Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

le xvio siècle; au xvine il n'en subsistait plus que les dépendances qui servaient encore d'hôtel-de-ville, d'auditoire et de prison (a).

46° Montéclair date du règne de la comtesse Blanche. Cette dernière fit bâtir le château de ce nom sur une montagne qui domine la petite ville d'Andelot (b). Le château de Montéclair devint le chef-lieu d'une châtellenie qui porta indifféremment le nom de Montéclair ou de Val-Rognon (c). Il fut ruiné par les Suédois, démantelé par ordre de Louis XIII, et Louis XIV en fit achever la démolition (d).

47o.Montigny-le-Roi appartenait au commencement du xuro siècle à l'abbaye de Saint-Bénigne de Dijon et à la maison de Passavant-en-Vosges. L'évê; que de Langres, acquéreur de la portion de l'abbaye de Saint-Bénigne (1075), associa à ses droits Blanche de Navarre (1082, 1083), et Simon de Passavant céda les siens à Thibaut IV (1532), qui finit par acquérir la partie originairement réservée par l'évêque, 1239 (2529, 2530). Une des clauses du traité conclu entre Blanche et l'évêque portait qu'une forteresse serait construite à frais communs. Cette forteresse qui, en 1239, devint la propriété exclusive du comte, fut le chef-lieu d'une châtellenie

xv, art. 210; xxiv, art. 310; XXXVII, art. 434; XLVII, art. 566; Liv, art. 653; LV, art. 701; Lxx, art. 111.

(a) Jolibois, La Haute-Marne, p. 290. (b) Voir plus haut, p. 158-159.

(c) Voir notre tome II, p. 17, art., 32; xxxvi, art. 431 ; XLVII, art. 567; Liv, art. 648; LV, art. 702; Lxx, art. 115.

(d) Jolibois, La Haute-Marne, p. 18-19.

sous Thibaut V et ses successeurs (a). Henri IV fit démanteler ce château; sa destruction complète eut lieu en 1636. On trouve encore quelques restes des murailles. Situé au sommet d'une montagne, il formait à peu près un rectangle long de 150 pas, large de 80, défendu au nord et à l'est par la pente naturelle du terrain, au sud et à l'ouest par des fossés qui existent encore en partie (6).

48° Nogent-le-Roi fut conquis par Thibaut IV sur le seigneur de ce lieu en 1233 (C). On trouve celte localité dans la liste des chefs-lieux de châtellenies de Thibaut V et de ses successeurs (d). Le château de Nogent subsista jusqu'à la fin du xviie siècle, puis s'écroula, faute de réparations; il n'en reste plus que des ruines (e).

49° Vassy,faisait partie du domaine de nos comtes dès le xie siècle (f), et appartint ensuite à Thibaut II, puis à Henri Jer (40). Sous Thibaut II, cette localité était chef-lieu d'une prévôté (g). Cependant, son nom manque dans la liste des châtellenies d'Henri Ier, mais on le trouve dans la liste des châ

(a) Voir notre tome II, p. LII, art. 610; Liv, art. 650; lv, art. 705, LXXI, art. 122.

(6) Jolibois, La Haute-Marne, p. 373. (c) Voir plus haut, p. 257.

(d) Voir notre tome II, p. LII, art. 611; Liv, art. 649; Lv, art, .. 706; LXXI, art. 117.

(e) Jolibois, La Haute-Marne, 393. Voir dans cet ouvrage, à la page 392, un plan de ce château.

1) Voir notre tome II, p. 36.
(9) Voir notre tome II, p. 423.

tellenies de ses successeurs (a). Vassy fit partie de l'apanage donné par Thibaut V à Henri III (3326); Nous avons de Blanche de Navarre une charte datée de cette ville (1264). Le château et les remparts de Vassy ont une histoire, mais aujourd'hui sont complètement détruits (6).

SEINE-ET-MARNE.

50° Bray-sur-Seine, qui dès le xie siècle appartenait à la maison de Blois (c), fut le chef-lieu d'une des châtellenies de nos comtes sous Henri Jer et sous les successeurs de ce prince (d). Thibaut II et Henri II ont daté des chartes de Bray-sur-Seine (e).

54° Coulommiers faisait partie des possessions de la maison de Blois dès l'année 1101 (f). Dès cette époque, la comtesse Adèle y avait un prévôt (g). Cette localité resta le siége d'une prévôté sous Thibant II (h), et depuis cette époque ne cessa de figurer parmi les chefs-lieux des châtellenies de nos

(a) Voir notre tome II, p. XII, art. 157; XIII, art. 166; Liv, art. 647; Lv, art. 713; LXXI, art. 129.

