Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

(3467), et en 1270 ce prince l'associa à la mission qu'il donnait à Thomas Brunel (a).

Garsie Sanchez, notaire de 1264 à 1267 (6). Il représenta Thibaut V au concile de d'Auch en 1266 (3393).

Etienne, notaire en 1267 (3408).

Geofroi de Montlhéry, notaire de 1267 à 1270 (c), était chanoine de Saint-Etienne de Troyes en 1269 (3547, 3660). Il fut employé à la levée du centième et des autres sommes accordées à Thibaut V par le légat pour l'aider à payer les dépenses de la croisade (d).

Aubri de Legarda, notaire en 1267 (3460, 3461).

Martin d'Estella, notaire en 1269 (3563) et en 1270 (3605).

Simon de Lagny, notaire eu 1269 et 1270 (e).

Henri Tuebeuf, notaire en 1270 (3636), avait fait en 1268, avec quatre autres personnes, une enquête pour Thibaut V (3467). En février 1276 il était du nombre des conseillers qui composaient la cour suprême de Champagne (3830). Il paraît avoir été ori

(o) Voir la charte du 9 septembre, déjà citée.

(b) Année 1264 (3330), — 1266 (3389). M. Bourquelot, dans son mémoire sur la Chancellerie des comtes de Champagne, p. 9, l'indique en 1267.

(c) Année 1267 (3409, 3434, 3436), — 1268 (3498, 3499, 3517, 3520), — 1269 (3527, 3533), — 1270 (3596). Il est appelé Geofroi tout court dans les chartes numérotées 3434, 3436, 3498, 3499.

(d) Voir plus haut, p. 412-413.

(e) Année 1269 (3567, 3570, 3572), — 1270 (3587, 3590. 3591).

ginaire de Provins (a). Exécuteur testamentaire de l'évêque de Paris Guillaume III (b) qui mourut en 1248, chanoine de Paris de 1249 à 1279 (c) bien qu'il ne se soit jamais élevé au-dessus du sous-diaconat, il exerçait en 1264, pour le chapitre de NotreDame, les fonctions de prévôt de Rozoy-en-Brie (d), et en 1269 il prit cette prévôté à ferme pour six ans, moyennant un loyer de 80 livres tournois (e).

Appariée de Pampelune, notaire en 1270 (3657, 3659).

Jacques d'Ervy, receveur de Champagne de 1271 à 1273 (/), et prévôt de Troyes en 1285 (g).

Gilles, clerc d'Henri III en 1271 (3695).

Guillaume de Vitry, notaire de 1273 à 1277 (h).

Gui de Launois, receveur de Champagne en 1273 et en 1274 (»').

Raoul de Thourotle, chanoine et trésorier du chapitre de Meaux, était présent lors de l'hommage

(à) Cartulaire du Temple de Provins, cité par Bourquelot, Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 4e série, IV, 183.

(b) Cartulaire de Notre-Dame de Paris, II, 87.

(c) Cartulaire de Notre-Dame de Paris, I, 159, II, 87, 193, 414.

(d) Cartulaire de Notre-Dame de Paris, II, 278.

(e) Cartulaire de Notre-Dame de Paris, II, 284. (/•) Voir plus haut, p. 472.

(g) Voir notre tome II, p. Lxiv, art. 9.

(h) Année 1273 (3779, 3783),— 1274 (3807). M. Bourquelot l'indique comme notaire aux années 1276 et 1 277: la Chancellerie des comtes de Champagne, p. 10.

(i) Voir plus haut, p. 472.

d'Henri III à l'abbaye de Saint-Denis en 1271 (3689), et faisait partie de la cour de Champagne réunie à Troyes le 1" février 1276 (3830). Il fut clerc d'Edmond en 1277 (3841, 3842). Il appartenait à une des plus hautes maisons de Champagne, puisqu'il était fils de Jean III de Thourotte, gouverneur et bouteiller de Champagne (a). Il possédait un canonisat à Verdun quand, en 1283, le pape Martin IV, frère du gouverneur de Champagne Gilles de Brion (6), le nomma archevêque de Lyon. Il conserva ce siège jusqu'à sa mort en 1287 (c).

Tandis que les clercs dont nous venons de parler étaient occupés de fonctions administratives, d'autres étaient employés au service du culte; c'étaient les chapelains.

