambert Amand, baron de van den Steen de Jehay, yicomte d'Harduemont, à se l'exemple de ses aïeux, avait rendus au pays. Cet octroi ayant été ! intériné en la cour des échevins de la haute justice de Liège, et revêtu du grand sceau de l'État, Lambert Amand van den Steeni

US de et Marie Joséphine de la Vaux procédèrent à l'éco

100

grand majorat, qui fut définitivement constitué le 19 janvier 1743. Ce majorat, déclaré masculin, réel, graduel I et perpétuel, comprenait le fief ample de la baronnie de Jehay, avec ses dépendances et ses droits s seigneuriaux,

1112301701:00 Jl eut de son mariage onze enfants, savoir : Ar Anne Catherine, née le 7 août 1700, morte le 31 octrobre, 703.

B. Lambert Walthère, BARON VAN DEN STEEN, DE JEHAY ET DE JAWAY, T 24 VICOMTE D'HARDUEMONT, né le 3 août 1702, mort le 14 mars 1778, et ing humé dans le caveau de la Saoût 1702, m

famille, au chạeur de la cathédrale de Saint Lambert, entra dans les ordres et céda à son frère Pierre François Lambert Amand le majorat de la Baronnie et des seigneuries de tentasy

spéciale et par as

dérogation aux user

euron d'un grand

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Chanoine de la collégiale de Saint Martin, à Liége, chanoine et chevalier de Saint Martin de Tours, chanoineltréfoncier de la cathédrale de Liége, sur preuves de seize quartiers, grand ofáicial du chapitre, abbé de l'église et du chapitre et de Saint Georges et de Sainte Ode, à Amay, archidiacre d'Ampsin, Thiange, la Neufóille, Fize Fontaine, Om= bret et de la Sarthe, conseiller privé et intime de Jean Theodore, duch de Bavière, prince évêque de Liége, député de l'état primaire, membré des états du pays de Liége, président de la rénovation magistrale de Pan 1757, au nom de Georges Louis de Berghes, prince évêque de Liège, curateur et mambour hériditaire des hôpitaux et monts de piété de la ville de Liége, etc. sfide slo 19:46 Tb ? De 10902 $ash cóiu

d'aîné, de la majeure partie de l'argenterie de la famille qui, dès l'an 1716, dépassait déjà le marc de 25,000 francs

chromosi permis à la noblesse liégeoise, il augmenta cette richesse d'une vaisselle plate et d'une vaisselle montée d'une valeur de 100.000 francs,

go Sikh om mulus normas ce qui le rendit passibles des peines et amendes comminées les lois somptuaires de la principauté. Mais le prince évêque lui fit remise de l'amende et érigea l'argenterie en fideicommis, mais à la condition que le propriétaire et ses successeurs la mettraient à la disposition des princes évêques, les jours de réception de tètes couronnées. Les quita tances délivrées l'état et le contrôle du granıl maréchal prouvent que cette condition fut remplie jusqu'en 1794, notamment pendant les sede vacante de 1723, 1743, 1763, 1771, 1783, 1792, lors des ments des princes évêques en 1724, 1744, 1763, 1772, 1784, 1792, pendant le séjour à Liége du czar Pierre le Grand, en 1718, du princesa palatin, grand maitre de l'ordre Teutonique, en 1752, de Louis XV, en 1747, de Clément, pripce royal de Pologne, en 1763, de la cour de Prusse, en 1767, du stadhouder de Hollande, en 1774, de Gustave roi de Suède, en 1785, des archiducs Albert et Marie Christine, gou

1090001, Bucb at BED 2910 9100 und 19 1811910 verneurs généraux des Pays Bas, en 1788, etc, in atto aails ob seilyst shy

C. Pierre Lambert François Amand, qui suit, XIX.b sub ASHT

D. Ambroise Henri, barok VAN DEN STEEN DE JEHAT, né le 26' 40.52 vedibre 1907, mort'subitemefit au château de Jehay, Ye 14 mar 1751, et inhume définitivement "aux cloitres" de la colégiale de Saint Martin, # Liége,labrès un dépot provisoire de six semaines au cateau de la fata

[graphic]

mille, à Jehay, chanoine de la collégiale de Saint Martin, à Liége, chanoine et chevalier de Saint Martin de Tours.

E. Edmond Albert, BARON VAN DEN STEEN DE JEHAY, né le 6 août 1709, mort 18 juillet 1785, et inhumé sous le dôme de la collégiale de Saint Jean, à Liége, chanoine et doyen de la collégiale de Saint Jean, à Liége, député au congrès institué, en 1746, à Aix la Chapelle, pour sauvegarder les intérêts du Saint Siege et de la principauté de Liége, député de tout le pays de Liége, membre du conseil ecclésiastique, etc.

F. Isabelle Joséphine, née le 29 août 1711, religieuse ursuline de l'ordre de Saint Augustin, à Huy, morte le 1er mars 1763, et inhumée près de sa seur, au pied de l'autel de la Sainte Vierge, sous une pierre taillée en losange, avec épitaphe.

G. Charlotte Marie Louise, née le 25 août 1713, morte le 13 juillet 1781, et inhumée près de sa seur, religieuse ursuline de l'ordre de Saint Augustin, à Huy, sous le nom claustral de mère Justine, prieure et célérière du couvent, dont elle embellit la chapelle de la Vierge, ainsi que le prouve sa pierre tumulaire en marbre blanc, placée au pied de cet autel et ornée de ses armes et d'une épitaphe.

H. Marie Lambertine Isabelle, née le 15 août 1715, abbesse du couvent des pauvres Clarisses, à Liége, pendant dix neuf ans, morte en odeur de sainteté, le 25 novembre 1790, et inhumée sous une simple pierre de grès, portant son nom, dans les cloîtres du couvent dont elle embellit et réédifia en grande partie l'église, les cloîtres et la maison abbatiale.

I. Charles Waltère Amand, BARON VAN DEN STEEN DE JEHAY ET DE Saive, seigneur de la baronnie d'Haultepenne, la Boverie, Gordinne, la Gleixhe, Oumal, les Awirs, Tourinně la Chaussée, les Fagnes, Hardens, Hessalle, Oulet, Engis, Waleffe Saint Georges, Saive, Sainte Anne, Termoigne, l'Albia, la Forlie, Faime, né le 24 octobre 1716, mort le 31 décembre 1784, et inhumé près de sa femme, dans le cheur de l'église de Celles, chambellan de l'empereur Charles VII et de Jean Théodore, duc de Bavière, prince évêque de Liége, son conseiller en sa souveraine cour féodale, son lieutenant des fiefs nobles de la principauté de Liége, premier candidat pour la rénovation magistrale en 1763; 1764, 1765, bourgmestre de Liége en 1766, contribua puissamment à l'embellissement de la la ville de Liége, à l'augmentation de sa biblio,

« PrécédentContinuer »