Annales, Volume 32

Couverture
1876
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 616 - Juan, fidèle à ses promesses, voulut gouverner par la douceur ; et l'on pourra voir en outre que ses antagonistes dirigés, encouragés par le prince d'Orange, réussirent, par les suppositions les plus alarmantes et les plus outrageux soupçons, par des prétentions excessives, des reproches non mérités, des humiliations, des insultes, des conspirations même, à le décréditer, à paralyser ses efforts, à irriter son...
Page 405 - ... habandonnée ou bien livrée par les Allemans y estans, contre leur propre debvoir, obligation, promesse et serment. Il ne fault doubter que sy noz forces ne fussent ainsy esté dispersées, comme elles estoyent, et qu'il a convenu proveoir maintenant à Thillemont, tantost à Dist, où l'ennemy démonstroit se voulloir attacher, que l'on y eust exposez toutz effortz ; toutefois , puisqu'il a pieu à Dieu que les choses soient aynssy passées, reste d'adviser et proveoir au mieulx que sera possible,...
Page 657 - Messieurs, j'ay ce jourd'huy esté adverty de divers lieux que les Espaignolz sont sorty en bien grand diligence de la ville d'Anvers, et nommément la cavaillerie, tirant vers Maestricht. Combien qu'on ne soit asseuré de leur desseing, lequel aulcuns disent estre de se joindre avecq don Jehan, il m'a semblé bien convenir de vous advertir, affin que soyez sur vostre garde, ayant assez de moyen le povoir faire par la comodité de huict compaignies d'Arthois , quattre de Lille , aultant de Haynault...
Page 372 - Duc et nous , joinct que j'espère bien faire eu sorte que plusieurs Princes et grands Seigneurs de France entretiendront une bonne amitié et intelligence avecq nous, qui servira grandement à nous fortifier de ceste part. Voilà , Monsieur le Prélat , de quoi il m'a semblé bon de vous advertir , affin que vous puissiez mieux entendre mon advis et le communicquer, ainsi que verrez estre bon ; qui sera l'endroict où, après vous avoir présenté mes affectionnées recommandations , je prierai...
Page 517 - Malines, au point où elle rencontrait celle de Lierre, à une petite lieue d'Anvers. Vers onze heures, ils entrèrent tous ensemble dans la citadelle par la porte de secours. Les fantassins espagnols étaient au nombre de deux mille deux cents ; les quatre enseignes d'Allemands donnaient huit cents hommes, et la cavalerie s'élevait à environ mille chevaux.
Page 518 - ... les défenseurs par la vivacité de leur attaque, surtout à l'entrée de la rue Saint-Michel et de l'Abbaye, où la lutte fut très-disputée, car ce poste était garni de forces considérables et défendu par le comte d'Egmont, M. de Capres et M. de Goignies. Ces troupes ayant été mises en fuite, allèrent se rallier au delà de la Bourse, sur la place de Meir, sous la voûte d'une porte, à l'extrémité de cette place et à l'entrée de la rue d'Hoogstraeten. Là, le combat se renouvela....
Page 67 - SANG ré« pandu , on obtiendrait ce résultat d'une si haute » importance , selon lui , pour le service du roi : mais , « de la manière dont les choses vont , d'un côté, l'in» solence croit avec l'impunité , de l'autre , le désespoir, » et de tous deux la haine. » On le voit, notre gouverneur n'y allait pas de main morte ; aussi après avoir averti le conseil d'État de ce qui se tramait à Anvers , avait-il offert « particulièrement à Monseigneur le duc » d'Arschot et à autres du...
Page 244 - Nicolas, baron de Polweiler, colonel d'un régiment d'infanterie de hauts Allemands. Le 2 octobre les Etats généraux le places de leur garnison pour la conduicte et assistence desdicts mutins, par où il sambloit audict peuple qu'ilz ne avoient esté entretenuz esdicts pays, sans faire service, que à l'effect d'icelles mutinneries, et par ce moyen assubjectir les Pays-Bas à leur plaisir; mais y fut pourveu, et furent iceulx Allemans mis en obéissance par les gens de monsieur de Hèze, tost aprèz...
Page 359 - ... (comme vous avez ouy,) pour mettre la ville d'Anvers en nécessité , l'on conseilla ceux qui venoyent de Sudbeverland , de descendre avec l'armée dudit prince (puisque le conseil d'Estat consentoit qu'ils passassent avec souffrance de ladite armée,) pourveu que celle armée n'approchât la ville dans le trait de canon. Et selon la marée on tenoit prest le premier vlit ou canal qu'entre en la ville de ce costé-là , avec bonne garde , où lesdits batteaux de vivres se sauvoyent des galères...
Page 270 - Espaignolz, attendu la bonne amitié et anchienne alliance qu'est entre ceulx du S'-Empire avecq les pays de pardechà. Sur quoy ferez bien de déclairer ouvertement vostre intention, sçavoir sy vous voulez adhérer ausdictz Estatz de pardechà et par tous les moyens assister, ou aux Espaignolz mutinez et rebelles, pour, selon ce, nous povoir régler et conduire. Sur ce, monsieur le baron, nous recommandans très-affectueusement à vostre bonne grâce, prions nostre Seigneur vous conserver en sa...

Informations bibliographiques