Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

une partie des fossés de Bar-sur-Aube (2214); les habitants de Bar firent, avec l'approbation de Thibaut, donation à Pierre d'une autre partie de ces fossés (2372). Une charte de l'année 1233 met Pierre de Jaucourt au nombre des bienfaiteurs de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem (a).

Après sa mort, les fonctions de pannetier furent remplies par Salet de Jully, que nous rencontrons avec ce titre en 1247 (2805). Dès 1230 Salet était, 'en qualité de sergent, au service de Thibaut IV qui, à titre de récompense, lui accorda un droit d'usage dans la forêt d'Isle-Aumont et l'autorisa à faire entrer dans la ville de Troyes dix tonneaux de vin francs de droits (2065).

Echanson (Eschantio). — En 1264, cette fonction était remplie à la cour de Thibaut V par Guillaume d'Aulnay (3343). L'existence de cet emploi à cette date explique pourquoi le bouteiller Jean de Thourotte n'eut pas de successeur (b).

Cuisinier Ou Queux. — Renaud de Vertus, cuisinier de Thibaut IV en 1239, était encore au service d'Henri III en cette qualité au mois de mai 1273. En 1239 il obtint de Thibaut IV la nue propriété d'une maison à Vertus (2526), et en mai 1273 il fit une donation à l'abbaye de la Charmoye (c).

(a) Cartulaire de Caillot, cité par Bourquelot dans la Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 5e série, IV, 74, note 3.

(b) Voir plus haut, p. 501-502.

(c) Original, Archives de la Marne, fonds de la Charmoye. — Sur les cuisiniers d'Henri Ier, voir T. III, p. 140.

Fauconnier (a). — En 1231 Henri d'Oye, fauconnier de Thibaut IV, reçut de ce prince comme récompense une rente de grain et une rente d'argent à charge d'hommage-lige (2161).

Ecuyers. — Un compte, rendu à Blanche de Navarre en 1219, porte en dépense la somme de 30 sous pour frais d'une maladie de Guillaume, écuyer de Thibaut IV (b).

En 1264 l'écuyer de Thibaut V était Anero Sanchez, à qui ce prince donna 15 livres de rente viagère sur le péage de Pampelune; la charte motive cette libéralité sur les grands services rendus par Anero tant au prince régnant qu'à son père (c); elle fut confirmée en 1271 par Henri III, près duquel, à cette date, Anero conservait encore son emploi (d).

Vaiets. — Nous voyons dans les comptes de saint Louis qu'en 1239 ce prince fit donner comme cadeau 20 sous à un valet du comte de Champagne (e). Nous connaissons les noms de trois valets de Thibaut IV : Renier Bolet et Le Moine en 1230, Jean Morel en 1247. Thibaut récompensa les deux premiers en leur donnant : à l'un une rente de grain (2100), à l'autre une quantité de terre assez grande pour occuper une charrue (2107). Le dernier ac

(o) Sur le fauconnier d'Henri Ier, voir T. III, p. 152-153.

(6) Frayments de comptes du XIIIe siècle, publiés par M. Bourquelot, dans la Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 5e série, IV, 62.

(c) Los Annales de Navarra, III, 91.

(d) Los Annales de Navarra, III, 145.

(e) D. Bouquet, XXII, 602 G.

quit, de l'abbaye de Jouarre, 30 arpents de bois dans la forêt de Mant (2829). Ces trois individus appartenaient sans doute aux classes inférieures de la société. Radulphin, valet de Blanche de Navarre, était homme de l'abbaye de Saint-Loup de Troyes qui le céda à cette princesse moyennant engagement de donner en échange un autre homme de même valeur (1019).

Huissier (a). — Jean d'Ayre, huissier de Thibaut IV en 1230, reçut de lui une rente de grain en récompense de ses services (2092).

Demoiselles. — On nous a conservé les noms de trois demoiselles de la comtesse Blanche : Flore de Mescines, Aude et Mathilde.