(6) Jolibois, La Haute-Marne, p. 534 et suivantes. (c) Voir notre tome II, p. 277-278.

(d) Voir notre tome II, p. vii, art. 63; xi, art. 135; XXVII, art. 358; XXXVII, art. 438; xlv, art. 551; Lill, art. 630; Liv, art. 678; LXVII, art. 66.

(e) Voir notre tome III, p. 249, et le présent volume, p. 798. (1) Voir notre tome II, p. 279. (9) Voir notre tome II, p. 284. (h) Voir notre tome II, p. 422-423, note.

comtes (a). Le château de Coulommiers existait encore au xvII° siècle; une partie devint alors un monastère de religieuses de la Congrégation, de l'autre partie on fit au siècle suivant des écuries pour les gardes-du-corps; aujourd'hui, toute trace des bâtiments du moyen-âge a disparu (6).

52° Jouy-le-Chatel, dont sont datées deux chartes de Thibaut II (c), appartenait déjà sans doute à ce prince, comme plus tard à Henri 1er (174, 258), bien qu'on ne trouve pas le nom de cette localité dans la liste des châtellenies de ce prince, mais Jouy était chef-lieu de châtellenie sous les successeurs d'Henri Ier (d). On montre encore au sud de la ville les ruines du château (e):

53° Meaux est une des plus anciennes possessions de la maison de Blois en Champagne et fut un de ses principaux chefs-lieux de châtellenie (f). Thibaut II et la plupart de ses successeurs habitèrent

(a) Voir notre tome II, p. ví, art. 56; xi, art. 132; xviii, art. 239; xxix, art. 370; xlv, art. 557; LIII, art. 633, LV, art. 694; LXVII, art. 68.

16) Pascal, Histoire de Seine-et-Marne, II, 10-11. (c) Voir notre tome II, p. 398.

(d) Voir notre tome II, p. xv, art. 208; xxvii, art. 358; XXXVII, art. 437; XLV, art. 554 ; LIII, art. 632 ; lv, art. 680; LXVII, art. 72. (e) Pascal, Histoire de Seine-et-Marne, II, 240.

Voir notre tome II, p. 32, 423, note ; vi, art. 47; xi, art. 131; XVII, art. 234; XXVIII, art. 369; XXXII, art. 407; XXXVII, art. 439; xLvi, art. 559; LIII, art. 634; LV, art. 681; LXVII, art. 63.

souvent le château de Meaux (a). Le palais de justice occupe l'emplacement de ce château, où dans des bâtiments modernes on retrouve quelques parties d'anciennes constructions qui paraissent remonter à l'époque des comtes.

54° Montereau, acquis par Eudes ser dès l'année 1015, résidence momentanée de Thibaut II en 1147 (6), figure au nombre des châtellenies de ses successeurs(c). Le château de Montereau, quelquefois habité par nos comtes (d), contenait une chapelle desservie par un chapelain (e). Il était, dit-on, situé au faubourg Saint-Maurice, dans l'angle formé par la Seine au nord et l'Yonne à l'Ouest ).

55° Provins, qui passa de la maison de Vermandois à celle de Blois en 1019 (9), fut, comme nous l'avons dit, la seconde capitale de nos comtes à commencer au règne d'Henri jer (h). Thibaut II l'habitait souvent déjà. Cette ville était le chef-lieu d'une de ses prévôtés (i). Elle figure dans la liste des

(a) Voir notre tome III, p. 250, 251, et le présent volume, p. 794.

(6) Voir notre tome II, p. 32, et notre t. III, p. 250.

(c) Voir notre tome II, p. VII, art. 58; x1, art. 133; XVIII, art. 240; xxix, art. 371; xlv, art. 552; LIII, art. 631; LV, art. 679; LXVII, art. 67.

(d) Voir plus haut, p. 797.
(e) Voir notre tome II, p. LXXXII, art. 318.
W Pascal, Histoire de Seine-et-Marne, II, 443.
(9) Voir notre tome I, p. 187, et notre tome II, p. 33.
(h) Voir notre tome III, 251, et le présent volume, p. 791, 792,

[ocr errors]

799.

(i) Voir notre tome III, p. 250, et notre tome II, p. 284.

« VorigeDoorgaan »