Des chapelains étaient attachés à la plupart des chapelles fondées dans les châteaux des comtes de Champagne. C'est ainsi que nous trouvons en 1228 un chapelain du comte de Champagne résidant à Sézanne (1853). C'est ainsi qu'en 1269 nous en rencontrons un autre à Payns (3529). Ces chapelains formaient une communauté à laquelle Thibaut V, par son premier testament, légua une somme de 100 livres, 1258 (3125).

Outre ces chapelains, les comtes de Champagne

(a) Anselme, Histoire généalogique, II, 151.

\b) Voir plus haut, p. 459.

(c),Sur son épiscopat, voir : Gall. Christ, nov., IV, 152-154. L'identité de l'archevêque Raoul avec Raoul de Thourotte, signalée déjà par les frères Sainte-Marthe dans leur édition du Gall. Christ., nous paraît évidente, quoiqu'en disent les auteurs de la nouvelle édition, et en cela nous sommes d'accord avec le P. Anselme.

en avaient un ou plusieurs attachés à leur personne et qui les accompagnaient dans leurs voyages. Ainsi, Marie compta trois chapelains : André , 11841186 (a); Pierre, chanoine d'Hébron et de SaintEtienne de Troyes, 1186 (345, 348); Adam, 1188 (367,374). Aceline, mère d'Adam, fut donnée par Henri II à la léproserie de Troyes (367). Nous connaissons deux chapelains de Thibaut IV : Raoul des Ponts, qui était mort en 1230 (2088), et le Trinitaire Simon, dont il a été question déjà (b). Vient ensuite Conon, chapelain de Marguerite de Bourbon et de Thibaut V, 1256-1267. Ce dernier fit un paiement pour Marguerite en 1256 (3091); figure au nombre des exécuteurs testamentaires de Thibaut V en 1258 (3125); rendit un jugement arbitral entre ce prince et l'évêque de Meaux en 1261 (3236), et en 1267 fut de nouveau choisi pour arbitre par les deux parties (3426). Nous avons déjà parlé de ses successeurs: Robert, abbé de Montiéramey, 1269 (c), et Thomas de Jouarre, 1273 (d).

g 2. — Officiers et employés laïcs de second ordre
attachés à la maison des Comtes.

Ces officiers et employés étaient le pannetier, l'échanson, le cuisinier ou queux, le fauconnier, l'écuyer, les valets, l'huissier, les demoiselles de la com

(a) Année MM (336),— 1185 (340), — 1186 (344, 348).

(b) Voir plus haut, p. 531.

(c) Voir plus haut, p. 531.

(d) Voir plus haut, p. 529.

tesse, le maçon, le charpentier, les charretiers. Nous avons déjà parlé du médecin dans le paragraphe consacré aux clercs (a).

Pannetiers (6). — Nous connaissons deux pannetiers de Thibaut IV : le premier est Pierre de Jaucourt, qui fut investi de la panneterie de Champagne à titre viager et à charge d'hommage-lige le 30 juillet 1236 (2307 bis). Nous le rencontrons pour la première fois en 1226 (1694, 1698). Il était au service de Thibaut IV dès l'année 1228 (c). Il vivait encore en 1235 (2372), et dix ans plus tard il est probable qu'il était mort (2709). Il cautionna trois fois Thibaut IV (1857, 1858, 2226). Ce prince le désigna une fois comme expert (1990), le choisit trois fois pour arbitre (2265, 2267, 2319), et le mit au nombre des conseillers qui, à l'époque de son élévation au trône de Navarre, administrèrent pour lui la Champagne (2314); enfin, il récompensa les services de Pierre par de nombreuses libéralités, dont cinq chartes conservent encore le souvenir (d). Parmi les biens qu'il lui donna, on en remarque qui provenaient des confiscations dont avaient été frappés le sergent Gilebert de Chaumont (2220) et le chambrier Pierre Goin (2330) (e); nous signalerons aussi

(a) Voir plus haut, p. 536.

(6) Sur le pannetier d'Henri Ier, voir T. III, p. 152.

(c) Catalogue, 9 1857, 1858, 1865, 1868, 1872, 1873.

(d) Ces chartes appartiennent aux années 1230 (2071), — 1232 (2214, 2220), — 1235 (2330, 2333).

(e) Sur l'histoire de ce chambrier, voir plus haut, p. 504, et sur le sergent Gilebert, voir plus bis, p. 551.

« VorigeDoorgaan »