Pagina-afbeeldingen
PDF
ePub

semblée de Sézanne, où les barons de Champagne jurèrent de reconnaître Thibaut III comme comte, si Henri II ne revenait pas de Terre-Sainte (a). Pendant la seconde régence de Marie il est, en 1195, témoin d'un acte de cette princesse (435). Sous Thihaut III c'est en sa présence que ce comte fait hommage à Philippe-Auguste, 1198, et il figure le cinquième sur la liste des Champenois qui cautionnèrent la fidélité de leur comte (454). L'avènement de Thibaut IV et la régence de Blanche de Navarre ne changent rien à sa situation. En 1212 il est du nombre des barons avec le concours desquels Blanche rend son ordonnance sur les successions et sur les duels (8l4). Trois ans plus tard, nous trouvons son nom parmi ceux des conseillers sur l'avis desquels une sentence est prononcée par un tribunal arbitral dont Blanche faisait partie (956). En 1218 un de ses fils est nommé par Blanche prévôt de Saint-Quiriace de Provins (1158). En 1219 un des hommes de Robert ayant encouru une amende, la comtesse en accorde la remise (&). Quand Thibaut IV fit hommage à Philippe-Auguste, Robert de Milly fut une de ses cautions (1377). Plus tard ce prince l'autorisa à défricher quarante arpents de la forêt deMant (1745). 11 fit en 1229 un échange de serve avec ce prince (1904). Neuf ans plus tard il vivait encore et répondait à une demande de renseignements que lui adressait Thibaut (2466). Le

(a) Voir plus haut, p. 120.

(6) Fragment^ de comptes du XIIIe siècle, publiés par Bourquelot, Bibliothèque de l'Ecole des chartes, 5' série, IV, 63.

nom de Robert de Milly se trouve sur la liste des chevaliers qui portaient bannière en Champagne sous Philippe-Auguste (a), et il se rattache indirectement à un des événements les plus glorieux de notre histoire. Lorsqu'après la bataille de Bouvines, PhilippeAuguste mit en liberté sous caution une partie des prisonniers, Rasse de Gavre, un des captifs, compta parmi ses répondants Robert de Milly (6).

Gui de Milly, fils de Robert, lui succéda, mais par une pure libéralité de Blanche et de Thibaut IV. En 3221, Robert avait reconnu qu'il n'avait qu'un droit viager sur la chambellenie de Champagne (1334). Gui, à qui Blanche et Thibaut assurèrent dès l'année suivante la survivance de la charge de son père, déclara aussitôt qu'il n'avait sur elle aucun droit héréditaire (1362), et il renouvela cette déclaration en faisant hommage au comte (2013). Nous le voyons en 1239 notifier un jugement rendu par la cour de Thibaut IV (2513); en 1242 cautionner ArchambaudX de Bourbon, qui faisait épouser à Marie, sa sœur, Jean Ier, comte de Dreux (2620); en 1245 mettre, avec Jean de Thourotle et au nom de Thibaut IV, des bornes entre les seigneuries de Montéclaire et de Rimaucourt (2736); en 1247 constater une créance du même Thibaut (2783). 11 était seigneur de Pleurs.

Outre ces chambellans grands seigneurs, Thibaut IV en eut d'autres de naissance beaucoup

(a) Duchesne, Scriplores, p. 267; cf. Feoda, n°s 284, 451.

(b) Delisle, Cataloyue des actes de Philippe-Auguste, n° 1769; cf. D. Bouquet, XVIJ, 106 E.

moins relevée. On en compte quatre à sa cour en 1230, autant en 1243. En 1230, ces chambellans étaient : Raoul Comtesse, Evrard de Besançon, Bernard de Montcuq et Girard Mélétaire. En 1243: Evrard de Besançon, Girard de Nivelle, Mauger d'Ervy et Robert d'Aulnay.

Raoul Comtesse, chambellan en 1229 (1914,1921, 1974) et en 1230 (2109), était déjà attaché au service de Thibaut IV en 1227 (1774, 1790, 1798). L'année suivante il cautionnait une dette du comte (1858). Il obtint de ce prince et de Blanche de Navarre plusieurs libéralités (1921, 1974, 2109). En 1233 Thibaut, en contestation avec l'abbaye de Saint-Denis, le choisissait comme arbitre (2255). L'année suivante, pendant l'absence de ce prince alors en Navarre, Raoul faisait partie du conseil chargé de le représenter en Champagne (2314).

