Images de page
PDF
ePub

de l'opulence et de la splendeur de sa maison, l'une des principales victimes de la lutte longue et acharnée des Hoecks et des Cabillauds, watergrave, c'est-à-dire inspecteur des digues de Schieland, en 1395, 1405, 1440, 1445, épousa Henriette van Ysselstein, fille de Gilbert et de N..., dame van Haemstede, dont cinq enfants, savoir :

A. Philippe DE SPANGEN, watergrave des digues de Schieland, mort sans alliance.

B. Engelbert, qui suit, IX.

C. Gisbert DE SPANGEN, épousa, en 1440, Marguerite, héritière de l'illustre maison de van den Boeckhorst, fille de François van den Boeckhorst et de Marguerite van Bakenesse.

D. Gérard DE SPANGEN, watergrave des digues de Schieland, de 1449 à 1491, épousa N. van Cats van Weldam.

E. Aleyde, morte en 1448, épousa Adrien de Matenes, son parent, fils de Gautier et d'Élisabeth van der Horst.

IX. ENGELBERT DE SPANGEN, chevalier, seigneur de Spangen, de Vliemen, de S'Gravenmoer, d'Overschie, seigneurie qu'il aliéna, par suite de la destruction complète de son château de Spangen, watergrave des digues de Schieland en 1430, épousa, par contrat du 16 mai 1430, Stéphanie d’Alkemade, fille de Florent et d'Élisabeth van Croonenburgh, dont deux enfants, savoir :

A. Philippe, qui suit, X.

B. Henriette, morte en 1468, épousa Albert d’Egnjond de Merestein, chevalier, fils de Jean d'Egmond et d'Élisabeth van den Woude.

X. PHILIPPE DE SPANGEN, chevalier, seigneur de Spangen, de Vliemen, de S'Gravenmoer, de Nachtegael, etc., watergrave des digues de Schieland de 1469 à 1503, conseiller à la cour de Hollande, à la Haye, épousa : 1° Jeanne van der Merwede, morte sans enfants, fille de Daniel, chevalier, seigneur de Merwede, de Stein, etc., et de arguerite van Heinen; 2° par contrat du 4 février 1476,

SPANGEN UYTTERNESSE.

D'OR : à la fasce d'azur. COURONNE : de comte. SUPPORTS : à dextre, un lion d'or; à sénestre, un sauvage de carnation, ceint et couronné de sinople, armé d'une massue au salurel.

Cette grande maison, dont l'ancienneté est antérieure à tout anoblissement, doit son nom à un château seigneurial, sous Schieland, båti, en 1310, par Philippe Uytternesse, fils de Thierry, seigneur de Matenes, petit fils de Halewyn, vicomte de Leyde. Ce château fut souvent dévasté lors des guerres intestines qui désolèrent longtemps la Hollande. Il fut démoli en partie et depuis lors abandonné, en 1572, par les habitants de Delft, qui voulaient empêcher les Espagnols de se fortifier dans ses murailles. Féodale et chevaleresque entre toutes, la maison de Spangen est issue des comtes de Leyde, descendant eux-mêmes de la maison de Wassenaer, la plus ancienne de la Hollande. Ses filles, dès le xve siècle, ont été solennellement reçues au chapitre noble de Sainte Waudru, à Mons, le plus considérable de la Belgique, de même qu'au chapitre de Nivelles. Depuis lors, tous les chapitres nobles n'ont cessé de compter dans leur sein au moins un de ses membres. Enfin, Spangen, qui se distingue à la fois par son ancienneté, son origine, la grandeur de ses titres, l'éclat de ses alliances, se divise en deux branches aujourd'hui : la branche d'Autriche et la branche belge.

I. HALEWYN, VICOMTE DE LEYDE, mort en 1192, suzerain de Thierry VII, comte de Hollande, épousa Berthe de Lynden, morte

le 30 janvier 1152, et inhumée à Rhynsburg, fille d'Arnould, seigneur de Lynden, et d'Hélène van Broechem, dont plusieurs enfants, entre autres trois, qui suivent, savoir :

A. Halewyn, VICOMTE DE LEYDE, fondateur de la maison de Wassenaer.

B. Jacques de LEYDE, seigneur de Bleyswick, de Berckel, de Weena et de la contrée qu’occupe aujourd'hui la ville de Rotterdam, vivant en 1200, eut, à cause d'un meurtre, ses biens confisqués au profit de son suzerain, le comte de Hollande. Il porta pour armoiries : un écu de gueules à la bande d'azur, qui est Britten. Il épousa la fille du seigneur de Woerden, dont deux fils :

a. Thierry DE LEYDE, prit le nom et les armes de Boekel, à l'occasion du meurtre commis par son père.

b. Gilbert DE LEYDE, mort sans hoirs.

C. Philippe, qui suit, II;

II. PHILIPPE UYTTERNESSE, du nom de son château de Nesse, au pays de Matenes, détruit par l'inondation de 1421, seigneur de Matenes, vivant en 1230, épousa une fille de Daniel, seigneur de Merwede, dont deux enfants, savoir :

A. Thierry, qui suit, III.
B. Philippe UYTTERNESSE, mort sans enfants.

III. THIERRY UYTTERNESSE, dit le bon seigneur de Matenes, épousa une fille héritière de la maison de Polanen, dont trois enfants, savoir :

A. Thierry UYTTERNESSE, scigneur de Matenes, fondateur de la maison de Matenes, épousa une fille du seigneur de Rodenrys.

