Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

avec lui des difficultés provoquées par une question d'argent et qu'une transaction termina en 1237. A cette date Thibaut, qui avait dépouillé Garsie d'une partie sinon de la totalité de ses biens, reconnut avoir dépassé les bornes de la justice et lui donna en indemnité la jouissance viagère d'un bois (2438); mais Garsie, qui sans doute avait pendant sa disgrâce perdu son emploi dans la maison de notre comte, ne paraît pas l'avoir recouvré depuis.

Gervais. Nous avons de lui des comptes rendus en 1217 et en 1219. Ce ne sont pas des comptes généraux des finances de la Champagne, comme ceux qui furent plus lard donnés par Renier Acorre, ce sont des comptes partiels (a). Il est probablement le même que Gervais Auverez, aussi clerc de Thibaut IV, et qui en 1223 vendit une rente de grains au chapitre de Notre-Dame-du-Val de Provins (1613).

Gillebert de Saint-Jacques était médecin de Thibaut IV en 1218 et en 1223, et ce prince lui donna une rente viagère de 20 livres (1165,1567). En 1229 il est question d'un médecin de Thibaut qui était chanoine de Saint-Etienne de Troyes. Ce médecin est sans doute encore Gillebert de Saint-Jacques, et il obtint de son puissant client pour son domestique d'importants privilèges, notamment l'affranchissement du droit de main-morte (1976).

Robert Dauphin reçut en 1219 une somme de ih sous pour frais d'un voyage près de la com

(a) Bourqiielot, Fragments Je comptes du XIIIe siècle, dans la Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 5° série, IV, 60, 61, 66.

(esse (a). Il faisait encore fonction de messager ou de courrier en 1227 (1783), et l'année suivante où il alla porter jusqu'à Rome des lettres patentes de Thibaut IV (1876). En 1229, ce prince lui promettait la seconde prébende vacante à Saint-Etienne de Troyes (6). Quand notre comte fit son troisième voyage en Navarre, 1236, il paraît avoir emmené Robert Dauphin, que nous trouvons près de lui dans ce royaume en janvier et en septembre 1237 (c).

Pierre de Pampelune était en juin 1222 prévôt du chapitre de Notre-Dame du-Val de Provins. C'était Thibaut qui l'avait nommé à cette dignité (1434).

Pierre de Boissy était au service de Blanche de Navarre en 1223 et obtint d'elle deux arpents de vignes (1530, 1531).

Pierre Chien était en 1228 agent de Thibaut IV à Rome (1807). L'année suivante, son neveu obtint de notre comte, à titre de récompense, une autorisation de défrichement (1961).

Gui, employé à la chancellerie de Champagne dès 1227 (1774), notaire du comte en 1232 (2218), devint chancelier deux ans plus tard (d).

Jean, employé à la chancellerie de Champagne en

(a) Bourquelot, Fragments de comptes du XIIIe siècle, dans la Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 5* série, IV, 67.

(6) Bibliothèque impériale, Ms. latin 5992, f° 334; Archives de l'Empire, KK1064, f 369.

(c) Voir deux chartes de Thibaut dans Los Annales de Navarra, III, 10-11, et dans le Dwcionario de Antiguedades del reino de Navarra, I, 16-18.

{d) Vnir plus haut, p. 528,

1227 (1774, 1798) et en 1228 (1807), obtint de Thibaut IV en 1229 la promesse de la seconde prébende vacante à Saint-Quiriace de Provins (a). Il est peut-être le même que Jean de Provins, à qui la même année Thibaut IV donna dix arpents de pré dans le voisinage de Nogent-sur-Seine (2016). Peutêtre aussi est-ce lui qui, par avancement, réunit onze ans plus tard la charge de receveur de Champagne à la dignité de doyen de Saint-Quiriace. On sait que Jean, doyen de Saint-Quiriace, resta au service des comtes de Champagne jusqu'en 1260 (b).

Etienne de Provins, clerc de Thibaut IV en 1229 et en 1230, obtint de ce prince divers privilèges pour son cousin Richard de Cucharmoy (1964, 1965), et des conditions favorables pour une veuve qui voulait racheter du comte la succession de son mari (2057). En s'occupant des intérêts des autres il ne négligeait pas les siens, car il se fit donner par Thibaut la jouissance de plusieurs redevances à revenus incertains, en échange desquelles ce dernier lui assura plus tard 35 livres de rente (2009).