Evrard de Besançon était employé à la chancellerie de Thibaut IV dés l'année 1228 (1880). Aux fonctions de chambellan, qu'il remplit de 1229 (1939) à 1244 (2683), il joignit celles de receveur; il porta même le titre de chambrier (a).

Bernard de Montcuq, chambellan en 1230 (2055) et en 1231 (2081), n'était pas champenois; c'était un habitant du midi de la France attiré sans doute en Champagne par le commerce. Vers 1222 ou 1223, il obtint de Thibaut IV, moyennant une rente de 40 sous, l'exemption de la plupart des charges dont étaient alors grevés les sujets roturiers de nos

[graphic]

(a) Voir plus haut, p. 469, 505.

comles (1520). Bernard fit ses affaires. Au bout de sept ans ce parvenu, pénétrant dans les rangs de l'aristocratie féodale, devient vassal de Geofroi de Cirey, qui reçoit son hommage (2055); cependant il continue ses opérations commerciales; il achète, des fils du chambrier Pierre Goin, le village d'Aillefol (2081), qu'il revend ensuite aux Templiers, comprenant dans cette vente 2,500 arpents de bois qu'il avait aussi acquis près de là dans la forêt d'Orient (2084, 3088). Guigues, comte de Nevers, est son débiteur pour une somme considérable (2296,2299). Adam de Beaumont, pour éteindre une dette, lui abandonne une année de sa rente sur les foires de Champagne (2532 bis). En 1263, Bernard avait à Nogent-sur-Seine et près de Provins des biens que Thibaut IV lui paya 200 livres (2660). Plus tard il fut un des procureurs chargés par Thibaut V de la construction du nouveau monastère des Franciscains de Troyes (3172), et il vendit à ce comte 300 arpents et une maison qu'il avait conservés dans la forêt d'Orient (3360). Bernard de Montcuq avait fixé sa résidence à Troyes (2660, 3172), et il fut maire de cette ville en 1236 (a).

Girard Mélétaire, chambellan en 1230 (2090), était au service de Thibaut IV dés 1227 (1776, 1790, 1798). En 1228 il cautionna une dette de ce prince (1858). Il quitta la charge de chambellan pour devenir maire de Troyes et garde des foires de Champagne, fonctions qu'il cumulait en février

(a) Archives de la Côte-d'Or, 28 Carlul. de Molesme, f° 50 v°. 1232 (a). Il était encore maire deTroyes en 123/i (6).

Girard de Nivelle, chambellan en 1243 (2G57) et en 1245 (2722), joignait à cette fonction la profession de changeur (2722, 2801), à laquelle la variété des monnaies en usage donnait une grande importance dans les foires de Champagne. Girard était un étranger, flamand sans doute, que l'espérance de s'enrichir avait attiré à Troyes (2722). Il tenait de Thibaut IV, avec Mauger d'Ervy, moyennant un cens considérable, deux maisons et une écurie à Barsur-Aube (2657). Il acquit 20 livres de rente sur les foires de Champagne (2722), et il acheta d'Henri, comte de Grandpré, des propriétés à Aubigny, Vaupoisson et Magnicourt (2801).

Mauger d'Ervy, chambellan en 1263 (2657) et en 1249 (2876), avait été précédemment prévôt d'Ervy, bailli de cette petite ville et de Troyes. C'était, comme les précédents, un roturier enrichi (c).

Robert d'Aulnay, chambellan en 12'i3 (2659, 2660) et en 1244 (2683, 2687), a déjà figuré dans la liste des receveurs [d).

Ses successeurs ne paraissent pas avoir eu de collègues. Ce sont:

Richard de Cadun, 1250(2914);

Jean de Loya, 1259(3169);

(a) Archives de l'Aube, 1er Carlul. de l'Hôtel-Dieu de Troyes, P22.

(b) Archives de l'Aube, Carlulaire de VHôtel-Dieu-le-Comte de Troyes, f" 33 r°. Inventaire de Monlier-la-Celle, s 58 v°59 ie.

(c) Voir plus haut, p. 480.

(d) Voir plus haut, p. 469470.

« VorigeDoorgaan »