B. Gautier UYTTERNESSE, sans alliance.
C. Philippe, qui suit, lv.

IV. PHILIPPE UYTTERNESSE, chevalier, seigneur de Spangen lez Overschie, lit bâtir, en 1310, dans sa terre d'Overschie, une

famille van Immerseel, épousa , lc 16 décembre 1553, Arnoud van Cruyningen, seigneur de Voorhout et de Cruyningen.

C. Engelbert DE SPANGEN, né à Anvers, le 15 septembre 1533, mort en naissant.

D. Anne, née le 12 mars 1534, morte en 1584, épousa : 1° en 1559, Jean van Haeften, membre de l'état noble de la Gueldre; 2° Gé. rard, seigneur d'Oyen.

E. Charles DE SPANGEN, né le 2 mars 1537, mort en bas âge.
F. Philippe, qui suit, XII.
G. Marie, morte en bas âge.

XII. PHILIPPE DE SPANGEN, seigncur de Spangen, de Ter List, de Baudries, de Nachtegael, etc., né le 6 juillet 1538, mort vers 1579, épousa, par contrat du 25 juillet 1560, Jossine van den Bongaert, née le 10 novembre 1543, morte à Ysselstein, en 1597, et inhumée à Breukele, sous Lievenrode, fille de Bernard van den Bongaert, seigneur de Lugtenburg, amman du pays de Cuyck, et d'Élisabeth Turck, dame héritière de Nieuwenrode, dont huit enfants, savoir :

A. Jean de SPANGEN, chevalier, seigneur de Spangen et de Baudries, né le 30 mai 1562, mort à Louvain, en 1618, et inhumé avec sa femme chez les Récollets, à Louvain, épousa en 1591, Anne van Dilbeek, fille d'Antoine van Dilbeek, seigneur de Kessel et d'Attenhove, drossart de Diest et de Sichem, et de Marie Lopez.

B. Bernard DE SPANGEN, né le 27 mai 1563, mort en bas dge, et jnhumé à Overschie,

C. Élisabeth, née le 8 mars 1565, morte à Malines, chez sa tante, Jacqueline de Spangen, dame de Voorhout; le 15 février 1579, et inhumée dans l'église des Carmes Chaussés, à Malines.

D. Marie, née le 23 juillet 1568, mortc à Delft, en 1579, et inhuinée à Schiedam, dans le caveau des Spangen, avec épitaphe et trente deux quartiers.

E. Corneille, qui suit, XIII.
F. Marie, née le 2 octobre 1572, morte le 15 décembre 1615, el

inhumée à Bergen, épousa, le 17 janvier 1597, Philippe Hinckaert, seigneur de Lillebrugge, de Bergen et de Neer Ockerseel.

G. Philibert Philippe, fondateur de la branche des seigneurs d'Ottignies.

H. N..., née le 26 décembre 1576, morte en naissant.

XIII. CORNEILLE DE SPANGEN, chevalier, par lettres patentes de l'archiduc Albert, en date du 20 décembre 1607, seigneur de Spangen, de Ter List, de Baudries, né le 17 ayril 1571, mort le 25 octobre 1638, épousa, le 7 novembre 1595, Anne de Halmale, née à Diest, le 22 octobre 1564, morte en 1628, et inhumée avec son mari à l'abbaye du Val Sainte Marguerite, à Anvers, fille de Corneille de Halmale, drossart de Diest et de Sichem, dont quatre enfants, savoir :

A. Corneille, qui suit, XIV.

B. Philippe Philibert DE SPANGEN, seigneur de Ter List, mort sans enfants, à Bruxelles, le 22 août 1669, et inhumé avec sa femme à l'abbaye du Val Sainte Marguerite, à Anvers, épousa Marie de Steenhuys, rnorte à Bruxelles, le 14 août 1669, fille de Guillaume de Steenhuys, chevalier, seigneur de Sters, conseiller d'État et privé.

C. Juste, fondateur de la branche des seigneurs de Sterthoven.

D. Jacqueline, épousa Philippe van Eynatten, fils du seigneur de Schoonhoven.

XIV. CORNEILLE, BARON DE SPANGEN ET DU SAINT EMPIRE ROMAIN, par lettres patentes de l'empereur Ferdinand II, en date du 10 septembre 1634, seignenr de Spangen, de Baudries, etc., mort le 19 septembre 1663, à l'âge de soixante six ans, épousa, le 24 décembre 1634, Henriette van Brakel, morte le 19 décembre 1662, à l'âge de quarante six ans, fille d'Assuère van Brakel, seigneur de Blinckenburg et de Marienburg, et d’Anne van Mom, dont dix neuf enfants, treize morts en bas âge et six qui suivent, savoir :

A. Philippe Jacques, qui suit, XV, après son frère Charles,

« PrécédentContinuer »