En décembre 1220, Blanche faisait donner à Flore, par le chapitre de Notre-Dame de Paris, l'investiture des essarts de la forêt de Rozoy, précédemment possédés par le clerc Alerme (1305) (6). Flore vivait encore au mois de janvier 1255, où elle vendit, au chapitre de Notre-Dame, ses biens de Rozoy pour la somme de 500 livres (c).

Aude épousa Thibaut de Rosières et reçut de Blanche, à l'occasion de ce mariage, 10 livres de rente en dot; elle était morte en mai 1222 (14231426).

Mathilde était serve : elle épousa Jean de Bernay, sergent, serf comme elle. Mais Blanche les affranchit

(a) Sur les huissiers d'Henri Ier, voir T. III, p. 152.

(b) Sur le clerc Alerme, voir plus haut, p. 534.

(c) Cartulaire de Notre-Dame de Paris, II, 271.

lous deux, et cet affranchissement fut confirmé par Thibaut IV en 1222 (1693).

Nous mentionnerons à leur suite, Alix, maîtresse d'Agnès de Beaujeu. Alix paraît avoir accompagné en Champagne son élève, qui, devenue femme de Thibaut IV, fit donner par l'abbaye de Montiéramey un usufruit à son ancienne gouvernante (1719).

Maçon. — André était maçon de Thibaut IV en 1222 (1489, 1490). 11 est question de lui pour la première fois en 1174, où il vendit à l'abbaye de Saint-Martin-ès-Aires de Troyes le tiers du moulin de Meldançon (a). Blanche lui fit donner, par l'abbaye de Saint-Loup de Troyes, des prés à RouillySaint-Loup (793). André possédait à Troyes, rue Notre-Dame, une maison que Thibaut IV affranchit des redevances ordinaires jusqu'à concurrence de 40 sous (1453). Il avait un fils et une fille auxquels ce prince accorda d'importants privilèges ( 1489, 1490).

Charpentier. — En 1223, Thibaut IV prit à son service, comme maître charpentier, Thomas de Vitry, auquel il assura plusieurs privilèges, une rente de grain et une rente d'argent (1606).

Charretier. —Richardin, charretier de Blanche d'Artois, fit partie de l'expédition d'Aragon en 1285 (6).

(a) Voir notre T. III, p. 276.

(6) D. Bouquet, XXII, 729 D, 732 C.

ji 3. — Officiers et employés laïcs de second ordre
attachés à des services extérieurs.

Ces officiers et employés sont les sergents, les gardes des foires, les prévôts, les celleriers, les gruyers et les forestiers.

Sergents. — Hatton de Broyes, sergent de Blanche de Navarre en 1206 (660) et en 1211 (786), parait avoir appartenu à une famille de serfs possédée par la puissante maison de Broyes, et qui n'obtint d'Hugues, seigneur de Broyes, son affranchissement qu'au commencement du xme siècle (660). Sa femme était serve de l'abbaye de Faremoutiers, qui n'abandonna ses prétentions sur elle qu'en 1219 (1226). Hatton avait une maison à Sézanne (2003), deux arpents de vigne à Vindey (1530), et probablement il jouissait d'une certaine aisance, car il donna 5 livres de rente à l'Hôtel-Dieu de Provins (786,1676). En 1219 il vivait encore; il acheta du vin de la comtesse Blanche, et un déficit s'étant trouvé au moment de la livraison, cette princesse lui paya une indemnité de 6 livres (a). En avril 1223 il était mort (1530), et il paraît alors avoir été traité en serf main-mortable, car Blanche et Thibaut IV s'emparèrent de sa succession (1530, 2003).

Jacques de Hongrie, sergent de Blanche de 1212 à 1219 (813, 1244), était sans doute, comme son nom l'indique, un étranger que le droit d'aubaine

(a) Fragments de comptes du XIIIe siècle, publiés par Bourquelot dans la Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 5e serie, IV, 62.

« VorigeDoorgaan »