Adam de Vertus. En 1229, Thibaut IV lui avait promis la première prébende vacante à Saint-Etienne de Troyes (c). En 1230 il accorda sur sa demande divers privilèges à deux fiancés dont l'un était originaire de Semoine (2064).

[ocr errors]

Garnier, chanoine de Vitry, obtint en 1240 la commande du prieuré de Larsicourt (2569).

Jacques, chanoine de Saint-Quiriace de Provins, accompagna en 1246 Thibaut IV dans son premier voyage à Lyon, où résidait alors le pape Innocent IV (2748). Il est peut-être le même que Jacques d'Ervy, depuis receveur de Champagne (a).

Jacques de Rebais fut, en 1250, chargé par Thibaut de dresser, avec Gilles de Villenauxe, un état des fiefs mouvants de Champagne (2978). Il s'acquitta de cette mission l'année suivante ( 2985, 2987).

Eudes de Château-Thierry, notaire sous Thibaut V, de 1259 à 1270(6), accompagna ce prince en Navarre en 1264 et en 1269 (c).

Michel de Pampelune, notaire de 1259 à 1266 (d).

Gautier de Péronne, notaire de 1259 à 1262 (e).

(a) Voir plus haut, p. 471-472.

(6) Voir les chartes suivantes:

Année 1259 (3169, 3174) — 1260 (3185, 3205) — 1261 (3218, 3231), — 1262 (3262, 3263), — 1264 (3333, 3335, 3343), — 1265 (3363, 3364), — 1269 (3551, 3554, 3557, 3559), — 1270 (3622). Dans les chartes numérotées 3262, 3263, 3622, il est appelé Eudes tout court. Le numéro 3316, qui date de 1263, nous offre l'exemple d'une charte écrite par Eudes de Château-Thierry pour un autre que le comte de Champagne.

(c) Catalogue, n" 3343, 3551, 3554, 3557, 3559.

(d) Année 1259 (3172), — 1265 (3378), — 1266 (3390).

(fi) Année 1259 (3177), — 1260 (3181), — 1262 (3283). Dans la charte numérotée 31 77, on a imprimé Gautier de Pons, nous pensons que c'est une faute pour Gautier de Péronne.

Richard de Montier-en-Der, notaire de 1259 à 1265 (a).

Simon Garsie, notaire en 1260 (3186).

Lambert de Lagny, administrateur du domaine de Thibaut V à Paris, 1263-1265 (b).

Jean d'Asnières, notaire de 1263 à 1270 (c).

Thomas Brunel, notaire de 1263 à 1270 (d). En 1270, Thibaut V partant pour la croisade le laissa en Champagne, avec la mission de saisir les biens nouvellement acquis par les gens de main-morte, et pour lesquels il n'avait pas été payé de droits d'amortissement (e).

Adam des Grés, notaire en 1263 (3320) (/"), fut, en 1268, chargé par Thibaut V de faire une enquête

(a) M. Bourquelot, chns son mémoire sur la Chancellerie des comtes de Champagne, p. 9, l'indique en 1259, puis nous le retrouvons dans les chartes suivantes : année 1260 (3)87, 3198), — 1263 (3296), — 1265 (3359). M. Bourquelot, et les chartes numérotées 3296 et 3359, l'appellent Richard tout court.

(b) Voir plus haut, p. 472.

(c) Année 1263 (3305, 3308, 3310, 331 2, 3315, 3321, 3324), — 1266 (3393), — 1 267 (3405), — 1270 (3632, 3636). Il est ordinairement appelé Jean tout court. La charte numérotée 3405 est la seule où on lise Jean d'Asnières.

(d) Année 1 263 (3320, 3322). — 1270 (3600, 3619, 3629, 3640). Il est appelé tantôt Brunellus, tantôt Th. Brunellus, tantôt Th. tout court. Son nom ne se trouve entier que dans la pièce dont la note suivante donnera l'indication.

(e) Charte du 9 septembre 1270, aux Archives de l'Aube, fonds de Saint-Pierre de Bar-sur-Aube.

if) Dans cette pièce, il est nommé Adam tout court.

« VorigeDoorgaan »