Histoire des Belges à la fin du XVIIIe siècle, Volume 2

Voorkant
A. Lacroix, Verboeckhoven & cie, 1862
0 Recensies
 

Wat mensen zeggen - Een review schrijven

We hebben geen reviews gevonden op de gebruikelijke plaatsen.

Geselecteerde pagina's

Overige edities - Alles weergeven

Veelvoorkomende woorden en zinsdelen

Populaire passages

Pagina 102 - ... recours à vous, et le Comité des finances croit qu'il est nécessaire d'ouvrir le trésor public à tous les peuples qui voudront être libres. Quels sont nos trésors? Ce sont nos biens territoriaux, que nous avons réalisés en assignats. Conséquemment, en entrant dans un pays, en supprimant ses contributions, et lui offrant une partie de nos trésors pour l'aider à reconquérir sa liberté, nous lui offrirons notre monnaie révolutionnaire.
Pagina 86 - La Convention nationale déclare , au nom de la nation française , qu'elle accordera fraternité et secours à tous les peuples qui voudront recouvrer leur liberté , et charge le pouvoir exécutif de donner aux généraux les ordres nécessaires pour porter secours à ces peuples, et défendre les citoyens qui auraient été vexés ou qui pourraient l'être pour la cause de la liberté.
Pagina 61 - ... 2° Que le cours des fleuves est la propriété commune et inaliénable de toutes les contrées arrosées par leurs eaux ; qu'une nation ne saurait, sans injustice, prétendre au droit d'occuper exclusivement le canal d'une rivière et d'empêcher que les peuples voisins qui bordent les rivages supérieurs ne jouissent du même avantage ; qu'un tel droit est un reste des servitudes féodales, ou du moins un monopole odieux qui n'a pu être établi que par la force, ni consenti que par l'impuissance;...
Pagina 238 - ... nous-mêmes, et nos ennemis en profitent. » On vous flatte, on vous trompe, je vais achever de déchirer le bandeau. On a fait éprouver aux Belges tous les genres de vexations ; on a violé à leur égard les droits sacrés de la liberté ; on a insulté avec impudence leurs opinions religieuses ; on a profané, par un brigandage...
Pagina 119 - Bourdonnaye d'aller faire le siège d'Anvers , et à Valence , qui était venu jusqu'à Nivelle , de retourner sur Namur , de bloquer la citadelle , et d'y attendre sa grosse artillerie, partie de Givet le 19 pour venir le joindre. Il invita les différentes provinces de la Belgique à créer des comités militaires , qui enverraient des députés à un comité central à Bruxelles , pour convenir d'une manière uniforme de lever des troupes nationales . Il y avait trop peu d'accord entre les provinces...
Pagina 236 - Sainte-Gudulc les hosties foulées aux pieds , dispersées sur le pavé de l'église; les tabernacles, les confessionnaux brisés, les tableaux en lambeaux : trouvez un moyen de justifier ces profanations , et voyez s'il ya un autre parti à prendre que de restituer l'argenterie , et de punir exemplairement les satellites qui ont aussi criminellement exécuté vos ordres. Si la convention applaudit à de tels crimes , si elle ne s'en offense pas, si elle neles punit pas, tant pis pour elle et pour...
Pagina 238 - ... honnête citoyen, mais qui certainement est au-dessous de la confiance que vous lui avez donnée pour la partie financière, n'a plus vu de remède que dans la possession des richesses de cette fertile contrée. Il vous a proposé le fatal décret du...
Pagina 239 - Dès lors vous avez cru pouvoir enlever le superflu de l'argenterie des églises pour subvenir sans doute aux frais de la guerre. Vous regardiez dès lors les Belges comme Français; mais, quand même ils l'eussent été, il eût encore fallu attendre que l'abandon de cette argenterie eût été un sacrifice volontaire, sans quoi, l'enlever par force devenait à leurs yeux un sacrilége.
Pagina 107 - L'administration provisoire nommée par le peuple et les fonctions des commissaires nationaux cesseront aussitôt que les habitans, après avoir déclaré la souveraineté et l'indépendance du peuple, la liberté et l'égalité, auront organisé une forme de gouvernement libre et populaire.
Pagina 102 - En entrant dans un pays, quel doit être notre premier soin? c'est de prendre pour gage des frais de la guerre les biens de nos ennemis; il faut donc mettre sous la sauvegarde de la nation les biens meubles et immeubles appartenant au fisc, aux princes, à leurs fauteurs, adhérens, participes, a leurs satellites volontaires . aux communautés laïques et régulières , à tous les complices de la tyrannie.

Bibliografische gegevens